Une pédagogie de la transformation pour les temps de crise

Cet article de Sean Michael Morris (www.seanmichaelmorris.com) a été publié pour la première fois sur le portail d’information Online Educa Berlin insights en anglais sous le titre A Pedagogy of Transformation for Times of Crisis. OEB est la conférence et l’exposition mondiales et intersectorielles sur l’apprentissage et la formation assistés par la technologie. Sa 26e édition aura lieu du 2 au 4 décembre 2020. https://oeb.global. Merci à Sean Michael Morris et OEB d’avoir accepté sa traduction et sa publication sur ce blog.

« Alors que des millions d’étudiants et d’enseignants ont commencé à apprendre en ligne au cours des dernières semaines en réponse à la pandémie de Covid-19, une reconnaissance claire ne cesse de se faire jour : après tout ce qui a été recherché, pratiqué, innové en matière d’enseignement en ligne, les expériences éducatives significatives sont encore peu nombreuses et lointaines. Un article récent du Chronicle of Higher Education affirme que « de nombreux [étudiants] choisiront de ne pas participer au trimestre d’automne plutôt que de dépenser des milliers de dollars pour une expérience universitaire d’automne centrée sur le visionnage de vidéos sur un ordinateur portable ». John Villasenor, l’auteur de l’article, poursuit en prédisant que beaucoup plus d’étudiants entrants que d’habitude choisiront de prendre une année sabbatique, pour attendre la fin de la pandémie et de ses effets sur l’enseignement et l’apprentissage.

Mais le problème va plus loin que la surutilisation des vidéoconférences et des réunions Zoom synchrones, plus loin qu’une pédagogie non préparée pour aller en ligne en cas d’urgence. Derrière ces comportements se cache une pédagogie numérique sous-développée et sous-théorisée, qui pourrait renforcer l’expérience d’apprentissage tant pour les enseignants que pour les apprenants. Mais plutôt que de s’inquiéter de cet aspect humain de l’éducation, alors que la plupart d’entre nous sont allés en ligne ces dernières semaines, notre première préoccupation s’est plutôt tournée vers la tricherie sur l’intégrité académique, le plagiat et autres, et vers les craintes concernant les résultats, les notes, l’achèvement et la continuité. Notre objectif a été de maintenir le milieu universitaire sur la bonne voie plutôt que de soutenir les étudiants et les enseignants dans cette crise.

À l’aube de cette pandémie aux États-Unis, un groupe de concepteurs pédagogiques et de technologues de l’éducation s’est mis en ligne pour aider, développer et promouvoir un tsunami de politiques et de meilleures pratiques destinées à calmer les tremblements de terre parmi tant de professeurs. Nombre de ces concepteurs se sont également connectés pour se vanter. Pour dire « c’est notre moment » et « enfin, ils vont nous écouter ». Bien que j’aie la plus grande attention et la plus grande sympathie pour les concepteurs de l’enseignement et de l’apprentissage à tous les niveaux de l’éducation – ils constituent un groupe d’éducateurs qualifiés incompris, souvent sous-financés, le plus souvent sous-estimés, dont le travail n’a jamais reçu toute l’attention qu’ils méritent – la pandémie n’a pas été l’heure de gloire de leur conception de l’apprentissage.

Dans les meilleures circonstances, les concepteurs pédagogiques travaillent en partenariat avec des enseignants ouverts d’esprit, qui parlent couramment le numérique et qui ont un investissement ou du moins une curiosité à l’égard de l’apprentissage dans un espace numérique. Dans le pire des cas, les concepteurs pédagogiques conçoivent des cours avec des « experts en la matière » qui ne sont peut-être pas des enseignants eux-mêmes, mais qui connaissent les détails de ce qui doit être appris et peuvent fournir un contenu qui alimentera des évaluations qui s’aligneront sur les résultats de l’apprentissage.

Mais la situation dans laquelle nous nous trouvons est bien pire que cela. Un mouvement de masse vers les espaces d’enseignement et d’apprentissage en ligne, principalement de la part des professeurs, des enseignants de la maternelle à la 12e année et des instructeurs adjoints qui non seulement sont inexpérimentés en matière d’apprentissage numérique mais qui peuvent y avoir résisté pendant des années, ne peut que prouver que la conception traditionnelle de l’enseignement ou de l’apprentissage est un système profondément imparfait et problématique pour l’enseignement et l’apprentissage en ligne. À une époque qui exige une certaine adaptabilité, ce système n’est pas aussi réactif que normatif, ni aussi souple que rigide.

C’est parce que la conception traditionnelle de l’apprentissage n’a pas prouvé – et ne prouvera pas – qu’elle est à la hauteur de la tâche d’un pivot en ligne soudain, nécessaire et tout à fait inopportun. La conception de l’apprentissage dépend du temps ; la conception pédagogique se fonde sur des pratiques qui ne sont pas brèves. L’ADDIE (Analyse, Design, Développement, Implémentation et Evaluation), par exemple, ou la conception à rebours (backwards design), ou encore la réflexion sur la conception cérative (design thinking) exigent toutes des procédures et des approches, des étapes, de la considération et de la réflexion, de la discussion, de la créativité, de l’investigation, de la résolution de problèmes. Toutes ces approches de l’apprentissage numérique sont incroyablement utiles, mais elles ne peuvent pas être réalisées immédiatement. C’est pourquoi, lorsque cette pléiade de concepteurs bien intentionnés et au grand cœur ont émis des recommandations telles que : aligner les évaluations sur les résultats, légender les vidéos, pratiquer la « conception par la compréhension » (design by understanding), déterminer les preuves acceptables de l’apprentissage, utiliser la conception à rebours (même à une époque où les éducateurs devaient sauter avant de regarder), les conseils n’ont fait que brouiller les pistes en insistant sur le fait que le contrôle et l’ordre pouvaient, voire devaient être maintenus.

Au lieu de cela, il fallait, et il a toujours fallu, une pédagogie numérique qui permette aux enseignants comme aux apprenants d’aller au cœur de l’éducation et de préserver ce cœur, que l’apprentissage ait lieu sur le terrain ou en ligne, ou encore un hybride des deux. Ce qu’il faut, c’est transformer notre compréhension de la pédagogie numérique, l’étudier et reconnaître que la pédagogie numérique est un domaine de recherche.

La plupart des méthodes traditionnelles d’apprentissage en ligne sont fondées sur des méthodes d’enseignement comportementales, basées sur des recherches, qui : 1. sont elles-mêmes très contestables et pas du tout universelles, et qui ont reproduit des préjugés systémiques dans les salles de classe en ligne ; 2. ont été développées avant l’apparition d’Internet. Les méthodes qui influencent tant l’apprentissage et la conception pédagogique ne tiennent aucunement compte de la diversité des expériences disponibles dans les espaces en ligne, de la manière douteuse et persistante dont la technologie numérique, les plateformes et les littératies sont en constante évolution, des inégalités qui se reproduisent en ligne de manière encore plus invisible que dans les classes en face à face, des communautés multiculturelles et mondiales qui existent en ligne, de la manière dont les médias sociaux ont eu un impact sur tout, de la langue à la formation de l’identité, etc.

Mais une pédagogie numérique transformatrice est une pédagogie qui s’intéresse d’abord à la relation entre l’enseignant et l’élève, et aux multiples façons dont l’apprentissage circule entre eux. Paulo Freire a nommé les parties d’une classe « enseignant-étudiant » et « étudiant-enseignant » pour mieux incarner la nature d’une expérience d’apprentissage coopératif ; et c’est cette expérience d’apprentissage, qui centre la collaboration, la communication et la compréhension entre les enseignants et les étudiants, qui peut nous ouvrir les yeux sur une pédagogie numérique unique. Cette pédagogie est une pédagogie qui favorise la personne et non la technologie, l’humanisation au lieu de la numérisation. Cette pédagogie, fondée sur des idéaux d’équité, d’agence et de conscience critique, est une pédagogie numérique critique.

Henry Giroux écrit, dans « On Critical Pedagogy », que : « La pédagogie critique affirme que les étudiants peuvent engager leur propre apprentissage à partir d’une position d’agence et, ce faisant, peuvent participer activement à la narration de leurs identités à travers une culture du questionnement … tout en changeant les formes de reconnaissance de soi et de la société ». La pédagogie critique ne s’intéresse pas à l’apprentissage mécanique, ou à l’apprentissage reproductible, ou à l’apprentissage qui se plie à l’autorité de l’enseignant (ou de l’algorithme ou de l’interface), mais plutôt à une éducation qui est « une pratique de la liberté ». Et une pédagogie numérique critique s’intéresse autant aux outils que nous utilisons, aux outils qu’on nous demande d’utiliser, aux outils qu’on nous vend, qu’à la relation entre l’humain et le numérique, aux barrières entre les deux, aux moyens de cette relation, et à la question de l’agence (ou de notre capacité à intervenir) en matière d’éducation et de ses technologies.

À travers la lentille de la pédagogie numérique critique, l’apprentissage tourne autour de l’idée de libération. La libération de l’oppression, mais plus précisément la libération des schémas de pensée (et des pratiques éducatives) qui limitent la créativité et le génie humains – une créativité et un génie qui, seuls, peuvent nous conduire à une pratique transformatrice en temps de crise.

La journaliste Krista Tippet propose une invitation qui a une certaine pertinence ici : « Nous avons le langage, les outils, les vertus et la vocation, en tant qu’êtres humains, de créer des espaces accueillants pour aborder les questions difficiles de notre temps… C’est une rupture avec des façons d’être et d’interagir qui ne sont pas adaptées à notre époque de changement. En d’autres termes, l’approche déshumanisante et techniciste de la conception traditionnelle de l’apprentissage en ligne ne nous sert plus à notre époque où l’imagination, le soin et la conscience sont nécessaires pour résoudre les très grands problèmes de notre monde. Il n’y a pas de meilleur moyen de le prouver que la réponse encore émergente à la pandémie actuelle.

La tyrannie est facile dans l’éducation. Pour une raison quelconque, c’est même le défaut. La politique de la classe, du testeur et du distributeur de notes est intégrée dans chaque environnement éducatif, tant sur le terrain qu’en ligne. Nous surveillons nos étudiants, nous les soumettons à une reconnaissance faciale algorithmique pour nous assurer qu’ils ne trichent pas aux examens, nous leur demandons de céder leur propriété intellectuelle à des entreprises pour que nous sachions s’ils plagient.

Mais, le tout premier écran était un espace d’imagination, un espace sur lequel on pouvait projeter des images qui n’étaient pas vraiment là, qui se déroulaient à un autre moment mais qui pouvaient être vues, pouvaient susciter des émotions, dans le présent même. L’écran qui nous sépare tous – lorsque nous travaillons à distance, que nous scolarisons nos enfants dans nos salons, que nous enseignons à des élèves que nous avions l’habitude de voir en personne – n’a pas besoin d’être une barrière qui alimente la méfiance, qui nous invite à surveiller ; l’écran qui nous sépare peut être une fenêtre ou une porte, par laquelle nous pouvons nous rapprocher les uns des autres pour rester en contact, pour préserver notre humanité tant malgré le numérique qu’à travers lui. »

This article by Sean Michael Morris (www.seanmichaelmorris.com) was first published on the Online Educa Berlin insights news portal in English as A Pedagogy of Transformation for Times of Crisis. OEB is the global, cross-sector conference and exhibition on technology supported learning and training. Its 26th edition will take place from Dec 2 – 4, 2020. https://oeb.global.

Crédit photo en-tête : Photo de Lou Levit sur Unsplash

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :