A voté… au Moyen Âge | Actuel Moyen Âge

Un billet très intéressant, en lien avec l’actualité de l’élection présidentielle française, sur la manière de désigner ses élus un moyen âge. Extrait.

Aujourd’hui, nos démocraties semblent en crise, leur fonctionnement est remis en cause. Certains appellent à l’usage systématique de référendums (il serait aujourd’hui possible à chacun de voter pour à peu près tout sur son smartphone), d’aucuns à plus de participation locale des citoyens, d’autres enfin au tirage au sort pour certains mandats.

Cette dernière pratique porte un nom savant : la stochocratie (du grec stokhastikos signifiant « aléatoire »). Les défenseurs de cette pratique partent d’un constat très simple : on a beau voter tous ensemble, les assemblées élues ne représentent absolument pas la population. Les femmes y sont minoritaires, les ouvriers invisibles, les minorités ethniques et religieuses sous-représentées. C’est l’argument principal de David Van Reybrouck, l’un des plus ardent défenseur des systèmes mixtes, qui feraient de la place au tirage au sort.  Il explique que dans le cas des magistratures collectives (députés, sénateurs, conseillers généraux ou municipaux…), le tirage au sort permettrait de réduire l’homogénéité sociale de la classe politique, leur faible prise en compte des réalités de la vie quotidienne des populations, la nécessité de « faire carrière » et donc de devoir, une fois arrivé au pouvoir, rendre des services. Bref le hasard serait plus représentatif.

Et si on vous disait que les médiévaux avaient déjà médité tout ceci ? Dans la république de Florence au XIV siècle, on utilise un système mêlant cooptation, élection et tirage au sort en espérant que les avantages des trois procédés se cumulent et tempèrent les effets pervers des autres.

Lire l’article complet : A voté… au Moyen Âge | Actuel Moyen Âge

Lyonel Kaufmann

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :