L’épopée humaine, géographique et historique de James Gray

C’est l’été est donc l’occasion de se détendre. Cinématographiquement parlant, The Lost City of Z de James Gray pourrait répondre à ce besoin. Et l’histoire n’est pas très loin. A vous de voir.

Crédit photo : Charlie Hunnam (Percival Fawcett), Tom Holland (Jack Fawcett) dans « The Lost City of Z » (2016), de James Gray. StudioCanal
Crédit photo : Charlie Hunnam (Percival Fawcett), Tom Holland (Jack Fawcett) dans « The Lost City of Z » (2016), de James Gray. StudioCanal

Adapté d’un ouvrage de David Grann, lui-même inspiré des exploits de l’explorateur Percival Harrison Fawcett, The Lost City of Z procède d’un discret mais implacable travail critique de ce qui fut peut-être, longtemps, un des rêves de l’homme blanc occidental.

Officier déclassé en raison d’une généalogie imparfaite (son père était joueur et alcoolique), Percy Fawcett est envoyé en Bolivie, aux sources de l’Amazonie, par la Société royale géographique londonienne pour y pra­tiquer un relevé de frontières. L’expédition prend, au terme d’un voyage périlleux, une autre dimension.

Convaincu d’avoir trouvé les vestiges d’une civilisation perdue, se heurtant à l’incrédulité des autorités, Fawcett va tenter d’en apporter la preuve au cours d’une seconde expédition qui, là encore, ne comblera pas ses attentes.

The Lost City of Z, de James Gray. Avec Charlie Hunnam, Robert Pattinson (EU, 2016, 140 min).

Source : L’épopée humaine, géographique et historique de James Gray | Le Monde

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :