Revue de presse : Au Danemark, on passe le bac en surfant sur Google et Wikipedia | Le Point

Alors que certains en sont encore à pourrir le web, les Danois ont dépoussiéré, il y a trois ans, leur "Studentereksamen" – équivalent du bac/maturité – en autorisant l’utilisation d’Internet pendant cet examen pour les lycées/gymnase qui le souhaitent. Plus de 20 % des élèves de terminale et plusieurs matières sont concernées, des mathématiques à l’anglais en passant par les sciences économiques. Bien sûr, l’utilisation d’e-mail ou de messagerie instantanée est interdite, et le copier-coller pur et simple lui aussi sanctionné. Un changement qui ne fait qu’acter la nécessité de mettre l’école à la page, selon Steen Larsen, conseiller du ministère de l’Éducation et superviseur de cette réforme et qui répond aux questions du "Point".

Au Danemark, on passe le bac en surfant sur Google et Wikipedia | Le Point

Revue de presse : Des outils d’évaluation adaptés au Web 2.0 | RIRE

Comment évaluer les productions invitant les étudiants à explorer, par exemple, le blogue ? Michelle Deschênes, enseignante au Collège O’Sullivan de Québec, s’est penchée sur la question. Ses recherches l’ont menée à la publication d’un rapport intitulé Évaluation de productions issues de l’intégration pédagogique d’outils du web social.
Plusieurs grilles (d’évaluation, d’observation, d’autoévaluation, etc.) sont disponibles et détaillées dans le document.

Des outils d’évaluation adaptés au Web 2.0 | RIRE

Revue de presse (9 novembre 2011)

  • 15 dispositifs technologiques pour une expérience muséale augmentée | Knowtex Blog- Depuis les années 1980, la montée des technologies numériques, du multimédia et des technologies de l’information a suscité l’intérêt de nombreux musées. L’audioguide un peu désuet s’est transformé en guide multimédia, les écrans ont envahi les lieux d’expositions, de nouveaux modes d’accès à l’information sont apparus (e.g. via les smartphones).Ces dispositifs, toujours plus sophistiqués, créent ainsi de nouveaux rapports entre le musée et le visiteur. La visite se veut plus sensible, personnalisée, intelligente. Les concepts peuvent être exposés au même titre que les objets. Le visiteur dispose d’informations plus riches, accède aux éléments cachés de l’exposition, joue avec les œuvres, contribue à l’exposition, prolonge l’expérience hors les murs… De nombreux avantages qui restent néanmoins à mesurer… en tentant l’expérience !Des tables interactives aux systèmes de guidage à réalité augmentée, voici une sélection hétérogène de dispositifs technologiques originaux et innovants mis en place dans des musées.
  • Innovations numériques, révolution au musée | Knowtex Blog – Les technologies numériques modifient notre manière d’accéder à l’information, notre manière d’échanger, de nous déplacer, d’acheter, de créer. C’est pourquoi elles ont et elles auront certainement un impact considérable sur les musées mais pas forcément là où elles sont les plus attendues. Très souvent, elles sont considérées par les professionnels de musées du point de vue de la diffusion de contenu : elles devraient permettre de délivrer une information sous une forme plus variée, plus séduisante. On se situe alors dans l’ordre de l’efficacité et de la quantité : image haute définition, image en relief… Ou alors leur rôle est souvent réduit à des formes variées et déclinées de l’audioguide, de la borne interactive et du site web. Petit tour d’horizon
  • Civil War still divides Americans | History News Network – Il y a 150 ans démarrait la Guerre de Sécession.
    Dans un sondage CNN / Opinion Research Corporation publié mardi, environ un Américain sur quatre ont dit qu’ils sympathisaient davantage avec la Confédération de l’Union, un chiffre qui s’élève à près de quatre sur dix parmi les Sudistes blancs.
    Quand on leur demande la raison de la guerre civile, si elle a été combattue sur l’esclavage ou les Etats des droits, 52 pour cent de tous les Américains ont dit les dirigeants de la Confédération a fait sécession afin de garder l’esclavage légal dans leur état, mais une importante minorité 42 pour cent ont déclaré l’esclavage n’a pas été la raison principale pour laquelle ces Etats fait sécession….
  • Par Toutatis ! La véritable histoire de nos ancêtres les Gaulois – Pendant plus d’un an, à la Cité des sciences et de l’industrie, Les Gaulois, une expo renversante  montre une tentative de fabrique de l’histoire et la construction d’une des plus grandes mythologies politiques françaises. À ­rebours des idées reçues et de l’ima­gerie d’Épinal, et grâce à cinq salles thématiques didactiques, on finit par comprendre que l’on n’avait rien ­compris jusque-là: nos ancêtres ne portaient ni casques ailés ni braies rayées. Mieux, ils formaient une civi­lisation complexe, démocratique, qui n’attendit pas Jules César pour émerger. Un article du Figaro.

Le musée participatif : quelques initiatives | Knowtex

  • Le musée participatif : quelques initiatives | Knowtex – Depuis quelques années et plus particulièrement depuis deux ans, plusieurs initiatives ont été lancées dans les musées autour de la notion de participatif. Pour Knowtex, Sebastien Magro et Omer Pesquer cite quelques exemples pertinents et qui posent une série de questions. Les auteurs ont également identifiés six tendances de ces initiatives muséales participatives.

Obstacles aux humanités 2.0 : Le temps ou le narcissisme du chercheur?

Quels sont les obstacles à des humanités 2.0 s’interroge Yann Leroux.

Première hypothèse : le temps

Les chercheurs sont aujourd’hui dans l’alternative Publier ou mourir. Publiez, et vous serez cités. Soyez cités, et votre laboratoire de recherche recevra des subventions. Que votre laboratoire de recherche reçoive des subventions, et votre contrat sera (peut-être) maintenu. Qu’on le veuille ou non, le google ranking fait la loi dans les recherches. Or bloguer est une excellent expérience pour comprendre de l’intérieur les processus d’influence. Bloguez, et vous serez cité. Soyez cité et… Par ailleurs, et c’est sans doute le plus important, le temps d’écriture d’un billet de blog n’est pas un temps pris sur l’écriture d’un article.

A moins que cela soit le narcissisme du chercheur:

Etre un auteur est un attrait important pour tout chercheur. N’y a t-il pas un risque à mettre sur le réseau ses idées ? D’autres ne vont ils pas les utiliser ? Le thème du vol d’idées est quelque chose de récurrent. Mais c’est avant tout un fantasme. Les idées sont dans l’air du temps, et même si plusieurs personnes ont la même idée dans un temps proche, chacun la développera avec son génie propre. Par ailleurs, bloguer est la meilleure façon de dater ses idées.

Au final, un article très intéressant.

L’article complet : Tag! tag! tag!
Les renvois à des articles proches sur delicious : DigitalHumanities web2.0

Le numérique pour changer l'École | Un colloque du Sgen-CFDT

Voici une excellente initiative du syndicat Sgen-CFDT que ce colloque intitulé «Le numérique : quelle Ecole? quels enjeux?», organisé le 18 mai 2011 à Paris.

Et d’abord, une première évidence pour le syndicat:

« Le numérique n’est pas une baguette magique qui permettrait d’imposer en un seul clic un changement du système éducatif »

Ensuite, le syndicat envisage de la manière suivante la réflexion sur l’usage du numérique à l’Ecole:

« Pour le Sgen-CFDT, l’usage du numérique à l’Ecole est d’abord affaire de pédagogie en ce sens qu’il doit participer d’une démarche d’acquisition de connaissances et de compétences. L’oublier réduit ces outils à la dimension de gadgets, sympathiques mais très vite abandonnés. Le comprendre conduit à cette évidence que l’élément central de ces évolutions, ce sont les enseignants ».

Le colloque propose deux tables rondes :

  • Comment l’outil numérique modifie-t-il le travail des personnels en dehors de la classe (ENT, espaces collaboratifs, etc.)?
  • Le numérique pour transformer l’école.

Le blog qui accompagne ce colloque propose déjà une série de contributions et de témoignages d’enseignants fort intéressante comme «Profs et étudiants, amis sur Facebook?».

Via Le numérique pour changer l’École | Un colloque du Sgen-CFDT.

Quand les nouvelles technologies s’invitent dans l’enseignement (Rézonance)

Début décembre, j’intervenais dans une session du First organisée par Rézonance et consacrée aux «Médias sociaux : comment les adopter et les faire adopter?». Mon intervention était centrée sur les technologies dans l’enseignement au travers de mon utilisation du blog à titre personnel et avec/par mes étudiant-e-s. Désormais vous pouvez prendre connaissance de mon intervention.

En premier lieu, la vidéo de mon intervention est disponible en ligne:

Lyonel Kaufmann – HEP Vaud : Quand les nouvelles technologies s’invitent dans l’enseignement from Rezonance on Vimeo.

Ensuite, vous pouvez aussi consulter le support utilisé lors de cette présentation et rebondir sur les liens insérés dans celle-ci:

A noter que cette intervention a eu le mérite de m’«obliger» à faire le point sur un ensemble d’utilisation faite avec mes étudiant-e-s ces dernières années. J’ai eu l’heureuse surprise de constater que mon utilisation des blogs à titre professionnel et celles réalisées avec mes étudiant-e-s recoupaient l’ensemble des utilisations pédagogiques recensées dans ce document:

Source : http://elearning.lse.ac.uk/blogs/clt/wp-content/uploads/2006/06/blogmatrix_750.gif

Bon visionnement et bonne lecture!

Médias sociaux : comment les adopter et les faire adopter?

Dans son dernier billet consacrés aux dangers d’Internet, Serge Soudoplatoff identifie trois dangers d’Internet1

Le premier est effectivement de ne pas y aller, d’ignorer le phénomène. […]

Le deuxième est de s’y opposer. Déclarer que wikipedia est de mauvaise qualité, comme une de mes étudiantes me l’avait affirmé. Déclarer que « dans Internet, il n’y a que des emmerdeurs », comme me l’avait dit en 2006 un directeur marketing d’une entreprise du CAC40. […]

Le troisième est de ne pas se transformer. Pour aborder Internet et en tirer le meilleur, il faut déjà se former. Les élèves des écoles devraient être formés, non pas aux dangers de l’Internet, mais à son mode d’emploi. Les salariés des entreprises devraient tous avoir des cycles de formation au numérique, à l’instar de ce que fait Lippi. Puis il faut se changer, au niveau individuel mais aussi au niveau collectif. Les entreprises et les administrations doivent se mettre en mode 2.0, et tant pis si ce concept est flou, au moins il force à réfléchir.

Il conclut qu’«à part ces trois dangers, je ne vois pas d’autre réelle menace différente de ce que la vie nous réserve, lorsqu’elle est cruelle et brutale.»

Personnellement, c’est bien dans le sens de Serge Soudoplatoff que j’utilise depuis de nombreuses années internet et le web 2.0 dans mon activité professionnelle ainsi qu’avec mes étudiants.

Demain j’aurai l’occasion de présenter principalement mon utilisation des blogs dans le cadre du First organisé par Rezonance et consacré aux médias sociaux dans les organisations:

J’y interviendrai sous l’intitulé:

Quand les nouvelles technologies s’invitent dans l’enseignement

et les autres intervenants seront Olivier Glassey, sociologue, Olivier Tripet, consultant et formateur en Entreprise 2.0, et Sophie Dufaux, digital strategist. Le programme complet est consultable en ligne : http://www.rezonance.ch/rezo/classes/ft-first-tuesday/lausanne/20101202/one-community?page_num=0

  1. Les liaisons numériques dangereuses | La rupture Internet []

Essays on History and New Media | Center for History and New Media

  • Cette page du «Center for History and New Media» regroupe une série d’articles consacrés aux aspects théoriques et pratiques de l’histoire à l’ère digitale. Les articles ont été publiés de 1995 à 2009. Le premier article recensé de Roy Rosenzweig interrogeait alors : « So, What’s Next for Clio?’ CD-ROM and Historians », alors que le dernier de mars 2009 rédigé par Sheila A. Brennan et T. Mills Kelly argumente « Why Collecting History Online is Web 1.5″. Ce recueil permet ainsi de mesures aussi le chemin parcouru et l’évolution des questionnements. Les articles sont regroupés en plusieurs catégories dont Scholarship et Teaching Digital History. Cette liste est évolutive.

Timetoast: concevoir sa frise chronologique 2.0

Pour commenter cette frise: http://www.timetoast.com/timelines/14188