Evaluer par compétences en histoire-géo : un exemple français

Après s’être longtemps impliquée dans l’éducation non formelle des mouvements de jeunesse, Elena Brian-Vigoureux est devenue professeur de collège en histoire-géographie. Il lui a paru naturelle, suite à sa formation à l’ESPE, d’évaluer par compétence. 

Après quatre ans de travail et de discussions avec ses collègues, elle a finalisé une grille mariant la tradition de la notation avec une évaluation par compétences.

Pour Elena, interrogée par le Café pédagogique  :

« Ca me permet de dire précisément aux élèves où ils progressent et de monter des séances de remédiation. Je leur donne les moyens de s’améliorer. Par exemple on travaille la compétences « organiser ses idées » avec des cartes heuristiques ou des schémas ».

Avec cette publication, elle souhaite partager avec les enseignants.

L’observation de la grille permet d’observer la conception française de l’évaluation par compétence en histoire-géographie qu’on pourra comparer avec les démarches belges, québécoises ou suisse. A cet effet, on lira avec profit le chapitre « Faire et apprendre et évaluer des compétences en histoire » (p. 281-355) de Jadoulle, J-L. (2015). Faire apprendre l’histoire. Pratiques et fondements d’une didactique de l’enquête en classe du secondaire. Erasme. Dans ce chapitre, Jadoulle analyse justement ces quatre situations d’une démarche par compétence en histoire.

Sources :

Lyonel Kaufmann

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :