Ecriture 2.0 / connectée : retour d’expérience sur la rédaction d’un mémoire

A l’été, Johanna Daniel alias Peccadille rédigeait son mémoire de fin d’études intitulé « les outils d’annotation et l’édition de corpus textuels pour la recherche en SHS » . Son sujet s’y prêtant particulièrement, elle s’est essayée à des pratiques d’écriture connectée qui a suscité plusieurs échanges intéressants sur les réseaux sociaux.

Dans son dernier billet, elle revient en détail sur ses propres pratiques d’ « écriture connectée » et se pose quelques questions du type :

  • à quoi lui a servi Twitter ?
  • en quoi participer à un blog collectif « privé » puis tenir son propre carnet de recherche lui a-t-il été utile ?
  • quelles circulations entre « écriture papier » et « écriture numérique » ?
  • quels outils d’écriture / relecture collaborative a-t-elle mobilisé ? avec quels résultats ?

A lire : ECRITURE 2.0/CONNECTÉE : RETOUR SUR LA RÉDACTION D’UN MÉMOIRE

Filmer la Grande Guerre – avec Laurent Véray | Nonfiction.fr

Parce qu’elle est contemporaine du premier âge du cinématographe, l’histoire de la Première Guerre mondiale n’est pas vraiment dissociable de celle du cinéma. Les tranchées ont donné leur matière à ses bandes ; les armées et les gouvernements ont pour la première fois mobilisé les opérateurs au service du divertissement des soldats, de l’information des populations et de la propagande ; et de très nombreuses façons, l’intensification et la diversification de la production cinématographique en a transformé les techniques, l’esthétique, et jusqu’à la géographie. Mêmes et autres, l’histoire de la Grande Guerre et celle du cinéma sont aussi un entrelac centenaire, puisque de 1914 à 2014, des Croix de Bois à Un long dimanche de fiançailles, de Capitaine Conan à Apocalypse, on n’a cessé de remonter ou de recréer des images de la guerre.

Parler de l’histoire cinématographique de la guerre 14-18, ou encore, de 14-18 dans l’histoire du cinéma, c’est ainsi traverser un champ de questionnements particulièrement vaste, structuré par un faisceau d’interactions singulièrement vertigineux, et entrecoupé d’innombrables plis. C’est une aventure pionnière, dont Laurent Véray est incontestablement l’un des explorateurs les plus expérimentés. Professeur d’études cinématographiques et audiovisuelles à l’université Paris III.

Ce premier volet de cet interview avec Laurent Véra est consacré au film «Les croix de bois». A suivre donc… : ENTRETIEN – Filmer la Grande Guerre – avec Laurent Véray – Nonfiction.fr le portail des livres et des idées.

Faut-il en finir avec les notes ? | La Vie des idées

La notation des élèves est de plus en plus contestée, notamment par les chercheurs. Pour La Vie des idées, Pierre Merle fait une synthèse des conclusions de ces travaux au moment où les institutions en France s’emparent de la question et propose des pistes pour renouveler les pratiques d’évaluation des élèves.

Les recherches sur la notation, menées depuis plusieurs dizaines d’années, aboutissent à au moins cinq résultats consensuels dans la communauté scientifique :

  1. Les notes ne mesurent pas de façon précise les compétences des élèves.
  2. Les recherches sur la notation ont également montré l’existence de biais sociaux de notation.
  3. Dans un certain nombre de discours, la notation aurait pour vertu de favoriser une (saine) émulation, une compétition entre élèves, indispensable à la motivation. Ce discours relève le plus souvent de la preuve par soi : ce qui est vécu personnellement est assimilé à une situation commune.
  4. Un autre discours favorable à la notation consiste à affirmer que les élèves souhaitent connaître leur niveau scolaire, veulent savoir où ils se situent par rapport aux autres. Cette affirmation, souvent ressassée, est aussi discutable que la précédente.
  5. Enfin, un dernier discours affirme que la notation permet d’apprendre. De fait, les professeurs sont souvent confrontés à cette question classique des élèves : « ce travail sera-t-il noté ? » et, en l’absence de note, le travail fourni est souvent réduit, voire inexistant. Déduire de cette situation scolaire ordinaire que la note est nécessaire aux apprentissages revient à confondre la cause et la conséquence.

A partir de ces constats, Pierre Merle s’intéresse aux changements envisageables et propose six pistes :

  1. Préserver l’anonymat social et scolaire de l’élève
  2. Préférer une évaluation formative à une évaluation sommative
  3. Intégrer l’évaluation dans le processus d’apprentissage
  4.  Supprimer les « comparaisons sociales forcées »
  5. Fonder l’évaluation sur des compétences et connaissances standardisées
  6. Construire une synergie entre les évaluations des élèves et celles des établissements

Son article développe chacun des 11 points ci-dessus. A lire : Faut-il en finir avec les notes ? | La Vie des idées

Orlando Figes (2007). La Révolution russe. 1891-1924 : la tragédie d’un peuple

orlando_figes.gif

Orlando Figes (2007). La Révolution russe. 1891-1924 : la tragédie d’un peuple. Paris : Denoël, 1107 pages.

Préface de Marc Ferro. ISBN : 978-2-207-25839-2

Finalement, j’ai mené au bout la lecture (de longue haleine) de cet ouvrage de plus de 1000 pages paru en français en 2007, plus de 10 ans après sa publication en anglais (1996), consacré à La Révolution russe par Orlando Figes, professeur d’histoire russe au Birbeck College de l’Université de Londres. Compte-rendu.

L’ouvrage de Figes est un ouvrage majeur, car c’est la première somme consacrée à la Révolution russe après la Chute du Mur et qui a bénéficié également de l’ouverture des archives soviétiques (1991-1994). L’auteur a notamment put bénéficié des Archives de Maxime Gorki.

En démarrant son histoire de la Révolution russe avec la famine de 1891 et en la clôturant avec la mort de Lénine en 1924, il la replace dans le long terme. Figes détaille le long processus de mutation et de maturation d’une société au bord de l’effondrement et redonne sa place au grand absent : le peuple russe lui-même. Il illustre également la Révolution au travers de destins individuels, représentants des différentes forces sociales en présence. Outre Lénine, Kerensky, Staline, Trotsky ou Nicolas II, on y croise ainsi l’écrivain Maxime Gorki, le paysan réformateur Sergueï Semenov, le soldat Dimitri Oskine, le prince Gueorgui Lvov et le général Alexeï Broussilov.
Globalement, Figes n’épargne personne que ce soit les bolcheviks, les Blancs, le Tsar, les mencheviks ou les Socialistes Révolutionnaires (SR). On perçoit néanmoins, même sous la critique, une certaine fascination pour le personnage de Lénine.

S’agit-il pour autant, comme l’indiquent certains commentateurs, de la première histoire sociale, non idéologique et post-soviétique de cet événement historique majeur du 20e siècle ? Dans sa conclusion, Figes (2007 : 993) s’interroge si l’issue aurait pu être différente et laisse percer une vision quelque peu libérale de l’histoire — qui n’entre pas en contradiction avec la marche «naturelle» de l’histoire que l’on retrouve chez Hegel ou Marx :

«L’issue aurait pu être différente. Dans les dernières décennies de l’ancien régime naissait une sphère publique qui, eût-elle disposé d’assez de temps et de liberté pour se développer, aurait pu transformer la Russie en société constitutionnelle moderne. Les institutions de cette société civile — organismes publics, presse, partis politiques — se développaient toutes à une vitesse considérable. Les concepts occidentaux de citoyenneté, de droit, de propriété privée commençaient à s’enraciner. Les paysans eux-mêmes n’étaient pas épargnés, ainsi que le montre l’histoire des efforts de réforme de Semenov dans son village d’Andreïvskoïe. Certes, la nouvelle culture politique était fragile et largement confinée aux minuscules classes libérales urbaines; et, comme l’ont montré les événements de 1905, le risque a toujours été qu’elle se laissât emporter par la violence sanglante de la «revanche des serfs». […]»

Pour Figes, la responsabilité première de cet échec et de cette tragédie incombe avant tout aux deux derniers tsars :

«Tout dépendait de la disposition du régime tsariste à introduire des réformes. Mais il y avait un hic. Les deux derniers tsars de la Russie étaient profondément hostiles à l’idée d’un ordre constitutionnel moderne. La Russie s’acheminant vers le XXe siècle, ils s’efforcèrent de la ramener aux XVIIe […]. A maintes reprises, le refus obstiné du régime tsariste de concéder des réformes transforma ce qui aurait dû être un problème politique en crise révolutionnaire» (Figes 2007 : 993).

Dans ce contexte, il en découla une jacquerie d’une incroyable violence que seuls les bolcheviks surent exploiter. Le succès des bolcheviks résida également dans leur maîtrise de la tradition messianique russe et des mécanismes étatiques repris de l’Etat tsariste, mais adaptés à la société russe du 20e siècle :

«En tant que forme de pouvoir absolutiste, le régime bolchevik était typiquement russe. Il était une image séculaire de l’Etat tsariste. […] Entre les deux systèmes existait cependant une différence cruciale : alors que l’élite du régime tsariste était socialement étrangère au peuple […], l’élite soviétique se composait pour l’essentiel de Russes ordinaires (et d’autochtones en terre non russe), qui parlaient, s’habillaient et se conduisaient comme tout le monde. Cela donna au système soviétique un avantage décisif sur les Blancs dans la guerre civile […]. Le rejet appuyé des Blancs par la paysannerie et les non-Russes détermina l’issue de la guerre civile» (Figes 2007 : 997).

Parmi les portraits du livre de Figes, c’est celui de Dimitri Oskine qui présente le mieux ces fils de cette nouvelle Russie construite par les bolcheviks, issus des cendres de la Russie tsariste et zigzaguant pendant la Révolution avant de rejoindre les bolcheviks et d’être pour beaucoup broyé plus tard par le stalinisme :

Dimitri Oskine (1892-1934) « est un exemple typique de cette classe d’officiers issue de la guerre. Pour un paysan comme lui — alphabétisé et brillant malgré ses airs rustauds —, l’armée était un moyen d’échapper à la misère d’un village. Dans le courant de l’été 1913, il s’engagea dans le régiment d’infanterie de sa ville locale de Toula; peu après, il devait suivre une formation de sous-officier. Quand la guerre éclata, il fut nommé sergent-chef. […]. La guerre prélevant son lot d’officiers, c’est à des sous-officiers comme lui qu »incomba la responsabilité d’assurer la cohésion dans les rangs» (Figes 2007 : 348).
«Dimitri Oskine n’était pas revenu à Toula depuis cinq ans. […] Au printemps 1918, le voici qui revenait dans la même ville, en qualité de commissaire dans l’armée de Trotski, histoire de «mettre de l’acier» dans la révolution.
Les années de guerre avaient profité à Oskine. Il avait monté en grade, gagnant quatre croix de Saint-Georges en cours de route, avec la destruction de l’ancienne caste des officiers. En 1917, la fortune lui sourit tandis que, politiquement, il glissait à gauche : il suivait le courant de la révolution des soldats. Ses lettres de créance SR lui valurent de commander un régiment,  puis d’être élu au coité central du soviet des soldats, sur le front sud-ouest. En octobre, il se rendit en tant que délégué SR au deuxième congrès des soviets, où il fit partie de «cette mase grise» des soldats mal lavé du Smolny, que Soukhanov avait rendu responsables du triomphe bolchevik. Au début 1918, quand Trotski entreprit de constituer le corps des officiers de la nouvelle Armée rouge, il se tourna d’abord vers les sous-officiers, comme Oskine, qui avaient appris le métier dans l’armée tsariste. Il s’agissait d’un mariage de raison entre les ambitions des fils de paysans et les besoins militaires du régime.» (Figes 2007 : 726)
«Dimitri Oskine était un fils de la nouvelle Russie. Il était simple soldat quand il rejoignit l’armée de Broussilov au cours de la Première Guerre mondiale; à la mort du général [en 1926], cependant, ce paysan était un personnage en vue de l’establishment militaire soviétique. Après avoir commandé la 2e armée de la main-d’oeuvre en 1920, il reçut le commandement de l’armée de réserve de la République soviétique : un poste important puisqu’il avait autorité sur près d’un demi-million d’hommes. Le régime le mettait en avant comme un brillant exemple de ces commandants rouges qu’il avait promis de promouvoir dans les rangs des paysans et des ouvriers rejoignant l’Armée rouge en pleine guerre civile. Voici un soldat qui avait porté dans son havresac un bâton de général, sinon de maréchal, et c’est sur la base de cette image de gars promis à une vie de paysan qu’il rédigea ses Mémoires militaires en trois volumes dans les années 1920. Ses dernières années demeurent obscures. A la fin des années 1920, il devint un bureaucrate de l’armée à Moscou. Il mourut en 1934, peut-être victime de la terreur stalienne, à l’âge tendre de quarante-deux ans» (Figes 2007 : 1003).

Le livre de Figes met également en évidence l’impact de la Première Guerre mondiale sur la société russe et plus particulièrement les effets de la grande retraite de 1915 :

«Le sergent Oskine «vécut la grande retraite comme une telle humiliation que, sitôt sa jambe amputée, il déserta de son régiment et rejoignit la ferme d’un ami en Sibérie. Mais les Cosaques  avaient incendié la ferme, réquisitionné tout le bétail pour le gouvernement,, et violé la femme et la mère de son ami. Pour Oskine, ce fut la goutte d’eau qui fait déborder le vase : il rejoignit le parti SR clandestin en Sibérie […]» (Figes 2007 : 353).

ainsi que la fracture sociale définitive et perceptible lors de l’offensive russe de 1917 :

«La Première Guerre mondiale fut une gigantesque mise à l’épreuve de l’Etat moderne; en tant que seul grand Etat qui n’avait pas su se moderniser avant la guerre, la Russie tsariste était quasiment vouée à échouer. […] l’offensive de l’été [1917], comme tous les combats précédents, souligna le fait qu’il existait deux Russie : la Russie privilégiée des officiers et la Russie paysanne des conscrits étaient sur le point de s’affronter dans la guerre civile» (Figes 2007 : 994).

Il n’en demeure pas moins, pour Figes, que la Révolution d’octobre devra beaucoup à la faiblesse de l’opposition plus qu’à la force des bolcheviks et ressemble plus à un coup d’Etat militaire tragi-comique qu’à une révolution :

« Peu d’événements historiques ont été aussi profondément déformés par le mythe que ceux du 25 octobre 1917. L’image populaire l’insurrection bolchévik où des dizaines de milliers d’hommes se seraient affrontés dans un combat sanglant et où plusieurs milliers de héros seraient tombés doit davantage à Octobre — […] — qu’à la réalité historique. La grande révolution socialiste d’octobre, comme on devait l’appeler dans la mythologie soviétique, fut en vérité un événement d’une si petite échelle — en fait, rien de plus qu’un coup d’Etat militaire — qu’elle passa inaperçue aux yeux de l’immense majorité des habitants de Pétrograd. Théâtres, restaurants et tramways continuèrent de fonctionner comme à l’ordinaire tandis que les bolchéviks prenaient le pouvoir. Toute l’insurrection aurait pu être achevée en six heures, n’était l’incompétence bouffonne des insurgés eux-mêmes, qui en prirent quinze de plus. Le légendaire «assaut» du palais d’Hiver, où le cabinet de Kerenski tenait sa dernière séance, relevait plus de l’arrestation de routine à domicile, puisque la plupart des forces qui défendaient le palais étaient déjà rentrées chez elles, affamées et découragées, avant le début de l’opération» (Figes 2007 : 603).

Par la suite, la politique de la Terreur instaurée par Lénine fut, à la fois, un moyen de conserver le pouvoir et de s’attacher une partie du peuple russe au projet bochévik comme l’illustre le slogan «Piller les pillard» :

« Pour l’immense majorité des Russes, le principe élémentaire de la révolution était la fin de tous les privilèges sociaux. Il existait chez les Russes une longue tradition de nivellement social qui remontait à la commune paysanne et qui s’exprimait dans les notions de justice populaire qu’on retrouve au coeur de la révolution de 1917. La croyance commune dans le peuple russe que l’excédent de richesse est immoral, que la propriété c’est le vol et que le travail manuel est la seule source réelle de valeur devait beaucoup moins aux doctrines de Marx qu’aux coutumes égalitaire de la commune villageoise. […]
Si les bolcheviks avaient un écho dans le peuple en 1917, c’était bien par leur promesse d’abolir tous les privilèges et de remplacer l’ordre social injuste par une république d’égaux» (Figes 2007 : 646).
«Les historiens ont eu tendance à négliger les relations entre cette guerre plébéienne contre les privilèges et les origines de la Terreur rouge. […] La terreur surgit d’en bas. D’emblée, ce fut un élément à part entière de la révolution sociale. Les bolcheviks encouragèrent la terreur de masse : ce ne sont pas eux qui la créèrent» (Figes 2007 : 650).

De groupuscule, le parti bolchevik parvint ainsi à convaincre plus d’un million de Russes à le rejoindre :

«Dans les cinq premières années du régime soviétique, plus d’un million de Russes ordinaires rejoignirent le parti bolchevik. […] La plupart étaient attachés à une révolution culturelle qui rapprocherait les villages des villes […] (p. 998) Ils voyaient dans le bolchevisme une force de progrès, pour la Russie comme pour eux-mêmes, un moyen d’effacer le monde villageois brutal dont ils étaient issus et de le remplacer par la culture urbaine de l’école et de l’industrie qui leur avait permis de s’élever jusqu’à faire partie de l’élite officielle» (Figes 2007 : 997).

et former une nouvelle noblesse

«Les bolcheviks ne ressemblaient à aucun parti occidental. Ils formaient davantage une classe dirigeante, semblable à bien des égards à la noblesse, à laquelle Lénine lui-même devait souvent les comparer. «Si 10’000 nobles pouvaient gouverner toute la Russie, alors pourquoi pas nous?» avait-il un jour demandé. De fait, les camarades étaient en train de se glisser dans leurs souliers. Rejoindre le parti après 1917, c’était rejoindre la noblesse. Cela valait d’être élevé à des postes dans la bureaucratie, de jouir du statut et des privlièges de l’élite, de se tailler une part personnel dans l’État-parti. La culture du parti dominait tous les aspects de la vie publique en Russie soviétique de même que la culture de l’aristocratie avait dominé la vie publique dans la Russie tsariste» (Figes 2007 : 839).

On comprend mieux qu’après la mort de Lénine et dans la lutte pour le pouvoir entre Trotski et Staline, c’est ce dernier qui incarnera le mieux la Révolution pour cette nouvelle noblesse et aux yeux de ces Russes ordinaires. D’autant plus que

«La clé du pouvoir croissant de Staline était son contrôle de l’appareil du parti en province. En tant que président du Secrétariat, et seul membre du Politburo à l’Orgburo, il pouvait promouvoir ses amis et écarter ses adversaires. Au cours de la seule année 1922, l’Orgburo et le Secrétariat nommèrent plus de 10’000 cadres provinciaux, pour la plupart sur recommandation personnelle de Staline. Ils devaient être ses principaux partisans au cours de la lutte pour le pouvoir contre Trotski en 1922-1923» (Figes 2007 : 974).

En d’autres termes, il existe une filiation évidente entre la politique menée par Lénine, la Terreur rouge et ce qui sera par la suite le stalinisme, y compris dans ses excès. Même si, dans son Testament, Lénine réserve ses critiques les plus accablantes à Staline, souhaite, dans une dernière lettre, qu’il parte (Figes 2007 : 978-981) et prédit en quelque sorte le devenir de la Russie sous Staline :

«c’est à Staline que Lénine réservait ses critiques les plus accablantes. Devenu secrétaire général, il avait «accumulé entre ses mains un pouvoir illimité, et je ne suis pas sûr qu’il sache toujours utiliser ce pouvoir avec une prudence suffisante» (Figes 2007 : 980).

File-Maxim_Gorky_authographed_portrait.jpg

Portrait autographe de Maxime Gorki (1868-1936). Source Wikidpedia (https://fr.wikipedia.org/wiki/Maxime_Gorki)

Aujourd’hui, vingt-cinq ans après la Chute du Mur, la Russie est devenue poutinienne. A-t-elle tiré la leçon de la révolution russe? Le peuple est-il sur la voie de l’émancipation et s’est-il libéré des empereurs, fussent-ils bolcheviks, pour devenir des citoyens? En résumé, le peuple russe connait-il une évolution suffisante lui permettant de dépasser le constat formulé par Maxime Gorki à propos de la Russie bolchevik :

«Dans sa vision de la révolution russe, Gorki niait que le peuple eut été trahi. La tragédie révolutionnaire résidait dans son héritage d’arriération culturelle plutôt que dans le fléau de quelques bolcheviks «étrangers». Il n’était pas la victime de la révolution, mais le protagoniste de sa tragédie. […] les chances de la Russie en tant que nation démocratique dépendent largement de la capacité des Russes à affronter leur histoire récente; et cette démarche implique de reconnaître que, si grande fut l’oppression du peuple, le système soviétique a poussé en terre russe. C’est la faiblesse de la culture démocratique de la Russie qui a permis au bolchévisme de s’enraciner. C’est l’héritage de l’histoire russe, de siècles de servitude et de régime autocratique, qui avait maintenu le peuple ordinaire dans un état d’impuissance et de passivité. «Et le peuple s’est tu», dit un proverbe russe, qui décrit une bonne partie de l’histoire du pays. Ce fut certes la tragédie d’un peuple, mais une tragédie à laquelle le peuple contribua. Le peuple russe se laissa piéger par la tyrannie de son histoire» (Figes 2007 : 991).

A d’autres de mener une enquête aussi magistrale que celle faite par Orlando Figes.

