La cathédrale « en sable » de Lausanne « coule sur le trottoir » quand il pleut

En charge de la rénovation de la cathédrale Notre-Dame de Lausanne, l’architecte Christophe Amsler a expliqué mardi dans La Matinale pourquoi il faut réparer sans cesse le bâtiment, et comment le moderniser sans trahir le patrimoine.

Il y avait les bâtisseurs de cathédrales, il y a désormais les « re »-bâtisseurs de cathédrales. Christophe Amsler est l’un de ceux qui, pour les générations futures, répare la pierre venue du passé. Il a notamment contribué à la restauration de la basilique fortifiée de Valère à Sion, à celle de la collégiale de Neuchâtel, ou encore à celle du château de l’Aile à Vevey.

Mandaté par le canton de Vaud, cet architecte est l’un des responsables de la prochaine étape de la restauration de la cathédrale Notre-Dame de Lausanne. Il a la lourde tâche de succéder, entre autres, au célèbre Viollet-le-Duc, l’un des précédents restaurateurs du bâtiment emblématique de la capitale vaudoise, connu notamment pour sa restauration de Notre-Dame de Paris au XIXème siècle.

Lire la suite :  https://www.rts.ch/info/regions/vaud/10698357-la-cathedrale-de-lausanne-perd-une-partie-de-sa-matiere-lorsqu-il-pleut.html

Crédit photo : La cathédrale Notre-Dame vers 1873 avec la flèche d’Henri Perregaux, remplacée bientôt par celle due à Eugène-Emmanuel Viollet-le-Duc. Wikipedia.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.