histoire lyonel kaufmann.ch

Menu Close

Category: sur le web (page 1 of 19)

« Charlie Hebdo » : « Le crayon guidant le peuple », décryptage d’une photo

« Le Triomphe de la République. » C’est le nom de la statue qui domine la place de la Nation, à Paris. C’est aussi le titre qu’on est tenté de donner, par métonymie, à cette photo prise à la fin de la Marche républicaine du 11 janvier par Martin Argyroglo, jeune photographe indépendant dont l’image fait le tour du monde… et la couverture de « l’Obs », en kiosque ce mercredi.

Cette scène visuellement grandiose, certains internautes l’appellent « Le crayon guidant le peuple », parce que l’image – avec d’autres – évoque irrésistiblement Delacroix. Le photographe, lui, se garde de l’emphase et des élans patriotiques : il a intitulé son cliché « Nation », simplement « puisque c’est là qu’il a été réalisé. »

Décryptage :  « Charlie Hebdo » : « Le crayon guidant le peuple », décryptage d’une photo culte – L’Obs.

18 novembre 1929: le jour où la Terre a pété un câble | Slate.fr


Détail d’une carte de 1901 sur le réseau mondial de câbles.

Dans la mémoire collective, 1929 reste comme l’année de la pire crise de l’économie capitaliste. Pourtant, elle marqua aussi celle du premier krach de l’ère de linformation, quand un tremblement de terre d’une magnitude de 7.2 a détruit le premier réseau sous-marin de câbles transatlantiques.

Lire l’article 18 novembre 1929: le jour où la Terre a pété un câble | Slate.fr.

C’est à Craonne sur le plateau qu’on doit laisser sa peau : promenade photographique sur le chemin des Dames.

Une promenade photographique et historique que je vous encourage à découvrir autant pour la qualité du texte que celle des photos.

Ils n'ont pas choisi leur sépulture - photo@vservat.

Ils n’ont pas choisi leur sépulture – photo@vservat.

«Premier pas sur le Chemin des Dames, à Craonne, son point le plus oriental. En contrebas du plateau de Californie, un bois et la plaine. Une oeuvre d’art contemporain disparue. En métal lourd et froid, des visages pris dans les rets d’un filet. Ils n’ont pas choisi leur sépulture dit la plaque au sol, seule dans cet espace désormais vide.»

Lire et voir la suite : clgeluardservat.blogspot.ch

 

Y aller ou pas ? Retours sur une expérience télévisuelle (1)

Ce billet de «Devenir historien-ne» est né d’une conversation sur Twitter. @BenoitVaillot et @thibault_lh discutaient de l’entretien qu’ils venaient d’accepter de donner à un journaliste pour une émission de télé. Il échangeaient sur leurs doutes et les raisons qui les avaient poussés à accepter. C’est alors qu’il leur a été demandé par Emilien Ruiz s’ils seraient partant pour écrire un billet de « retour d’expérience ».

Il se trouve en effet que l’entretien concernait les usages de l’histoire  et le succès de figures médiatiques telles que Lorànt Deutsch (principal invité de l’émission) et Éric Zemmour, soit un thème traité depuis quelques temps par Devenir historien-ne.

Fallait-il y aller ou pas ? Les deux historiens y répondent dans leur billet et expliquent leur choix. Il reviendront, dans un prochain billet, sur cette expérience à la lumière d’une analyse de l’émission après diffusion.

Cet article est particulièrement intéressant pour l’enseignant relativement aux usages médiatiques de l’histoire et la nécessaire contextualisation d’émissions historiques, comme de films de fiction, avant leur usage éventuel en classe. Il interroge également les enseignants d’histoire, et donc pas seulement les chercheurs en histoire, concernant l’impact médiatique de certaines figures tels Lorànt Deutsch ou Éric Zemmour sur les conceptions historiques de nos élèves.

Ensuite, les propos suivants de Benoit Vaillot interpelleront également les enseignants à propos de la question de la neutralité possible ou non de l’enseignant en classe d’histoire face à certains discours du champs médiatique et politique :

Les questions posées ont été les mêmes que celles de Thibault, quoique peut-être plus directes et franches, me voyant enclin à adopter un ton plus politique (et donc polémique ?) que scientifique. Le journaliste souhaitait délibérément opposer de façon manichéenne le succès d’un Lorànt Deutsch aux historiens de métier moins lus. J’ai clairement exprimé que réfuter historiquement les écrits d’un Lorànt Deutsch ou d’un Éric Zemmour n’était pas difficile, et qu’il ne fallait pas se cantonner à cela mais bien à en critiquer la portée politique. J’ai donc essayé d’élever la réflexion en prenant l’exemple précis de la réhabilitation du régime de Vichy et du maréchal Pétain par Éric Zemmour. Je me suis efforcé de faire comprendre que la réhabilitation du régime de Vichy n’est pas gratuite et s’inscrit dans un combat pour l’hégémonie culturelle, qui prépare l’arrivée au pouvoir de l’extrême-droite ou d’une droite plus dure.

 

Le film de la semaine : De l’autre coté du mur

Comment rendre vivants le quotidien de la Guerre froide et la séparation de l’Allemagne en deux blocs ‘antinomiques’ ? A l’occasion du vingt-cinquième anniversaire de la chute du mur de Berlin, « De l’autre côté du mur » de Christian Schwochow, jeune cinéaste allemand né à l’Est, nous donne l’occasion sur grand écran de vivre l’installation difficile, en ‘Occident’, d’une jeune femme et de son fils, réfugiés venus de RDA, à la fin des années 70. Documentée et réaliste, la fiction dramatique n’apporte pas seulement un éclairage pertinent sur une période historique tendue, elle permet aussi de réfléchir sur les notions d’intégration et de citoyenneté, tout en soulevant cette question essentielle : qu’est-ce que la trahison pour qui ne sait pas encore à quel nation il appartient ?

Le compte-rendu du Café pédagogiqueLe film de la semaine : De lautre coté du mur.

Le plaisir d’écrire grâce au blogue pédagogique |Le RECIT

Le plaisir d’écrire grâce au blogue pédagogique :: RECIT local CSA

Vous trouverez dans ce billet les principales astuces pour animer votre blogue de classe, telles qu’elles ont été répertoriées dans cette formation pédagogique utilisant la plateforme WordPress .

La démarche d’écriture proposée comprend 5 étapes : la planification, la rédaction, la révision, la correction et la diffusion. Le blogue permet particulièrement de mettre l’accent sur la diffusion des écrits.

Lire la suite : Le plaisir d’écrire grâce au blogue pédagogique :: RECIT local CSA.

L’histoire de la guerre 14-18 racontée au travers d’un jeu vidéo | Serious-Game

See on Scoop.ithistoire
image

Soldats Inconnus : Mémoires de la Grande Guerre est à mi-chemin entre l’expérience pédagogique et le jeu vidéo. Au travers de cette production originale, Ubisoft souhaite faire découvrir au grand public les horreurs de la première guerre mondiale sans jamais les montrer clairement.
Lyonel Kaufmann‘s insight:
Je note :
«Soldats Inconnus : Mémoires de la Grande Guerre n’est pas un documentaire au sens strict du terme, mais plutôt une fiction qui nous plonge dans le contexte de la Grande Guerre. L’histoire traite plusieurs sujets, comme l’amour, la séparation ou la solidarité et la narration est bien au cœur du jeu, au détriment parfois du gameplay un peu trop simpliste. Entendez par là que les différentes énigmes ne freineront pas la progression du joueur. Autre élément important : le jeu ne juge pas et amène le joueur à comprendre que la guerre oppose des hommes, et non des gentils contre des méchants. Souvent, vous serez amener à aider un personnage, peu importe qu’il soit français ou allemand.»

