Revue de presse : Comment un musée contribue sur Wikipédia : le musée des Augustins de Toulouse et des élèves de lycée

Comment un musée, dans le cadre de son action culturelle et de sa valorisation documentaire, peut-il contribuer à Wikipédia ? Comment peut-il collaborer avec des élèves?

Sarcophage d’un chevalier de Palays (XIIIe siècle) – Musée des Augustins (Œuvre dans le domaine public, photo CC-BY-SA par Daniel Martin)

L’article présente ainsi le projet initié en septembre 2012 entre le musée, wikipédia et un lycée Saint-Sernin.
Dans le cadre de ce projet, individuellement ou en petits groupes, les élèves ont choisi d’écrire un article consacré à une œuvre exposée du musée. Les contributeurs sont venus au centre de documentation du musée afin d’y consulter le dossier d’œuvres et d’effectuer les recherches bibliographiques correspondant au sujet choisi. Le musée s’est chargé de verser les illustrations dans Wikimedia Commons et d’apporter son aide pour la mise en ligne, la relecture et l’apport éventuel de corrections.

Comment un musée contribue sur Wikipédia : le musée des Augustins de Toulouse et des élèves de lycée

Philippe Delisle – Bande dessinée franco-belge et imaginaire colonial | Émulations – Revue des jeunes chercheurs en sciences sociales

Benoit Lucien Vaillot, de Sciences Po Lyon – Université Lumière Lyon 2, nous offre un compte-rendu de l’ouvrage de Philippe Delisle Bande dessinée franco-belge et imaginaire colonial. Des années 1930 aux années 1980.

Depuis une quinzaine d’années, des historiens : Nicolas Bancel, Pascal Blanchard ou encore Sandrine Lemaire en tête, développent le concept de « culture coloniale » qui dépasse la seule propagande coloniale. Ce concept permet d’appréhender la diffusion, l’imprégnation, l’acculturation de l’idée coloniale en France. L’étude historique de la « culture coloniale » n’a ainsi pas tant un rapport avec la colonisation en elle-même mais avec ses représentations. L’ouvrage Bande dessinée franco-belge et imaginaire colonial. Des années 1930 aux années 1980 s’inscrit dans cette historiographie, ce que son auteur Philippe Delisle revendique dès l’introduction.

Lire la suite : Philippe Delisle – Bande dessinée franco-belge et imaginaire colonial – Émulations – Revue des jeunes chercheurs en sciences sociales.

Cet ouvrage est à ajouter à nos Références « Bande dessinée et Histoire », publiées récemment.

Références « Bande dessinée et Histoire »

Émission « Bande dessinée et Histoire » – 16 mai 2013 | Fovéa

Le jeudi 16 mai 2013 sera diffusée, dans le cadre de « Radio Goliards », une émission intitulée « Bande dessinée et Histoire » sur Radio Libertaire (89.4) à 16h30. Adrien Genoudet nous présente l’émission, mais surtout son billet comporte une intéressante bibliographie en relation avec le question Bande dessinée et Histoire. Son billet : Émission « Bande dessinée et Histoire » – 16 mai 2013 | Fovéa.

Il nous invite également à consulter la bibliographie mise en ligne par Alain François sur son blog : Bibliographie BD à l’usage des études visuelles.

Je vous renvoie également à cet article qui faisait suite, en 2010, à un atelier de formation réalisé avec mes étudiant-e-s : MSHIS11 Bande Dessinée et Histoire (atelier 4.5.2010).

Pour d’autres articles sur ce site en relation avec Bande dessinée et Histoire, je vous laisse voir également sous «Rebonds» à la suite de ce billet.

Revue de presse : Logiciels et applications utiles aux professeurs d'HG et leurs tutoriels

signature_lk2

Sur le site disciplinaire histoire géographie de l’académie de Dijon, Gaëlle Charcosset propose un billet introduisant un tableau de logiciels et d’applications potentiellement utiles pour les enseignants de la matière. Cette impressionnante sélection mise à jour en mars 2013 dans sa version 2 (23 pages) est mise à disposition sous la forme d’un fichier joint au format PDF.

Logiciels et applications utiles aux professeurs d’HG et leurs tutoriels

Revue de presse (13 décembre 2011)

signature_lk2
  • Tableau blanc interactif et efficacité pédagogique | Éduscol Numérique – Ainsi les auteurs de l’étude se sont attachés à distinguer deux manières d’appréhender ce support de plus en plus présent dans les classes : l’utilisation exclusive de l’outil par l’enseignant et le partage du tableau entre les élèves et le professeur.
    Les analyses des résultats mettent en lumière un meilleur niveau d’interaction (nombre de questions posées, interactions entre pairs) lorsque les élèves bénéficient de l’usage partagé du TBI par rapport à ceux qui en ont été privés. En outre, l’étude fait également ressortir une progression plus importante dans la maîtrise des compétences visées chez le groupe expérimental. L’augmentation des performances des élèves corroborées par d’autres études citées par les auteurs semble particulièrement s’expliquer par la réflexion pédagogique des enseignants vis-à-vis de ce support.
  • La Grande Guerre numérisée | Biblioweb – Biblioweb a recensé quelques liens concernant des documents numérisés de la Première Guerre mondiale. Il en existe sans doute  bien d’autres et ce billet sera mis à jour, comme à son habitude, par Biblioweb et ses lecteurs.
  • L’empire optimiste. Les Romains face à l’intégration des barbares | La Vie des idées – L’empire romain a servi de modèle, réel ou fantasmé, à bien des constructions politiques. Peut-on, aujourd’hui, en faire celui de l’intégration des étrangers ? Alessandro Barbero reconsidère le mythe des invasions barbares, qui furent pour la plupart des immigrations… tout à fait choisies. Car l’empire romain a toujours été très optimiste sur ses capacités d’accueil. À lire le compte-rendu de cet ouvrage.
  • «On paie l’addition de 2003 et 2007» | LeTemps.ch – Pour l’historien Urs Altermatt la formule magique est morte en 2003 avec l’éviction de Ruth Metzler. L’absence prolongée du Tessin risque de provoquer une crise majeure.

Revue de presse : enseigner à l'ère du numérique

signature_lk2
  • Des tablettes accueillies à bras ouverts par toute la communauté éducative | LUDOVIA TV – Les expérimentations autour des tablettes numériques se multiplient en France. Nouvel outil pour l’école d’aujourd’hui, il est abordé d’une manière globalement positive par tous les membres de la communauté éducative au Collège Desaix à Tarbes. Les nuances sont néanmoins intéressantes notamment en écoutant les élèves ou leurs parents/enseignants. La vidéo concernant le retour des premières expériences réalisées avec une classe de 4ème est vraiment à regarder de bout en bout.
  • Mes cours Web 1.9 ou de la difficulté d’être révolutionnaire (épisode 2) « SUBREPTICE – La vie et les obstacles rencontrés par un enseignant chargé d’un cours intitulé “Enseigner à l’heure du numérique”. La série des obstacles techniques et ergonomiques rencontrés raviraient Larry Cuban.
    L’enseignant souligne cependant que
    «Mais les principaux obstacles ne sont pas les Bastilles techniques ou ergonomiques. Ce sont plutôt les représentations qu’ont les étudiants de la situation qu’ils vivent. Leur histoire aussi. “On n’a pas l’habitude qu’on nous donne la parole” me disait l’un d’eux. Ils s’attendent à un enseignant qui enseigne à son auditoire et les voilà en situation d’agir pour apprendre. Apprendre plutôt qu’être enseigné. Pas facile de considérer que les notes que l’on prend, que le texte que l’on écrit, sont collectifs plutôt qu’individuels. Pas facile de s’organiser pour conduire un un projet. Changer de paradigme n’est pas trivial. Je me rêvais Robespierre (celui d”avant la Terreur !) et c’est la Fontaine qui s’invite (mais que nous mettons peu à peu à la porte !) : « Que sert-il qu’on se contrefasse ? / Prétendre ainsi changer est une illusion / L’on reprend sa première trace / A la première occasion.” (le Loup et le Renard, Livre XII, fable 9).»
    A lire…

Ludovia 2011 : Table Ronde «Les tablettes numériques, le futur cartable numérique»?

signature_lk2

Cette table-ronde de Ludovia consistait en un retour d’expérience sur les premières expérimentations sur Tablettes et Netbooks au sein des établissements. Les thèmes abordés étaient les suivants : fiabilité des matériels, adaptation au contexte de l’établissement, évolutions envisagées, le point sur le contenu et les ressources disponibles… Cet article synthétise les discussions.

Après une année d’utilisation par les enseignants d’un collège avant que tous les élèves en soient équipés, Claudio Cimelli, de l’académie de Créteil, relève que

Les tablettes s’avèrent plus maniables et ne semblent pas faire barrière entre l’enseignant et les élèves. Parmi les limites de l’outil, il note les problèmes de compatibilité de formats en passant à des appareils Apple. Par ailleurs, on n’a pas résolu tous les défis de catalogage et de mutualisation de l’information pour faciliter le partage et la recherche de ressources pour les enseignants.

Je note que la tablette, contrairement aux ordinateurs même portables, ne modifie pas la gestion de la classe et l’habitus des enseignant-e-s. Quelque part, elle se rapproche du manuel scolaire facilement accessible que l’on peut sortir ou ranger sur ou sous les pupitres de classe. Elle est facilement transportable également d’une classe à l’autre jusqu’à la maison. Ce sont des éléments-clés pour une intégration réussie,  à mon avis, d’une technologie éducative.

Pour leur part, Stéphane Carasco et Philippe Mittet, de l’académie de Bordeaux, soulignent que

On note un net avantage dans l’utilisation des tablettes quand elle s’accompagne d’une réflexion pédagogique.

Dire cela paraît être d’une banalité sans nom, mais indique bien que ce n’est pas toujours le cas, voire rarement le cas, lors de l’intégration d’outils technologiques en classe. D’où les échecs à répétition par le passé.

Dans les interventions, je constate que désormais les collectivités qui investissent dans les outils numériques sont très soucieuses de déployer ces outils par étapes, d’analyser les actions effectivement réalisées en classe et d’accompagner leur introduction par une formation sur les usages de l’outil. Cela me paraît primordial. En effet, précédemment, l’essentiel des ressources engagées portaient sur l’équipement matériel seul alors qu’il faudrait au moins au 50% pour l’équipement et un 50% pour les ressources, la formation et l’accompagnement.

Source : 3ème Table Ronde «Les tablettes numériques, le futur cartable numérique»?.