Pentax ME super by Pentax MX

Revue de presse : Faut-il permettre l’usage de Facebook pendant les cours? – UdeMNouvelles

Ou quand les usages concrets dépasse le travail d’enquête : Au terme d’un sondage mené auprès de 31 000 collégiens du Québec – dont 92 % avaient un profil Facebook actif –, Bruno Poellhuber et ses collègues ont réalisé que des élèves avaient formé des groupes Facebook pour leurs cours et y engageaient des discussions sur des sujets abordés en classe, le plus souvent à l’insu de l’enseignant.

Faut-il permettre l’usage de Facebook pendant les cours? – UdeMNouvelles

Pentax ME super by Pentax MX

Revue de presse : Faut-il permettre l’usage de Facebook pendant les cours? – UdeMNouvelles

Ou quand les usages concrets dépasse le travail d’enquête : Au terme d’un sondage mené auprès de 31 000 collégiens du Québec – dont 92 % avaient un profil Facebook actif –, Bruno Poellhuber et ses collègues ont réalisé que des élèves avaient formé des groupes Facebook pour leurs cours et y engageaient des discussions sur des sujets abordés en classe, le plus souvent à l’insu de l’enseignant.

Faut-il permettre l’usage de Facebook pendant les cours? – UdeMNouvelles

Pentax ME super by Pentax MX

Revue de presse : Les adolescents gèrent de mieux en mieux leur vie privée sur Facebook

Les adolescents américains partagent de plus en plus d’informations personnelles sur les réseaux sociaux comme Facebook mais ils font en sorte de protéger leur vie privée, indique une étude publiée mardi 21 mai aux Etats-Unis.

Les adolescents gèrent de mieux en mieux leur vie privée sur Facebook

Pentax ME super by Pentax MX

Revue de presse : Les adolescents gèrent de mieux en mieux leur vie privée sur Facebook

Les adolescents américains partagent de plus en plus d’informations personnelles sur les réseaux sociaux comme Facebook mais ils font en sorte de protéger leur vie privée, indique une étude publiée mardi 21 mai aux Etats-Unis.

Les adolescents gèrent de mieux en mieux leur vie privée sur Facebook

Revue de presse : Is Facebook Destroying the American College Experience? | Danah Boyd

« It’s high time we recognize that college isn’t just about formalized learning and skills training, but also a socialization process with significant implications for the future. The social networks that youth build in college have long-lasting implications for youth’s future prospects. One of the reasons that the American college experience is so valuable is because it often produces diverse networks that enable future opportunities. This is also precisely what makes elite colleges elite; the networks that are built through these institutions end up shaping many aspects of power. When less privileged youth get to know children of powerful families, new pathways of opportunity and tolerance are created. But when youth use Facebook to maintain existing insular networks, the potential for increased structural inequity is great. »

Is Facebook Destroying the American College Experience? | Danah Boyd

Pentax ME super by Pentax MX

Education : la Génération Facebook

En cette nouvelle année scolaire et avec une nouvelle volée d’élèves pour Laurence Juin, celle-ci nous fait part de ses premiers constats après un mois lorsqu’elle parle à ses élèves de la possibilité de communiquer avec eux et entre eux scolairement au moyen des médias sociaux:

«À cette rentrée, je me suis rendue compte que mes élèves ne réagissaient pas non pas par indifférence mais par “normalité”. Ils ont trouvé ça normal ou du moins pas anormal comme démarche. Parce que les réseaux sociaux font partie intégrante de leur quotidien. Parce qu’ils avaient 9 ans quand Facebook a été créé, parce qu’ils ont eu leurs 1ers comptes en 2009. Parce que Facebook a ete présent le long de toutes leurs années collège. J’ai dans ma classe cette 1ère génération d’ados Facebook. Et qui va plus loin puisque plusieurs d’entre eux ont aussi un compte twitter: inscrits d’abord par curiosité, pour se démarquer des autres, et parce qu’ils y trouvent désormais intérêt. Alors quand j’ai voulu passer une heure à leur faire créer un compte twitter ça a pris 5mn, quand j’ai voulu les faire émettre un tweet, ils avaient déjà remonté toute ma TL et quand je leur ai expliqué ce que voulez dire “RT” , ils m’ont dit “ok, ça veut dire retweet mais on peut follower qui on veut”

L’entier des observations de Laurence Juin et de ses prochains projets éducatifs : Une nouvelle année : constats et objectifs « Ma onzième année et les suivantes….

Pentax ME super by Pentax MX

Revue de presse : Facebook et Instagram : une nouvelle bulle gonflée ? | Télérama.

Dennis K. Berman, journaliste économique au Wall Street Journal, note qu’en moins de deux ans, la start-up la plus cool d’Internet a réussi à peser plus lourd que le vénérable New York Times – 116 ans d’existence – estimé à 967 millions de dollars. Berman a fait le calcul : si l’on en croit son prix de rachat, Instagram a créé 1,8 million de dollars chaque jour depuis sa naissance. Fermez les yeux, replongez-vous en 2001. Ça y est, vous y êtes ? Time Warner vient de racheter AOL pour 164 milliards de dollars. Nous sommes alors en pleine bulle Internet.

Facebook et Instagram : une nouvelle bulle gonflée ? | Télérama.

Instagram au feu? Facebook au milieu?

La nouvelle vient de tomber ce soir, Facebook rachète Instagram.
Cela n’est pas du goût de nombre d’utilisateurs. Certains clôturent déjà leurs comptes. D’autres cherchent d’abord à récupérer leurs photos avant de le faire.1

C’est l’occasion de rappeler que la propriété de ses données n’est pas négociable et de rechercher des solutions qui vous préserve.

A ce sujet, le billet de Michelle Carrupt tombe à  pic : Que faire de toutes nos photos?

Sur la question (ou la mode) des (fausses) photos vintage, Nathan Jurgenson2 soutient que ces photos provoquent un sentiment d’authenticité qui manquent souvent aux photos numériques postées sur les réseaux sociaux. Un supplément d’âme en quelque sorte.
Jurgenson indique également que

l’essor des fausses photos vintage est une tentative de créer une sorte de «nostalgie pour le présent,» une tentative de rendre nos photos plus importantes et réelles. Nous voulons doter nos vies présentes des sentiments puissants liés à la nostalgie. Et, finalement, cela va bien plus loin que des photos imitation vintage ; la popularité momentanée des photos style-Hipstamatic souligne une tendance plus large de voir le présent de plus en plus comme un éventuel passé documenté.

  1. Si vous êtes de ceux qui chercher à récupérer vos photos publiées sur Instagram, vous pouvez le faire via Instaport. Depuis hier soir, le site rencontre quelques difficultés à répondre à la demande. Un peu de patience s’imposera donc. []
  2. Fausses photos vintages | OWNI []
Pentax ME super by Pentax MX

Si vous étiez enseignant, accepteriez-vous d’être ami Facebook avec vos élèves ?

La RSR revient sur la décision de l’Etat du Missouri d’interdire les relations numériques profs-élèves sur Facebook. L’occasion pour moi d’intervenir sur la question pédagogique et de répercuter les résultats d’un mémoire professionnel réalisé cette année par une étudiante de la HEP Vaud sur la question de l’utilisation de Facebook à des fins pédagogiques.

le-journal-du-matin_20110803_standard_1er-developpement_eba56c15-8a4a-4670-ab8b-0f96eb350cf2-128k

A la question, l’Etat du Missouri apporte une réponse définitive : toute relation numérique exclusive entre élèves et enseignants sera interdite dès le 28 août. Seuls les profils de type  » fans « , qui ne permettent pas d’envoyer des messages privés, comme ceux des entreprises seront tolérés. Objectif de cette loi: protéger les jeunes contre de potentielles agressions sexuelles de la part de leurs professeurs. Un texte très contraignant, bien loin des préoccupations des départements romands de l’instruction, alors qu’en Suisse tout comme aux Etats-Unis, profs et élèves se côtoient souvent sur le plus grand des réseaux sociaux.

Etudier une oeuvre littéraire avec Facebook

Si Lorenzaccio avait ouvert un compte Facebook à quels groupes appartiendrait-il ? Qui seraient ses amis ? Des lycéens bretons redonnent vie ainsi aux personnages de la pièce de Musset. « L’usurpation d’identité se confond ici, savoureusement, avec l’imposture littéraire », prévient Jean-Michel Le Baut.

via cafepedagogique.net

Après l’activité menée par Françoise Cahen, professeure de lettres modernes au lycée Maximilien Perret d’Alfortville, autour du roman de Maupassant Bel-Ami (Café pédagogique, no 117), c’est autour de Musset et de Lorenzaccio d’être au centre d’une activité menée par Jean-Michel Baut avec ces lycéens.

Ceci est votre vie privée donnée pour vous | Zéro seconde

Il n’y a pas de revers sur Internet, pas de coin pour parler dans le dos de qui que ce soit du moins pas sur une longue période. Tout finit par se savoir. L’espace privé, finalement, se réduira à terme à tout ce qui nest pas capté par un appareil de reproduction, volontaire ou non. L’espace pour l’hypocrisie n’existera plus: ce qui émergera éventuellement dans la société en réseau sera soit une obligation de confronter les autres avec nos idées ou de se taire. La confrontation entraînera soit une stratégie de respect mutuel et de conciliation à long terme, soit à une manipulation par pression sociale des pensées à une échelle encore jamais vue sauf dans les dictatures.

via ZERO SECONDE: Ceci est votre vie privée donnée pour vous par Martin Lessard.

Un bon exemple du travail de métaphorisation des digiborigènes | Psy et Geek ;-)

Carte des Réseaux sociaux

«Voilà ce que nous raconte cette carte : les réseaux sociaux sont comme un monde a explorer, avec ses fleuves, ses montagnes, ses iles. Nous en sommes les explorateurs Vasco de Gama et Mercator, c’est-à-dire qu’il nous revient d’en faire l’exploration et la cartographie.»

via Un bon exemple du travail de métaphorisation des digiborigènes.

Le premier “social media” magazine sur iPad | La Social Newsroom

Ce n’est pas la première fois que des applications ou des sites  se branchent sur les API de Twitter ou Facebook pour organiser les contenus à la façon d’un média. Ce qui est intéressant avec Flipboard, c’est qu’un effort considérable a été fourni sur l’interface graphique et l’ergonomie. C’est évidemment plus facile à faire via une application iPad que sur un site. (Newsroom)

La page d’accueil

Les infos en provenance de votre twittosphère

J’ajouterai que Flipboard m’a incité à regrouper ma twittosphère sur un seul compte. Mes principales listes donnant lieu chacune à une rubrique particulière de mon Flipboard.

Le premier “social media” magazine sur iPad « La Social Newsroom.

Pentax ME super by Pentax MX

Des étudiant-e-s «multi-tâches» ? | Pédagogie universitaire

Je viens de lire ce très intéressant article du Blog Pédagogie universitaire consacré à la présence, à l’université, de plus en plus d’étudiant-e-s venant au cours avec leur ordinateur portable. Récemment André Gunthert a fait état de sa réflexion concernant cet aspect-là des choses plus particulièrement concernant Facebook (Enseigner face à Facebook). J’avais également reporté l’attitude de deux enseignants à ce même propos (Facebook : oui ou non dans la relation prof-élèves?).

Cet article reformule dans un premier temps la nature du problème et présente une recherche récente menée par des chercheurs américains:

Il semble surtout que les représentations de certain-e-s enseignant-e-s ne sont pas compatibles avec celles de leurs étudiant-e-s. D’un côté, les premier-ère-s s’imaginent que pour étudier et travailler efficacement sur une tâche, il faut être concentré-e exclusivement sur cette tâche. De l’autre côté, les second-e-s considèrent qu’il est tout à fait possible d’être efficace quand on est sollicité-e par différentes informations en même temps. Qu’en est-il exactement? C’est à cette question qu’ont tenté de répondre par une étude expérimentale récente quatre chercheur-e-s américain-e-s Bowman, Levine, Waite & Gendron, 2010.

L’objet de l’étude de ces chercheurs américains a porté plus précisément sur l’utilisation des messageries instantanées par les étudiant-e-s. Dans un premier temps, leur revue de la littérature confirmerait l’aspect préjudiciable de la chose. Dans un deuxième temps, ils ont répartis 89 étudiant-e-s de première et deuxième année d’université en trois groupes:

  • le premier devait répondre à des messages instantanés avant de se lancer dans une tâche d’écriture d’un texte scientifique à l’écran;
  • le deuxième groupe recevaient et répondaient à des messages pendant la lecture;
  • le troisième groupe ne recevait aucun message instantané, mais était prévenu-e-s qu’il était possible qu’ils/elles en reçoivent.

Au terme de l’expérience, il apparaît que les résultats ne confirment qu’en partie les hypothèses des chercheurs. Il est à noter notamment qu’aucune différence significative entre les trois groupes n’a été observée en ce qui concerne les performances au test final concernant la lecture du texte.

via Des étudiant-e-s « multi-tâches ? « «Pédagogie universitaire – Enseigner et Apprendre en Enseignement Supérieur.

Facebook : oui ou non dans la relation prof-élèves?

Enseigner face à Facebook

Le hasard de mes lectures et de ma veille a fait se rencontrer deux articles présentant les relations profs-élèves avec Facebook. Deux extraits. Deux choix différents concernant l’un des élèves, l’autre des étudiants. Une réflexion à mener pour tout en chacun.

Pourquoi je suis « ami » avec mes étudiants – affordance.info

Parce que les/mes étudiants sont TOUS (ou presque) et TOUT LE TEMPS (ou presque) sur Facebook (y compris, hélas, pendant les cours). Parce que c’est sur Facebook qu’ils viennent me poser les questions qu’ils ne me posent plus en commentaires de mon « blog du cours ». Parce que c’est sur Facebook qu’ils sont aussi de plus en plus « disponibles », « ouverts » et « réceptifs », parfois bien davantage que dans l’espace-temps d’un cours, d’un cours dont la capacité de médiation est largement dépendante de la forme de l’acteur qui l’anime. Bref, que ça marche donc.

Facebook : la relation profs-élèves au pied du mur – La p@sserelle -Histoire Géographie-.

Du coup, je me laisse la liberté d’ouvrir une brèche concernant les anciens élèves. Pourquoi se priver d’un contact sympathique et enrichissant si le courant passait avec un(e) élève ? Ils trouveront sur mon Facebook ce qui fait ma pratique professionnelle et un espace d’échanges. Derrière, il y a ma conviction que la mission d’un enseignant ne s’arrête pas aux quatre murs d’une salle de classe. Si la parole du professeur trouve un écho auprès des élèves, pourquoi s’arrêter une fois que celui-ci a cessé de l’être ? Au pied du mur de Facebook, je laisse donc une ouverture. Par contre, ceux qui m’ont en cours trouveront toujours portes closes : pas de confusion des genres.

Pour prolonger la réflexion, je vous invite également à lire Enseigner face à Facebook par André Gunthert. Voir aussi mes articles précédents répertoriés avec le tag Facebook.

Image empruntée à l’article d’André Gunthert Enseigner face à Facebook. Sous licence CC BY-NC-ND 2.0 (http://www.flickr.com/photos/gunthert)