Orlando Figes (2007). La Révolution russe. 1891-1924 : la tragédie d’un peuple. Paris : Denoël, 1107 pages. Préface de Marc Ferro. ISBN : 978-2-207-25839-2

Sommaire de l’ouvrage :

LA RUSSIE SOUS L’ANCIEN REGIME
La dynastie
Piliers instables
Icônes et cancrelats
Encre rouge

LA CRISE DE L’AUTORITE (1891-1917)
Premier rang
Derniers espoirs
Une guerre sur trois fronts

LA RUSSIE EN REVOLUTION (FEVRIER 1917-MARS 1918)
Glorieux février
Le pays le plus libre du monde
L’agonie du gouvernement provisoire
La Révolution de Lénine

LA GUERRE CIVILE ET LA FORMATION DU SYSTEME SOVIETIQUE (1918-1924)
Derniers rêves du vieux monde
La Révolution entre en guerre
Le nouveau régime triomphant
La défaite dans la victoire
Morts et départs

CONCLUSION

Histoire et bande dessinée | La Vie des idées

Et si les historiens et les dessinateurs faisaient équipe ? Pour faire fonctionner ce couple, on peut choisir d’illustrer l’« Histoire ». On peut aussi s’inspirer des enquêtes et reportages dessinés, guidés par un raisonnement, fondés sur des questions originales et des sources neuves. Cet article d’Ivan Jablonka pour «La Vie des idées» présente à la fois différentes catégorie de Bandes dessinées ayant un rapport avec l’Histoire et des propositions de véritables collaborations entre chercheurs en sciences humaines et dessinateurs de Bandes dessinées. Cette collaboration permettrait de renouveler les modes d’enquête et d’écriture des sciences sociales et offre peut-être une réponse à la question Y aller ou pas? relativement à Eric Zemmour, Lorànt Deutsch et consorts.

L’article débute par un premier constat des rapports entre recherches universitaires et Bande dessinée.

Malheureusement, la bande dessinée est souvent considérée comme un art mineur, inapte à véhiculer une pensée complexe. De fait, elle est quasi absente de la réflexion des chercheurs. Elle n’a toujours pas trouvé sa place à l’université, dans les départements de sciences humaines, ni dans les écoles de journalisme. En revanche, des formations existent pour s’initier au « neuvième art », parmi lesquelles les Beaux-Arts de Paris, les Arts Déco de Strasbourg et l’École européenne supérieure de l’image à Angoulême.

Heureusement, Pascal Ory et Serge Tisseron, dès les années 1970, font figurent de pionniers par leur travaux. Signalons plus particulièrement Michel Thiébaut et sa thèse (1997) consacrée à la représentation de l’Antiquité dans la bande dessinée francophone. En effet, certains enseignants d’histoire sont preneur de bande dessinée consacrée à l’Antiquité (Alix plus particulièrement). L’intérêt des chercheurs pour la Bande dessinée sera plus prononcé à partir de la deuxième moitié des années 2000.
Après cette entrée en matière, Ivan Jablonka établit une catégorisation des Bandes dessinée à caractère historique en deux volets :

  • La bande dessinée comme reflet d’histoire : «Ces bandes dessinées « historiques » sont plutôt des fictions (ou des docu-fictions) ayant pour théâtre le passé, comme de nombreux romans « historiques » sont des aventures en costumes.»
  • La bande dessinée comme enquête : «Les enquêtes dessinées se fixent les mêmes objectifs et rencontrent les mêmes difficultés que le grand reportage, le journalisme d’investigation et la recherche en sciences sociales : il s’agit toujours de comprendre, de prouver et de représenter.»

Ivan Jablonka privilégie la seconde catégorie qui aboutit à sa proposition finale de sciences sociales graphiques. Ceci demande néanmoins et préalablement de

définir les préalables théoriques grâce auxquels un chercheur pourrait cosigner une bande dessinée sans rien abandonner de sa méthode ni de ses exigences.

Il en naîtrait une bande dessinée véritablement historique (ou sociologique, ou anthropologique), c’est-à-dire une enquête dessinée ou des sciences sociales graphiques. Viendra un jour où, sans se ridiculiser ni chagriner leurs collègues, les chercheurs pourront incarner leurs raisonnements dans une bande dessinée, une exposition de photos, une installation vidéo, une pièce de théâtre. Ce dossier s’efforce de les y encourager.

Pour Jablonka, cette «rencontre entre la bande dessinée et les sciences sociales permettrait de renouveler les modes d’enquête et d’écriture, tout en retenant le public qui fuit.» Ceci permettrait également «de refuser les dichotomies faciles, par exemple celle qui oppose l’« Histoire » vulgarisée, éprise de grands hommes pour le grand public, et l’histoire technique et rébarbative des spécialistes». Une manière peut-être de répondre à la question Y aller ou pas? relativement à Eric Zemmour, Loran Deutsch et consorts?1

L’article : Ivan Jablonka, « Histoire et bande dessinée », La Vie des idées, 18 novembre 2014. ISSN : 2105-3030. URL : http://www.laviedesidees.fr/Histoire-et-bande-dessinee.html

  1. Rapport à mes billets suivants:

    1. Y aller ou pas ? Retours sur une expérience télévisuelle (1)
    2. Y aller ou pas ? Retours sur une expérience télévisuelle (2)
    3. Pour répondre à Eric #Zemmour sur #Vichy []

Ouvrages : Réformation et Luther

Deux ouvrages importants, parus en allemand et consacrés à la Réforme ou à Luther, viennent d’être publiés en français.

Martin Luther : rebelle dans une époque de rupture par Heinz Schilling

Avec cet ouvrage de référence, on sort de l’histoire religieuse « ecclésiastique », en général apologétique, pour faire la biographie et le portrait d’ « un homme qui était marqué par son temps et qui a marqué son temps ». Ce qui signifie que Martin Luther est fortement replacé dans son contexte multiple – historique, géographique, social, économique, culturel, politique et religieux – et dans l’état des mentalités de son temps. D’autre part, que la Réforme du réformateur de Wittenberg est replacée aussi dans le contexte des autres réformes de son temps, et notamment celle du catholicisme – dont certaines ont commencé dès la fin du XV° siècle. Cela signifie aussi absence de complaisance pour marquer les limites du personnage Luther et de la Réforme – par exemple son caractère très européen alors que de nouveaux mondes opèrent, en Espagne et au Portugal, dans le sens d’une mondialisation du christianisme ; ou encore ses conflits internes innombrables, au sein même de la « confession » protestante naissante, avec ses compagnons de foi. Néanmoins, cette biographie qui réunit une énorme documentation est aussi très « empathique » pour son héros, un génie religieux dont elle restitue avec précision le parcours.   

Heinz SCHILLING (né en 1942) est un historien allemand internationalement reconnu. Il a été professeur à Bieldefeldt, Osnabrück , Giessen et à la Humdoldt Universität de Berlin, dont il est émérite depuis 2010. Spécialiste des débuts de la période moderne (XVI° – XVII siècle) en Allemagne, il est considéré comme « la » référence de l’époque dite « confessionnelle », c’est-à-dire de l’époque qui vient immédiatement après la Réforme et qui se caractérise par une division politique des Etats voire des régions européens selon la confession du prince, en suivant la formule bien connue cujus regio ejus religio. Les travaux de H. Schilling sur le confessionnalisme ont profondément renouvelé la question.

Schilling, H. (2014). Martin Luther : rebelle dans une époque de rupture. Paris: Salvator. 29 €


Histoire de la Réformation
par Thomas Kaufmann

Depuis sa parution en Allemagne en 2009, cette histoire de la Réformation de Thomas Kaufmann s’est imposée comme l’ouvrage de référence sur le sujet, salué unanimement dans les grands médias et la presse spécialisée. Son édition française vient à point nommé remplacer nombre de manuels désormais datés sur cette période ou inscrits dans des approches plus sectorielles. Très attentif aux débats historiographiques contemporains, le livre refuse toutes les interprétations idéologiques de la Réformation qui cherchent à y lire soit la naissance du monde moderne, soit une péripétie du Moyen Age finissant, pour étudier le phénomène historique dans toutes ses complexités et singularités. Outre les aspects politiques et théologiques, l’auteur accorde une grande importance à l’histoire sociale, des pratiques religieuses et des médias (développement de l’imprimerie). Cette pluridisciplinarité lui permet de tracer une fresque différenciée et extrêmement riche de cette époque cruciale de l’histoire européenne.

Kaufmann, T. (2014). Histoire de la Réformation. Genève : Les Editions Labor et Fides, 850 pages. chf 69.- ou €49.-ISBN: 978-2-8309-1503-7

 

Pour répondre à Eric #Zemmour sur #Vichy

En laissant complaisamment Eric Zemmour redonner ses lettres de noblesse à cette pourriture qu’a constitué le régime de Vichy, nous nous préparons à des lendemains difficiles. Le documentaire de Jérôme Prieur “Hélène Berr, une jeune fille dans Paris occupé” est probablement une des meilleures réponses aux propos ignominieux d’Eric Zemmour.

Hélène Berr à gauche sur cette image extraite du documentaire Hélène Berr, une jeune fille dans Paris occupé. © DR

C’est un article de Télérama1 qui m’a amené à visionner le documentaire poignant de Jérôme Prieur “Hélène Berr, une jeune fille dans Paris occupé”. Le documentaire dure 1h23 et peut être visionné en entier sur DailyMotion :

Hélène Berr commence son journal le 7 avril 1942. Elle a eu 21 ans le 27 mars. Elle ne sait pas qu’elle n’a plus que deux ans à vivre, mais elle sait que la menace est là, « comme dans un mauvais rêve ». Etudiante brillante, elle ne peut pas passer l’agrégation d’anglais, car elle est juive, et le statut des juifs qui vient d’être promulgué par le régime de Vichy l’en empêche. Elle doit porter l’étoile jaune, elle se voit montrée du doigt dans la rue. Dans le documentaire de Jérôme Prieur, ses réflexions sur cette stigmatisation sont accompagnées d’images prises dans les rues, qui font honte. Il y a là une certaine horreur française, dans l’abstention, dans le consentement à ce statut des juifs, à la « brutalité de la discrimination » dont parle Hélène Berr. On s’arrête un moment sur ce panneau : « Parc à jeux. Réservé aux enfants. Interdit aux juifs ». Pas même un graffiti pour rayer cette mention2.

Sans difficulté, le journal d’Hélène Berr comme les images d’archives de Jérôme Prieur démontent la thèse, remise au goût du jour par Eric Zemmour, selon laquelle le régime de Pétain aurait servi de « bouclier » à l’Occupation allemande3. Hélène Berr et le documentaire montrent à quel point toutes les différentes humiliations progressives à l’égard des Juifs en France (Français ou non) et leur enchaînement sont le fait d’une collaboration constante entre les autorités allemandes et françaises et mettent en place un projet idéologique et politique qui, depuis longtemps revendiqué par une partie de la droite, accompagnait pleinement la politique d’Occupation allemande en France.

Quand le documentaire nous donne à voir matériellement les différents décrets pris par les autorités françaises ou allemandes ou que les actualités nous présentent Pierre Laval main dans la main avec les autorités allemandes lors du premier échange «prisonniers français contre travailleurs français pour l’Allemagne», le journal d’Hélène met ces faits et documents en perspective au travers de leur réception et de leur vécu par cette jeune femme brillante.

Il en est ainsi lors de l’évocation concrète de l’application sur ses habits de la pose de l’étoile jaune sur ses habits et de sa vie en société qui s’en suit. Ce passage vaut tous les discours sur l’entreprise de déshumanisation en cours. Ainsi, le 23 juin 1942, son père4 est arrêté par des policiers français parce que son étoile est mal cousue5; sa femme l’avait en effet installée à l’aide d’agrafes et de pressions afin de pouvoir la mettre sur tous les costumes… Pour ce fait, Raymond Berr passera trois mois en prison et ne sera libéré en septembre que contre une caution. Hélène Berr a alors ces phrases :

«Nous vivons heure par heure, non plus semaine par semaine»

puis, en juillet :

«Quelque chose se prépare, quelque chose qui sera une tragédie, la tragédie peut-être.»

Et, plus tard, lorsqu’un employé de métro enjoint Hélène de changer de wagon conformément aux dernières directives publiées, il n’est évidemment plus possible d’invoquer le mythe du bouclier français…

Si les autorités françaises et allemandes commencent par déporter des Juifs étrangers vivant en France6, l’arrestation de son père indique bien qu’il ne s’agit que d’une étape dans l’entreprise de déportation. Comme lorsqu’en novembre 1943, Hélène évoque  l’arrestation par les gendarmes d’un… bébé de 2 ans qui revient chercher 5 enfants pour que le cota du jour de 1000 soit atteint7 :

«Qu’on en soit arrivé à concevoir le devoir comme une chose indépendante de la conscience, indépendante de la justice, de la bonté, de la charité, c’est là la preuve de l’inanité de notre prétendue civilisation.»

Elle pose alors ce constat

«comment guérira-t-on l’humanité autrement qu’en lui dévoilant d’abord toute sa pourriture, comment purifiera-t-on le monde autrement qu’en lui faisant comprendre l’étendue du mal qu’il commet ?»

En laissant complaisamment Eric Zemmour redonner ses lettres de noblesse à cette pourriture, nous nous préparons à des lendemains difficiles. Disons-lui «stop» pour qu’Hélène ne meurt pas une deuxième fois et que son témoignage ne soit pas vain8.

 

A lire :  Journal, d’Hélène Berr, préface de Patrick Modiano, suivi de Hélène Berr, une vie confisquée, par Mariette Job. Éditions Tallandier, janvier 2008. (ISBN 978-2-84734-500-1). Réédité en format de poche aux éditions Points, en mai 2009 (également disponible en « édition scolaire »).

  1. François Ekchajzer. Regardez “Hélène Berr, une jeune fille dans Paris occupé”, un documentaire de Jérome Prieur | Télérama 08.11.2014. []
  2. ‘Par délicatesse / J’ai perdu ma vie » | non-fiction.fr. []
  3. La version 2014 du «bouclier» par Eric Zemmour consiste à affirmer que si des Juifs français ont été épargnés, c’est parce que le gouvernement de Laval et Pétain, victime des exigences allemandes, avait opté pour une solution intermédiaire : sacrifier les Juifs étrangers pour sauver les Juifs français. Il en découle une plaidoirie de Zemmour sur l’habileté politique de l’Etat pétainiste. En ce sens, Eric Zemmour est bien un descendant de cette droite française «vichyste». []
  4. Raymond Berr, ingénieur des Mines, vice-président directeur général de Kuhlmann, décoré de la croix de guerre et de la légion d’honneur, est arrêté par la police et interné à Drancy. []
  5. Chaque Juif dispose de trois étoiles en tissus à fixer sur ses habits. []
  6. Et là également les autorités commencent par faire des distinctions entre les nationalités avant de planifier la déportation de tous les Juifs étrangers vivant en France. []
  7. Cette arrestation et ce gendarme illustrent l’époque où Laval, au motif qu’il ne fallait pas séparer les familles, livra également les enfants aux Allemands. C’était ça ce régime de Vichy que veut réhabiliter Eric Zemmour. []
  8. Le 8 mars 1944, Hélène et ses parents sont arrêtés, et déportés le 27 mars, le jour de ses 24 ans. Tous mourront en déportation, Hélène en avril 1945, à Bergen-Belsen, quelques jours avant la libération du camp. Battue à mort par une gardienne parce qu’elle ne s’était pas réveillée, ce matin-là. []

C’est à Craonne sur le plateau qu’on doit laisser sa peau : promenade photographique sur le chemin des Dames.

Une promenade photographique et historique que je vous encourage à découvrir autant pour la qualité du texte que celle des photos.

Ils n'ont pas choisi leur sépulture - photo@vservat.

Ils n’ont pas choisi leur sépulture – photo@vservat.

«Premier pas sur le Chemin des Dames, à Craonne, son point le plus oriental. En contrebas du plateau de Californie, un bois et la plaine. Une oeuvre d’art contemporain disparue. En métal lourd et froid, des visages pris dans les rets d’un filet. Ils n’ont pas choisi leur sépulture dit la plaque au sol, seule dans cet espace désormais vide.»

Lire et voir la suite : clgeluardservat.blogspot.ch

 

Y aller ou pas ? Retours sur une expérience télévisuelle (1)

Ce billet de «Devenir historien-ne» est né d’une conversation sur Twitter. @BenoitVaillot et @thibault_lh discutaient de l’entretien qu’ils venaient d’accepter de donner à un journaliste pour une émission de télé. Il échangeaient sur leurs doutes et les raisons qui les avaient poussés à accepter. C’est alors qu’il leur a été demandé par Emilien Ruiz s’ils seraient partant pour écrire un billet de « retour d’expérience ».

Il se trouve en effet que l’entretien concernait les usages de l’histoire  et le succès de figures médiatiques telles que Lorànt Deutsch (principal invité de l’émission) et Éric Zemmour, soit un thème traité depuis quelques temps par Devenir historien-ne.

Fallait-il y aller ou pas ? Les deux historiens y répondent dans leur billet et expliquent leur choix. Il reviendront, dans un prochain billet, sur cette expérience à la lumière d’une analyse de l’émission après diffusion.

Cet article est particulièrement intéressant pour l’enseignant relativement aux usages médiatiques de l’histoire et la nécessaire contextualisation d’émissions historiques, comme de films de fiction, avant leur usage éventuel en classe. Il interroge également les enseignants d’histoire, et donc pas seulement les chercheurs en histoire, concernant l’impact médiatique de certaines figures tels Lorànt Deutsch ou Éric Zemmour sur les conceptions historiques de nos élèves.

Ensuite, les propos suivants de Benoit Vaillot interpelleront également les enseignants à propos de la question de la neutralité possible ou non de l’enseignant en classe d’histoire face à certains discours du champs médiatique et politique :

Les questions posées ont été les mêmes que celles de Thibault, quoique peut-être plus directes et franches, me voyant enclin à adopter un ton plus politique (et donc polémique ?) que scientifique. Le journaliste souhaitait délibérément opposer de façon manichéenne le succès d’un Lorànt Deutsch aux historiens de métier moins lus. J’ai clairement exprimé que réfuter historiquement les écrits d’un Lorànt Deutsch ou d’un Éric Zemmour n’était pas difficile, et qu’il ne fallait pas se cantonner à cela mais bien à en critiquer la portée politique. J’ai donc essayé d’élever la réflexion en prenant l’exemple précis de la réhabilitation du régime de Vichy et du maréchal Pétain par Éric Zemmour. Je me suis efforcé de faire comprendre que la réhabilitation du régime de Vichy n’est pas gratuite et s’inscrit dans un combat pour l’hégémonie culturelle, qui prépare l’arrivée au pouvoir de l’extrême-droite ou d’une droite plus dure.

 

Regards d’un historien sur les sciences humaines numériques

En février dernier, l’expression digital humanities atteignait la cote de 100 % sur Google Trends. Pour certains enthousiastes, ces sciences humaines numériques représenteraient l’avenir, voire une planche de salut pour les programmes en lettres, sciences humaines et sciences sociales, qui souffrent d’une remise en question de leur valeur émanant de la crise financière que connaît le monde de l’enseignement supérieur (Darcos, 2011). Mais comment concilie-t-on l’enseignement d’outils et de compétences numériques au sein de disciplines traditionnellement peu tournées vers la technologie? Perspectives SSF, le bulletin de veille du Service de soutien à la formation de l’Université de Sherbrooke, s’est entretenu avec Léon Robichaud, directeur du Département d’histoire depuis juin dernier.

Léon Robichaud, directeur du Département d’histoire. Photo : Université de Sherbrooke

Concernant les sciences humaines numériques, Léon Robichaud dispense une vision nuancée de leur apport :

«Le numérique agit comme un amplificateur et augmente les capacités de l’historien. Ce n’est pas une solution magique»

Cependant si la méthodologie historique reste comparable, l’échelle de travail et la masse des données changent et peuvent susciter de nouvelles questions de recherche :

«Un historien qui souhaite écrire l’histoire de la Maison-Blanche sous Lyndon Johnson devra lire et analyser les 40 000 notes de service […] …[S]ous Clinton, il devra examiner quelque quatre millions de courriels…», illustrait récemment le magazine Affaires universitaires (2014).

Concernant ses étudiants, Léon Robichaud pose un regard plutôt sévère (mais que j’aurai tendance à partager sur les motivations de certains à choisir l’histoire ou l’enseignement pour échapper aux technologies) :

«Les jeunes de cette génération communiquent et consomment beaucoup grâce au numérique, mais ils créent assez peu, dit-il. Parmi ceux qui s’inscrivent en histoire, plusieurs ont choisi une filière où ils pensent avoir moins besoin de côtoyer les technologies…»

Le site Sherbrooke, histoire et patrimoine

 Dans son cours «Informatique appliquée à l’histoire», Léon Robichaud développe une pédagogie de projet et de médiatisation du travail effectué par les étudiants :

En Informatique appliquée à l’histoire, l’apprentissage du numérique s’effectue à partir d’un projet concret auquel les étudiantes et étudiants peuvent adhérer : par exemple, le site Sherbrooke, histoire et patrimoine qui permet notamment une visite virtuelle du quartier sud de Sherbrooke en 1921. L’apprentissage de connaissances et de compétences n’est donc pas artificiel. Léon Robichaud souligne par ailleurs l’importance d’enseigner le sens critique afin d’aider les futurs historiens à développer un réflexe de prudence par rapport aux données numériques : «La donnée est construite. Quelle sorte d’analyse peut-on faire avec les données disponibles? Toutes les corrélations ne sont pas des rapports de cause à effet.»

Au final, Léon Robichaud offre un regard rafraîchissant et sans complaisance de la discipline historique à l’heure du numérique.

Références :
Darcos, Martin, «Manifeste des Digital Humanities», THATCamp, 26 mars 2011
Maltais, Sébastien, Dubois, Caroline, «Visite du quartier Sud de Sherbrooke, version 1921», Perspectives SSF, 2 mai 2014. Article en ligne, dernière consultation 5.11.2014 : http://www.usherbrooke.ca/histoire/accueil/babillard/babillard-details/article/25431/

 

Le film de la semaine : De l’autre coté du mur

Comment rendre vivants le quotidien de la Guerre froide et la séparation de l’Allemagne en deux blocs ‘antinomiques’ ? A l’occasion du vingt-cinquième anniversaire de la chute du mur de Berlin, « De l’autre côté du mur » de Christian Schwochow, jeune cinéaste allemand né à l’Est, nous donne l’occasion sur grand écran de vivre l’installation difficile, en ‘Occident’, d’une jeune femme et de son fils, réfugiés venus de RDA, à la fin des années 70. Documentée et réaliste, la fiction dramatique n’apporte pas seulement un éclairage pertinent sur une période historique tendue, elle permet aussi de réfléchir sur les notions d’intégration et de citoyenneté, tout en soulevant cette question essentielle : qu’est-ce que la trahison pour qui ne sait pas encore à quel nation il appartient ?

Le compte-rendu du Café pédagogiqueLe film de la semaine : De lautre coté du mur.

%d blogueurs aiment cette page :