Revue de presse : Les Etats-Unis mettent en ligne leur colossale bibliothèque numérique

Le 18 avril 2013, les Etats-Unis vont mettre en ligne leur titanesque bibliothèque numérique. Cinq ans après « Europeana », la bibliothèque numérique européenne, la Digital Public Library of America (DPLA) naît.
A l’initiative du Berkman Center for Internet & Society, la Digital Public Library of America (DPLA) rassemblera les documents numérisés qui racontent l’histoire des Etats-Unis. Elle sera, selon son directeur, Dan Cohen, « le plus grand projet numérique historique de tous les temps ». Disponible en ligne à partir du 18 avril 2013, la DPLA proposera deux millions de photos, livres, manuscrits et objets numérisés de collections américaines. Pour son lancement, elle compte agréger 243 manuscrits médiévaux, 5 741 pamphlets latino-américains, 3 628 daguerréotypes, 502 romans policiers des XVIIIe et XIXe siècles, et 420 verdicts de jugements.

Les Etats-Unis mettent en ligne leur colossale bibliothèque numérique

Compléments  du 19 avril 2013 :

La navigation sur le site www.dp.la permettra par exemple de parcourir aisément des manuscrits du Moyen Âge de la riche bibliothèque de Harvard, une copie de la Déclaration d’indépendance écrite de la main de Thomas Jefferson, et de scruter des documents audio et vidéo de la Seconde Guerre mondiale. Les Archives nationales américaines participent aussi à cet effort inédit de démocratisation de la culture en fournissant plus de 1,2 million de pièces numériques, dont des documents de la Guerre civile américaine et des affiches de la Seconde Guerre mondiale.

Source : Le Devoir

Revue de presse: Tablettes tactiles et enseignement (31 décembre 2011)

  • Tablettes tactiles et enseignement : prise en main avec des élèves | Tablette-tactile.net – Tout l’intérêt, l’avantage d’une tablette numérique en classe par rapport à un ordinateur :
    «le gros intérêt réside dans le fait que mes élèves ne bougent plus du laboratoire.  La tablette est simplement posée sur la table parmi leurs affaires. Elle s’allume et l’application se lance en moins de 5 secondes alors que le même travail réalisé auparavant sur les ordinateurs de la salle équipée de l’établissement prend plus de 4 min juste pour allumer l’ordinateur et lancer l’application, temps auquel il faut rajouter le temps de déplacement vers la dite salle, le temps d’installation inversement proportionnelle à l’âge de nos élèves, le tout pour réaliser une activité qui dure moins de 10 min! Autant dire que j’avais renoncé à bloquer la salle multimédia pour faire ce type d’activité.»
    J’y ajoute pour compléter mes propos tenus dans le journal Le Temps (30.12.2011) :
    «L’école s’est souvent barricadée face à l’informatique. Car l’ordinateur fait écran devant le professeur. En ce sens, je vois davantage l’école se saisir des tablettes, moins intrusives, proches d’un livre… Et qui, dans la foulée, faciliteront l’intégration des nouvelles technologies.»
    Le lien : http://t.co/tzyQMsVG

Revue de presse (22 décembre 2011)

  • Pourquoi les tablettes intéressent-elles les enseignants ? | Actualitice – «La tablette n’est jamais malade. Voilà son principal avantage par rapport à la flotte d’ordinateurs portables constitutifs de la classe mobile ou du parc installé dans la salle informatique. Pour l’instant le système immunitaire de ces nouveaux terminaux n’est pas inquiété par une profusion de virus. Aucune clé USB n’a encore contaminée les quelques tablettes qui acceptent d’entretenir des relations avec elles. Les tablettes démarrent en quelques secondes. L’enseignant n’a pas à mener l’enquête pour savoir quel petit malin a volé la souris ou changé les touches du clavier. L’autonomie de huit heures en moyenne permet d’accepter plus facilement les oublis des élèves ou des collègues qui, en fin de séance, ne branchent pas le terminal à son chargeur. Les plantages et les redémarrages intempestifs sont également très rares. Bref, l’informatique est moins anxiogène pour l’enseignant avec ce type de terminal mobile.»
    L'ensemble de cet article met en avant des éléments auxquels j'adhère et que je partage par rapport à l'attrait de la tablette en milieu enseignant.

Développement des usages des ressources numériques en classe : ce qui coince …

Cet excellent article de synthèse du magazine éducatif Ludovia est consacré à l’usage des ressources numériques en classe. Ainsi, si les offres des éditeurs de ressources et manuels numériques foisonnent et que les Conseils généraux et les établissements les achètent, leurs usages ne vont très souvent pas de pair avec le développement des ventes. Le magazine s’attache donc à identifier en quelques points les freins à leur utilisation et à leur usage en classe.

En premier lieu, Ludovia dresse le constat que les éditeurs de ressources et manuels numériques foisonnent d’offres à destination des écoles et établissement scolaires. Les deux plus gros groupements d’éditeurs tels le Kiosque Numérique de l’Education (KNE) ou le CNS EDU, diffusent sous la forme d’abonnements ou d’accès illimités des ressources numériques sur leur portail ou sur catalogue. Le site.Tv est également commercialisé via le réseau des CRDP et CDDP.

Leur faible utilisation est expliquée par le magazine en fonction de trois raisons principales :
- aucun accompagnement n’est prévu au sein de l’établissement pour développer les usages et, a contrario quand l’accompagnement est fait, l’usage se développe;
- le niveau d’équipement en matériel informatique n’est pas suffisant; quand l’usage est correct, c’est la plupart du temps quand la collectivité a fait un effort important dans l’équipement des établissement (achat et renouvellement);
- les ressources acquises par l’établissement, n’ont pas été présentées aux enseignants.

Au niveau des enseignants, le magazine souligne que l’on retrouve dans l’éducation nationale les mêmes freins que dans d’autres secteurs marchands ou non marchands. Il s’agit en premier lieu de développer les motivations des enseignants à intégrer les ressources numériques. Or, lorsque l’enseignant ressources d’un établissement a développé une dynamique à ce propos, le voilà muté, non remplacé et le soufflé retombe. Par ailleurs, le manque d’échanges et de collaboration entre collègues ajoute à la difficulté.

Au niveau de la structure scolaire, le magazine pointe sur le rythme scolaire, le temps de mise en oeuvre et le temps de la classe et constate que ceux-ci sont tout simplement inadaptés au développement des usages numériques.

Cependant, le magazine conclut sur une pointe d’optimisme et constate que, quand la ressource numérique est livrée avec la formation, les accès et qu’elle est présentée notamment avec des exemples de scenario pédagogiques, elle a toute les chances d’être utilisée.

L’article: LUDOVIA – Développement des usages des ressources numériques en classe : ce qui coince ….

%d blogueurs aiment cette page :