Données probantes à l’appui d’un enseignement centré sur l’enseignant (partie 2) | Larry Cuban

Dans ce billet Larry Cuban s’intéresse à l’enseignement magistro-centré  et constate que l’instruction directe a été et reste omniprésente dans les cours des enseignants. Pour beaucoup d’enseignants, mais pas tous, c’est le seul moyen d’enseigner. Cependant, cet historien de l’éducation souligne que l’observation dans les classes montre que c’est plus complexe et que les enseignants hybrident leur enseignement. Sa conclusion (traduction): 

Au cours de mon étude des méthodes d’enseignement depuis la fin du 19e siècle, de mes observations récentes dans des salles de classe et de nombreuses autres études sur l’enseignement, il m’est apparu clairement que la plupart des enseignants (et des formateurs d’enseignants) mélangent des techniques centrées sur l’enseignant et sur l’élève dans leur répertoire de cours. Ces mélanges diffèrent selon la discipline scolaire, l’âge des élèves, les croyances sur la façon dont les élèves apprennent et d’autres facteurs, mais les approches hybrides sont dominantes. Ainsi, les chercheurs ont beaucoup de mal à étudier les effets de stratégies d’enseignement particulières en raison du mélange des deux approches dans de nombreuses salles de classe.


Voilà une énigme à laquelle les chercheurs universitaires, dont beaucoup travaillent dans des départements universitaires et des écoles d’éducation, doivent trouver une solution. Même avec un penchant intellectuel décidé en faveur d’un enseignement centré sur l’étudiant, les chercheurs universitaires devront faire face à des preuves vieilles de plusieurs décennies selon lesquelles la parole de l’enseignant dépasse toujours celle de l’étudiant dans les cours. De telles preuves sur le terrain ne peuvent évidemment pas répondre à la question évidente : quel est le rapport idéal entre le pourcentage de parole de l’enseignant et celui de l’élève dans une leçon enseignée à l’aide d’un « enseignement direct » ou d’une discussion en classe entière, et une leçon enseignée à l’aide d’activités en petits groupes, d’un apprentissage coopératif ou d’un apprentissage par projet ?


Est-ce 80-20 ? 70-30 ? 60-40 ? 50-50 ?


D’autres questions se posent également : quels sont les types de discours de l’enseignant (par exemple, poser des questions, donner des cours sur le contenu, faire des expériences, revoir les devoirs) ? Quels sont les différents types de discours des élèves au cours d’une leçon (par exemple, répondre aux questions de l’enseignant, poser leurs propres questions, donner des rapports, travailler en binômes et en petits groupes) ? Quels sont les gestes verbaux des enseignants qui encouragent les élèves à parler davantage (par exemple, poser une question ouverte, éviter les réponses « bonnes » et « mauvaises » aux réponses des élèves) ?


Peu de chercheurs, de praticiens et de responsables politiques, voire aucun, connaissent les réponses à ces questions.

Source : Evidence To Support Teacher-Centered Instruction (Part 2)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :