Photo Normandie : Viaduc de Clécy

Vue aérienne du viaduc ferroviaire de Clécy qui enjambe l’Orne sur la ligne Caen-Flers.
Selon le récit de l’abbé Joseph Delacotte, il est bombardé plusieurs fois sans jamais être atteint, une bombe touche une arche dont le sommet s’écroule sur la route le 12 août 1944, trois jours avant la libération.

Voir la p011903 juste avant : www.flickr.com/search/?w=58897785@N00&q=p013145

Bombardement par des Martin B-26 Marauder du 323rd Bombardment Group (USAAF – Ninth Air Force). Voir ce film NARA 111-ADC-1924 en 2:43 : www.youtube.com/watch?v=ixYRMCEPcIQ

Ces images du film NARA ont souvent été reprises dans des documentaires ou des docu-fictions. C’est notamment le cas dans la série Apocalypse et de The War. A lire à ce sujet : Kaufmann, L. (2011). L’enquête historique à l’âge d’ApocalypseLe Café pédagogique, No 127, novembre.

Pour en savoir plus: www.flickr.com/photos/mlq/1258343884/

L’image sur Flickr : https://www.flickr.com/photos/photosnormandie/13919661633/

Séance de rattrapage : mes chroniques no 149, 150 et 151 du Café pédagogique

A la veille de Pâques, petite séance de rattrapage concernant mes chroniques mensuelles publiées sur le Café pédagogique. Il s’agit de mes chroniques des mois de janvier, février et mars. La dernière est déjà en boîte et vous pourrez bientôt la lire sur le site du Café pédagogique. Ma chronique du mois d’avril s’intitulera : Jacques Le Goff et le Moyen Âge renvoyés dans les ténèbres par Games of Thrones ?

Kaufmann, L. (2014). Dieudonné et nousLe Café pédagogique, No 149, janvier.

Difficile, en tant que professeur d’histoire, de ne pas être interpellé en classe ou dans son enseignement par les derniers aspects médiatiques, politiques et judiciaire de l’«affaire Dieudonné». Lire la suite

Kaufmann, L. (2014). La Suisse, entre ouverture au monde et syndrome de l’enfermementLe Café pédagogique, No 150, février.

Le dimanche 9 février 2014, la population suisse se prononçait à 50.34% en faveur d’une initiative populaire de l’Union Démocratique du Centre (UDC) intitulée “contre l’immigration de masse”.  A la suite de ce résultat, il m’est impossible de ne pas replacer ce vote dans son contexte historique. Lire la suite

Kaufmann, L. (2014). Pourquoi enseigner la Première Guerre Mondiale en Suisse ? Le Café pédagogique, No 151, mars.

Si la Suisse a été épargnée militairement par la Première Guerre mondiale, elle n’en a pas moins été partie prenante ou touchée indirectement par le conflit mondial. Les soubresauts du conflit en Suisse déboucheront même en 1918 sur une Grève générale qui fondera la politique et les relations sociales en Suisse durant toute l’Entre-deux-guerres et même après. Au niveau économique, avec et après la guerre, le système bancaire helvétique prend définitivement son envol et la Suisse s’impose comme place financière internationale. Par ailleurs, les bases de son économie s’en trouveront radicalement transformées. Enfin, la Suisse développera le sentiment d’être un pays au destin privilégié, soit un pays neutre et épargné de toute pression extérieure (« Sonderfall Schweiz ») qui modèle, aujourd’hui encore, son rapport au monde extérieur. Lire la suite

Il me reste à vous souhaiter de bonnes fêtes pascales.

Revue de Presse : Le témoignage exceptionnel du seul déporté volontaire à Auschwitz | Libération

Witold Pilecki témoigne à Varsovie le 3 mars 1948 (Photo PAP. AFP)

Varsovie. 19 septembre 1940. Un officier de réserve polonais, Witold Pilecki, se fait volontairement rafler par les Allemands et interner à Auschwitz pour y tisser un réseau de résistance: «Le Rapport Pilecki», à paraître en avril, livre le témoignage exceptionnel de ce héros hors du commun. C’est la première fois que ce rapport sur l’usine de la mort d’Auschwitz, devenue symbole de l’Holocauste, est publié en français, aux Editions Champ Vallon. Patrick Godfard, agrégé d’histoire, et l’ancienne directrice du bureau de l’AFP à Varsovie, Ursula Hyzy, l’ont traduit du polonais. Deux historiennes, Isabelle Davion et Annette Wieviorka ont été associées à l’ouvrage.

Lire la suite :  http://ift.tt/1lwBe7n

Jacques Le Goff (1924-2014) : L’éclaireur du Moyen-Âge

wpid-1813112_5_d3d6_le-medieviste-jacques-le-goff_467b9e501c39a707f41ed54e002498e2-2014-04-1-23-35.jpg

wpid-1813112_5_d3d6_le-medieviste-jacques-le-goff_467b9e501c39a707f41ed54e002498e2-2014-04-1-23-35.jpg
Jacques Le Goff (1924-2014) AFP/JACQUES SASSIER

Certes, vu l’âge du bonhomme (90 ans), plus le temps avançait et plus l’inéluctable devait arriver, mais bon c’est pas un très chouette poisson d’avril que de lire dans son fil d’actualité que l’historien Jacques Le Goff est décédé ce mardi 1er avril 2014.

Comme nous l’apprend donc le journal Le Monde :

«Le plus grand médiéviste français, Jacques Le Goff, est mort, mardi 1er avril, à l’âge de 90 ans à l’hôpital Saint-Louis. Né le 1er janvier 1924 à Toulon, il a forgé une œuvre de renommée internationale dont témoignent notamment Les Intellectuels au Moyen Age (Seuil, 1957), La Naissance du purgatoire (Gallimard, 1981) ou son anti-biographie de Saint Louis, Saint Louis (Gallimard, 1996), qui fut un grand succès de librairie.»

L’article que lui consacre le Huffington Post montre bien à quel point Jacques Le Goff a écrit jusqu’à hier ou presque une oeuvre considérable :

«Historien de renommée internationale, héritier de l’école des Annales, il fut l’auteur d’une oeuvre monumentale et très dense. Parmi ses plus récentes publications: « Le Moyen Age et l’Argent » (2010), « Le Moyen Age expliqué en images (2013) ou encore, paru en janvier 2014, « Faut-il vraiment découper l’histoire en tranches? » aux éditions du Seuil.»

En parcourant les articles qui lui sont consacré, j’ai même découvert, grâce à la revue L’Histoire, le lien extrêmement fort qui le liait à sa femme Hanka et l’ouvrage poignant qui lui a consacré après sa mort :

«L’auteur retrace sa rencontre « le coup de foudre » avec Hanka, le mariage, son arrivée en France. Il évoque son enfance, sa jeunesse elle est issue de deux familles de la petite noblesse polonaise. Se dévoile l’histoire d’une famille d’universitaires dans le dernier tiers du XXe siècle, d’un couple franco-polonais lié profondément aux deux pays au temps de la guerre froide puis de l’indépendance retrouvée de la Pologne après la chute du régime soviétique. […].
Ce livre, écrit dans la douleur, est un hommage bouleversant rendu à
« une femme de coeur, d’une distinction au plus fort sens du mot extraordinaire ». Et les derniers mots du livre n’en sont que plus tragiques : « Comment continuer à vivre sans Hanka ? »»

Mais avant tout, j’aime cet intertitre de l’article nécrologique du Nouvel Observateur : l’éclaireur du Moyen-Âge. Quel bel hommage à cet historien qui décrit le Moyen-Âge comme une période « lumineuse » et « pleine de rires », loin des stéréotypes qui courent sur cette période. Eclaireur du Moyen-Âge, il l’aura été lors de mon parcours universitaire et plus particulièrement avec son ouvrage sur La Civilisation de l’Occident médiéval (Arthaud, 1964) ou, plus tard, sa manière de découper le temps (Jacques Le Goff et « l’histoire en tranches »). Son nom est associé également à ma découverte universitaire de l’Ecole des Annales et de la Nouvelle histoire. Découvertes lumineuses et fécondes…

Merci à lui d’avoir été un éclaireur dans ma formation d’historien.

Quelques articles parus suite à son décès :
Jacques Le Goff, mort d’un « ogre historien » | Le Monde
« Jacques Le Goff, ce grand historien que le monde nous enviait » | Le Nouvel Observateur
Jacques Le Goff rattrape le temps perdu | Le Nouvel Observateur
Avec Hanka | L’Histoire
Jacques Le Goff, monument historique | Libération
Mort de Jacques Le Goff: le grand historien spécialiste du Moyen Âge est décédé à 90 ans | Huffington Post

wpid-95049723-2014-04-1-23-35.jpg

Pour débuter avec Jacques Le Goff, je vous suggère la lecture d’un recueil de textes intitulé Un Autre Moyen-Âge (1999) et qui contient :

  • Pour un autre Moyen Âge, 1977 ;
  • L’Occident médiéval et le temps ;
  • L’Imaginaire médiéval, 1985 ;
  • La Naissance du Purgatoire, 1981 ;
  • Les Limbes;
  • La Bourse et la vie, 1986 ;
  • Le Rire dans la société médiévale.

Pour une initiation à son Moyen-Âge, vous pouvez également visionner l’émission de la série Têtes chercheuses du CNRS, datant de 1991 et intitulée Jacques Le Goff historien. De l’an mil à l’an 2000… http://videotheque.cnrs.fr/doc=931 (durée 16 minutes).

Enfin, je lui laisse la parole avec cette vidéo datant de 2008 et réalisée à l’occasion de la création par l’Université de Bologne d’un prix portant son nom et intitulé Premio internazionale « Il portico d’oro – Jacques Le Goff »

Faire la guerre avec la peau des autres | Mémorial 14-18.net

Qui a dit :

« La valeur éducative de la guerre n’a jamais fait de doute pour quiconque est capable d’un peu d’observation réfléchie. L’histoire entière le prouve : les époques de forte culture intellectuelle n’apparaissent chez les peuples qu’après qu’ils ont traversé la douloureuse mais féconde école du sacrifice sanglant […].»

Vous l’apprendrez en consultant le blog Mémorial 14-18.net de Fabrice Bompard, passionné d’histoire et doté d’une bonne plume. Ce dernier se propose depuis juillet 2013 de

faire la chronique, plus ou moins régulière, de la période 14-18, celle qui fut bien entendu marquée par la première guerre mondiale et dont nous allons bientôt célébrer le centenaire.

Je vais donc faire « comme si » je vivais il y a cent ans. Tous mes articles évoqueront cette époque « comme si » elle faisait notre actualité commune. Je ne sais pas si j’y parviendrai car il est très facile de tomber dans l’anachronisme ou de prévoir un peu trop rapidement la suite d’événements connus de tous. En tous les cas, je vais essayer.

Le billet où vous trouverez la réponse à cette question : Faire la guerre avec la peau des autres http://www.memorial-14-18.net/?p=2282

Utilisation de l’iPad en éducation collégiale

Dans le but d’effectuer une recherche sur l’intégration d’un outil technologique en enseignement collégial, Isabelle Gignac, enseignante en devenir au niveau collégial, et Anne Pelletier s’intéressent à l’appropriation des tablettes numériques.

Elles ont relevé les avantages de celle-ci, plus particulièrement l’iPad. Elles ont aussi recherché des applications qui pourraient avoir leur place dans un cours d’enseignement collégial en sciences humaines. Pour dévoiler le travail à tous, Isabelle Gignac a décidé de mettre en oeuvre le site web qui pourrait servir lors d’un travail étudiant: Thinglink. En voici un premier résultat, n’hésitez pas à commenter leur travail pour les aider dans leur travail et leur réflexion.

Par ailleurs, Isabelle Gignac a également créé un blog sur tumblr. : http://isabelle-historytic.tumblr.com. Une enseignante 2.0 à suivre.

Apocalypse 14-18 : le remake d’un film de 1965 ?

Après le visionnement de cette nouvelle saison d’Apocalypse, Claude Robinot (aggiornamento hist-geo) met en évidence son fort sentiment de déjà vu :

Non, parce que je connaissais une bonne partie des images montées et remontées dans une bonne dizaine de documentaires. Non, parce que je savais qu’après le 28 juin 1914 à Sarajevo, succèderait inévitablement le 31 juillet au café du Croissant et le début août à la gare de l’Est. L’impression de déjà vu venait de la ressemblance avec un autre documentaire de 1965, qui m’avait laissé un agréable souvenir : le “14-18” du réalisateur Jean Aurel sur un texte de Jacques Laurent, écrivain connu sous le nom de Cecil de Saint Laurent.

Sentiment de déjà vu qui était déjà présent lors de la première saison d’Apocalypse (2009). En effet, en 2009, le propos de Costelle et Clarke concernant la deuxième guerre mondiale reprenait intégralement le point de vue développée par Truman et les Américains dès 1945, via le documentaire « The True Glory ». Je l’avais ainsi souligné dans deux de mes chroniques du Café pédagogique, l’une en 2009 Apocalypse : au delà des prouesse techniques est-ce de l’histoire ? et une seconde en 2011 L’enquête historique à l’âge d’Apocalypse.

Finalement Apocalypse 14-18 n’est que le remake d’un film de 1965.

L’article de Claude Robinot : Hypotheses http://ift.tt/1g1XZI3

Publication : La traversée des Alpes – Essai d’histoire marchée

wpid-9782070144426FS-181x300-2014-03-23-17-45.gif

wpid-9782070144426FS-181x300-2014-03-23-17-45.gif

Présentation de l’éditeur :

Le 6 septembre 2009, Antoine de Baecque se lance sur le GR5, un sac de dix-sept kilos sur le dos, pour un mois de randonnée solitaire à travers les Alpes, depuis le lac Léman jusqu’à la Méditerranée : six cent cinquante kilomètres, trente mille mètres de dénivelée, sept à neuf heures de marche quotidienne. De cette aventure, il a tiré un exercice d’histoire expérimentale mêlant études savantes sur les Alpes et l’aménagement de la montagne et recherche personnelle, « par les pieds », attentive au corps.

L’auteur raconte la genèse du GR5, tantôt chemin de pèlerinage, tantôt sentier commercial ou de contrebande, draille de la transhumance ou voie militaire. Il montre comment il s’est constitué en emblème, remontant à ses pionniers randonneurs, suivant ses «aménageurs», proposant une typologie de ses usages et une sociologie de ses usagers. De plus, il fait le récit au jour le jour de cette « grande traversée des Alpes » qu’il a désiré éprouver lui-même.

Il résulte de cette expérience une forme originale d’écriture de l’histoire, un essai d’histoire marchée. Née de l’avancée du randonneur, celle-ci rend compte de la progression le long d’un sentier et, dans la foulée, plonge dans l’histoire même de ce sentier, les strates multiséculaires laissées par les circulations alpines passées. Ainsi permet-elle au lecteur lui-même de suivre, au rythme de la marche, le chemin qui va dans la montagne.

La trahison de Cortés – Désobéissance, procès politiques et gouvernement des Indes de Castille, seconde moitié du XVIe siècle

20140321-232823.jpg
Présentation de l’éditeur :

Ourdi au Mexique en 1565, le complot de Martin Cortés (fils d’Hernan Cortés) s’avère paradigmatique des nombreuses rébellions contre la couronne de Castille. Loin de se réduire à un face-à-face entre Espagnols et Indiens, la conquête brouille tous les clivages et sécrète précocement une conscience politique créole. Pour comprendre ces Espagnols des Indes, le livre révèle l’ampleur des désobéissances coloniales depuis les années 1540.

Il nous fait revivre le déroulement des grands procès politiques conservés dans les archives américaines et péninsulaires. Les personnages extraordinaires et les histoires de vies les plus rocambolesques abondent dans cette radiographie méticuleuse du monde colonial et de ses relations avec la péninsule Ibérique. On y découvre la misère des émigrés, les convergences d’intérêts entre indigènes et colons, la corruption des magistrats, les faiblesses de l’appareil administratif et le mélange détonnant d’une société conservatrice avec des formes innovantes de culture politique et judiciaire.
La Castille parvient péniblement à faire la reconquête des Indes contre les fils de conquistadors. En sorte qu’on ne saurait parler ni de pacification, ni d’enracinement de la colonisation, durant la seconde moitié du XVIe siècle.

Histoire : comment les Albanais perçoivent-ils la Première Guerre mondiale ? – Le Courrier des Balkans

L’historien Shkelzen Gashi a analysé les livres d’histoire en Serbie, en Albanie et au Kosovo. Il a ainsi constaté que les textes albanais ne mentionnent pas du tout l’existence, dans l’Albanie du début du vingtième siècle, de différents mouvements politiques aux positions inconciliables. Au contraire, on parle d’un mouvement national homogène, avec des objectifs clairement identifiés. Les auteurs des livres kosovars et albanais ont souvent recours au cliché du « peuple qui résiste à l’unisson contre l’envahisseur ». Cette résistance aurait été conduite par Idriz Seferi dans la zone d’occupation bulgare et par Azem Bejta dans la zone d’occupation autrichienne. On ne trouve nulle part mention des batailles communes menées par Azem Bejta et les Serbes locaux contre les forces austro-hongroises. Shkelzen Gashi note également que, dans ces mêmes livres, on ne fait jamais mention des crimes commis par les Albanais contre les Serbes. Les criminels sont toujours les autres, tandis que « notre peuple » serait toujours la victime.
Source: Histoire : comment les Albanais perçoivent-ils la Première Guerre mondiale ? – Le Courrier des Balkans.

Compte-rendu : 1914-1918: l’écriture de la guerre, une affaire politique

AFP

Elle est la première guerre à avoir inspiré autant décrits: d’abord par les nationalistes dont les plaidoyers encouragent l’esprit belliciste, ensuite par les troupes elles-mêmes. Du poilu à l’écrivain, de la correspondance au récit, du témoignage au roman, la littérature s’est engagée.    

AFP

AFP

Jamais une guerre, la première dite mondiale, n’avait suscité une telle quantité de littérature ! Le premier à la recenser fut, concernant l’édition française et les récits publiés durant les années de guerre, Jean Norton Cru, professeur de lettres franco-américain, dans l’étude fameuse, et controversée, qu’il consacre au sujet (Témoins, 1929, réédition 1993) étudie plus de 300 textes.

Plus récemment, Nicolas Beaupré, qui travaille sur les Ecrits de guerre, 1914-1918 CNRS, Biblis, 2013, a rassemblé un échantillon de 291 ouvrages français et 242 ouvrages allemands. Les auteurs composant l’échantillon devaient répondre à au moins une des caractéristiques suivantes : « avoir écrit sur la guerre, avoir porté l’uniforme et avoir combattu, avoir été tué au combat, avoir été officier, avoir été engagé volontaire, avoir publié entre 1914 et 1920″.

Lire la suite 1914-1918: lécriture de la guerre, une affaire politique - Le Monde.