TwHistory : reconstituer l’histoire en 140 caractères (2)

Dans le cadre de mon article consacré au projet TwHistory développé par deux chercheurs de l’Utah University, j’indiquais que la démarche mériterait une traduction dans le cadre scolaire. A la suite de sa publication, j’ai reçu un message de Daniel Eisenmenger, enseignant d’histoire et de français au Eichendorff-Gymnasium (Coblenz) et coordonnateur régional du programme «éducation aux médias à l’école» du centre national des médias de Coblence. Il me signalait qu’il avait transposer la démarche TwHistory dans une classe de dernière année de gymase/lycée du Eichendorff-Gymnasium à Coblence.

Cet article résume pour les lecteurs francophones l’article réalisé par Daniel Eisenmenger qui présente la séquence et les résultats du point de vue des élèves. Il est publié après avoir été soumis à Daniel Eisenmenger que je remercie chaleureusement.

Présentation du projet et de la démarche

L’Assemblée nationale constituante allemande (verfassunggebende deutsche Nationalversammlung), couramment appelée en allemand l’assemblée nationale de Francfort (Frankfurter Nationalversammlung) ou parfois de l’assemblée de l’église Saint-Paul de Francfort  (Frankfurter Paulskirchenversammlung) en raison du lieu où se tenait l’assemblée, a été retenue pour ce projet. Ses 831 membres siégèrent du 18 mai 1848 au 31 mai 1849 à l’église Saint-Paul de Francfort-sur-le-Main, où le roi Frédéric-Guillaume IV de Prusse donna son accord à l’idée d’une Constitution du Reich allemand.

Sa réunion marqua la première tentative d’unification politique de l’Allemagne. Cependant, par la suite les révolutions qui avaient contribué à sa fondation furent écrasées, et le refus de Frédéric-Guillaume IV d’accepter la couronne d’Allemagne permit à la Prusse et à l’Autriche de retirer leurs parlementaires, ce qui condamna le parlement et préluda à la victoire des conservateurs.

Fichier-Frankfurt_Nationalversammlung_1848.jpg
Session du parlement de Francfort en juin 1848. Robert Blum est à la tribune l’orateur, Heinrich von Gagern à celle du président.

Pour la reconstitution historique, les étudiant-e-s ont assumé les rôles de six membres de la réunion de l’assemblée nationale de Francfort. Trois outils TICE furent utilisée pour réaliser ce projet: un blog (paulskirchenprojekt.wordpress.com), twitter et un wiki. La séquence a été prévue sur 8 à 10 heures et organisée en quatre phases.

Très clairement, les objectifs de la séquence combinaient des compétences disciplinaires en histoire et en éducation aux médias ainsi qu’en terme socia/colaboratifl et d’acquisition de méthodes de travail. En outre, la séquence alternait des phases de travail en petits groupes et d’intégration individuelle.

Introduction à l’utilisation des outils numériques

Les élèves utilisent l’Internet de manière sélective et n’ont qu’une connaissance lacunaire des blogs ou de twitter.
Les expériences menées par  Daniel Eisenmenger avec les élèves en matière de médias et technologies, l’ont conduit au constat que la génération des «digital natives» s’ils font un usage intensifs de l’Internet, cet usage se limite au moteur de recherche Google et à Wikipedia pour extraire de l’information ainsi qu’aux réseaux sociaux que sont schülerVZ ou Facebook et aux e-mail et à la messagerie instantanée (Messenger).

Dès lors, l’usage du blog, d’un wiki ou de twitter n’ira pas naturellement de soi pour les élèves (ainsi un seul et même élève sur 18 avait déjà utilisé un blog et twitter). D’autant plus qu’il ne s’agit plus uniquement de consommer via l’Internet, mais d’y produire du contenu.

Enseigner l’éducation aux médias

En relation avec ce qui précède, la question de l’éducation aux médias est très prégnante puisqu’elle est double puisqu’il s’agit

  • d’acquérir et de maîtriser des outils peu connus des élèves (en cela la situation n’est guère différente de l’acquisition et de la maîtrise par les élèves de logiciels traditionnels);
  • de réfléchir à la production médiatique ainsi réalisée.

Ce temps est nécessaire, mais se fait quelque peu au détriment du contenu historique. Pour que l’utilisation de ces outils soit rentable, elle doit être faite, pour Daniel Eisenmenger, en permanence en classe et ne pas se limiter à une seule séquence, aussi intéressante soit-elle.

Enseigner l’histoire
L’immersion dans les sources historique a été à la fois excitante et motivante pour les élèves. Cette immersion doit au sujet lui-même (débats, interruptions, interjections, problèmes d’organisation de cette Assemblée constituante, divergences d’opinions, nouvelles formes de participation politique et d’organisations…).

Pour l’enseignant, il convient néanmoins de limiter les sources sélectionnées sur quelques débats clés, de restreindre les volumineux rapports des réunions de l’Assemblée. Pour D. Eisenmenger, il convient d’éviter de rendre le contenu retenu aussi aride au final que le matériel déjà contenu dans les manuels scolaires. Le côté vivant des débats doit être préservé.

Fichier-RB-Portrait1845-Maler-Augus.jpeg
Portrait de Robert Blum par August Hunger (vers 1845-48).

En assumant le rôle d’un membre, les étudiants ont acquis une compréhension plus approfondie des controverses de l’Assemblée constituante. Le choix des personnages retenus a permis de représenter les  différentes factions et groupes politiques présent au sein de l’Assemblée nationale. Ce choix a aussi permis de mettre ensuite en évidence les destins différents des protagonistes après l’Assemblée de Francfort (exécution de Blum, émigration, retrait de la vie politique, arrangement avec le mouvement réactionnaire).

Résultats de cette expérience : le point de vue des élèves

La série d’enseignements tirés de la part des étudiants aboutit à une évaluation très controversée. Certains  ont salué l’intégration des médias numériques dans la salle de classe, d’autres y voyaient une salle de classe tout simplement chamboulée et ont manifesté leur désir d’un retour à un enseignement “traditionnel”.

Certains ont également critiqué le fait que le travail approfondi fait avec les sources soit perdu pour l’ensemble de la classe et jugent que les manuels scolaires offrent d’avantage de clarté et de rigueur. Un étudiant a également critiqué le manque de pertinence du contenu, bien que cela a conduit à une discussion sur la pertinence des événements historiques et des faits ainsi que sur la sélection des contenus réalisée par les programmes et les manuels scolaires.

L’article complet de Daniel Eisenmenger présentant la démarche réalisée: http://www.lehrer-online.de/paulskirchenprojekt.php?show_complete_article=1&sid=13815932434571623126132163216290

La version courte: http://www.lehrer-online.de/paulskirchenprojekt.php

Source des images: article Robert Blum de Wikipedia (http://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Blum)

Pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :