Un modèle en 3D d’Auschwitz pour mieux juger les criminels nazis

«Nous n’avons rien vu, nous ne pouvions rien voir.» Presque tous les anciens SS qui ont dû répondre de leurs actes face à la justice allemande au cours des dernières décennies ont adopté la même ligne de défense, celle consistant à affirmer qu’ils ignoraient ce qu’il se passait dans les camps de concentration où ils étaient employés autrefois. Ce genre d’affirmation étant très difficile à vérifier pour les tribunaux, l’Office bavarois de police criminelle a conçu un modèle en 3D du camp d’Auschwitz pour résoudre ce problème, rapporte le quotidien bavarois Süddeutsche Zeitung:

«Les participants d’un procès peuvent circuler dans le camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau et voir ce que les prévenus ne pouvaient soi-disant pas voir, ce que les témoins décrivent, ce que les experts reconstituent. Une promenade virtuelle sur les lieux tels qu’ils étaient en 1944, une sorte de “Google Street View” sur le théâtre d’une tuerie de masse.»

Ce modèle a été élaboré à partir de quatre types de données: des photographies aériennes du camp d’Auschwitz, un modèle numérique du terrain fourni par le cadastre polonais, des plans de construction du camp conservés aux archives sur lesquels se trouvaient les bâtiments, les baraques et les chambres à gaz qui ont été dynamités et des scans des bâtiments, des baraques et des miradors qui sont toujours debout.

Source :  Un modèle en 3D d’Auschwitz pour mieux juger les criminels nazis | Slate.fr

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.