Quelle place pour les femmes dans la Rome antique

De la puissante impératrice à l’esclave oubliée, le Musée de la romanité, à Nîmes, retrace le parcours de ces femmes aux multiples visages et interroge leur rôle dans l’Antiquité.


Des sculptures du Ier siècle, provenant du jardin romain de Gaius Cilnius Maecenas, ami et conseiller politique d’Octave. MUSEI CAPITOLINI / FLICKR
L’exposition. Porteur d’une charge péjorative en français au point de qualifier parfois une patronne de bordel, le mot de « matrone », dans la Rome antique, désignait au contraire l’épouse et la mère modèle. C’est à cette figure idéale et, par extension, à la place de la femme dans la société romaine, que se consacre la nouvelle exposition temporaire du Musée de la romanité, à Nîmes, dans le Gard. Une exposition conçue par les Galeries des Offices à Florence, dont proviennent l’immense majorité des pièces présentées, pour l’essentiel des bustes et des autels. Le propos se concentre sur les Ier et IIe siècles de notre ère, et par conséquent sur les premières dynasties impériales.
L’exposition s’articule en trois sections suivant le parcours des femmes romaines de différentes origines sociales.
Dans un premier temps, arrêtez-vous sur le modèle idéalisé de la « matrone », incarnée par les impératrices et les femmes de premier plan de la maison impériale comme un véritable modèle moral et stylistique.
Dans un second temps, découvrez des femmes aux vies non-conventionnelles : affranchies ou femmes de la famille impériale dénigrées pour attaquer la dynastie qu’elles représentent.
Pour finir, la dernière section souligne la place importante des impératrices dans la propagande de la maison impériale qui leur a permis d’acquérir un nouveau rôle public. Elles ont ainsi inspiré les femmes de la classe supérieure et leur ont permis l’accession à des rôles publics, introduisant ainsi une révolution de genre progressive mais bien réelle dans les cités de l’Empire.
« Portraits et secrets de femmes romaines », au Musée de la romanité, à Nîmes, jusqu’au 8 mars 2022. Museedelaromanite.fr.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :