Les poilus (vraiment) en couleurs



Les éditions Taschen publient des autochromes en couleurs de la Première Guerre mondiale. Contrairement au travail de faussaire réalisé pour Apocalypse, la 1ère Guerre mondiale, il ne s’agit pas d’images en noir/blanc colorisées après coup, mais de photographies prises en couleurs au moment du conflit. Ces images rares permettent de découvrir la vie quotidienne des soldats sous un autre jour. 

Les quais de la Meuse. Une vue sur Verdun en ruines.  © Jules Gervais-Courtellemont, Edition Taschen

Sur les 4500 photographies en couleur de la guerre qui nous sont parvenues, l’ouvrage en comporte plus de 320 provenant d’archives d’Europe, des États-Unis ou d’Australie. Au niveau technique, la technologie de l’autochrome venait toute juste d’être mise au point. Ce procédé, qui produisait des diapositives en couleur sur plaques de verre, avait été breveté en 1903 par les frères Lumière. Un petit groupe de pionniers comme les photographes Paul Castelnau, Fernand Cuville, Jules Gervais-Courtellemont, Léon Gimpel, Hans Hildenbrand, Frank Hurley, Jean-Baptiste Tournassoud ou encore Charles C. Zoller, a choisi le terrain de la guerre pour expérimenter cette nouvelle technique. Comme l’explique l’auteur de ce livre Pierre Walther ces photos sont surtout « des mises en scènes minutieuses » car l’autochrome nécessitait une technique contraignante.

« Rien que le caractère encombrant de l’équipement, qui pesait jusqu’à 15 kilos, avec les plaques et les divers objectifs, ne permettait pas [des prises d’image sur le vif]. Les temps d’exposition relativement longs des plaques d’autochromes – les personnes photographiées devaient rester immobiles six secondes par ciel couvert, et tout de même une bonne seconde si le soleil brillait – empêchait la réalisation d’instantanés »

Des soldats allemands aux aguets dans une tranchée bétonnée. © Hans Hildenbrand, Taschen, LVR LandesMuseum Bonn.

L’autochrome nécessitait donc un assez long temps de pose, ce qui explique que la plupart des photos représentent des tableaux soigneusement agencés, loin du feu de l’action sur la ligne de front. Nous y découvrons des portraits de groupe, des soldats se préparant au combat, des villes ravagées par des bombardements – la vie quotidienne et les conséquences dévastatrices des opérations militaires.

L’ouvrage est disponible en allemand, français et anglais au prix de 39,99€.

La présentation de l’ouvrage sur le site de l’éditeur (et la possibilité de le commander) : http://www.taschen.com/pages/fr/catalogue/photography/all/05794/facts.la_grande_guerre_en_couleurs.htm

Source de l’info : http://www.france24.com/fr/20140814-images-grande-guerre-poilus-couleurs-photographies-poilus-guerre-mondiale/

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.