See on serious-game.fr

Charly 9

rvwild:

image

Charles IX fut de tous les rois de France l’un des plus calamiteux. À 22 ans, pour faire plaisir à sa mère, il ordonna le massacre de la Saint- Barthélemy qui épouvanta l’Europe entière. Abasourdi par l’énormité de son crime, il sombra dans la folie. Transpirant le sang par tous les pores de son pauvre corps décharné, Charles IX mourut à 23 ans, haï de tous… Pourtant, il avait un bon fond.

Auteur : Richard Guérineau d’après le livre de Jean Teulé

Lire la suite du compte-rendu

Sur les traces du ghetto de Theresienstadt | Slate

1,62 mètre carré. C’est la place dont disposait chaque prisonnier du ghetto de Theresienstadt en 1942 pour «habiter, vivre et mourir», comme l’écrit l’hebdomadaire Der Spiegel. Plus de 140.000 juifs furent internés par les nazis entre 1941 et 1945 dans l’enceinte de la forteresse baroque de la petite ville de Terezin, située sur le territoire actuel de la République Tchèque, à une heure de route au nord de Prague.

Plus d’un quart d’entre eux moururent sur place, tant les conditions de détention y étaient redoutables: le travail forcé, la faim, le froid, la saleté et la promiscuité attendaient ceux qui passaient l’épais portail de ce camp de concentration déguisé en paradis résidentiel par la propagande nazie.

Commentaire:

On pourra compléter avec l’article de l’encyclopédie Wikipedia consacré à  Theresienstadt. Ein Dokumentarfilm aus dem jüdischen Siedlungsgebiet (Theresienstadt. Un documentaire sur la zone de peuplement juif), également connu sous le titre Der Führer schenkt den Juden eine Stadt (Le Führer offre une ville aux Juifs), est un film de propagande nazie en noir et blanc sonore réalisé en 1944 par Kurt Gerron sur ordre des autorités nazies et achevé en 1945, dans le camp de concentration de Theresienstadt, le second et le plus notable qu’elles ont entrepris d’y faire réaliser. Theresienstadt est le seul camp sur lequel les nazis aient ainsi choisi de montrer un film, après l’avoir « embelli », et ce second film est le seul film sonore existant sur les camps, cette situation unique faisant qualifier Theresienstadt par H.G. Adler (en) de « Hollywood des victimes de la SS ». Le film est considéré comme perdu, seuls en subsistant quelques fragments.

L’article de Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Theresienstadt_(film)

See on slate.fr

1914 – 1918 à l’école : ce n’est plus de l’histoire | Rue89

Depuis Scoop.ithistoire

La commémoration de la Première Guerre mondiale est aujourd’hui suffisamment avancée pour que les réticences qu’elle avait suscitées au fil des mois quant aux motivations de ses instigateurs se trouvent confirmées : dans sa déclinaison scolaire, empêtrée dans des injonctions administratives insistantes, cette opération mémorielle à grand spectacle n’a guère à voir avec l’histoire. C’est même tout le contraire.

Lyonel Kaufmann‘s insight:

Un avis «tranché» de la part de Bernard Girard, enseignant en collège.

L’avis divergent de Pierrick Auger : http://pierrickauger.wordpress.com/2014/10/05/je-ne-suis-pas-tellement-daccord/

Et vous ? Votre avis ?

See on blogs.rue89.nouvelobs.com

L’expérience iBooks

Depuis Scoop.itEnseigner avec le numérique au 21e siècle

Le pdf de ce iBooks est librement consultable et téléchargeable sur mon site

Lyonel Kaufmann‘s insight:

«Après plusieurs mois d’hésitations, j’ai profité de la pause estivale pour sauter le pas et terminer mon iBook commencé il y a plusieurs mois. Porté et inspiré par des productions fantastiques de brillants collègues comme Yann Houry, j’avais envie de faire aboutir mon projet d’iBook. Pourquoi autant d’hésitations ? Pour plusieurs raisons. Tout d’abord c’est un travail fastidieux et long. De plus, comme beaucoup de publications se pose la question des droits. Il faut donc trouver des sources qui sont libres.»

Julien finit en notant l’absence de solutions équivalentes à iBooks Author.

See on salleherodote.fr