La Suisse et la Première Guerre mondiale : 3. la question des étrangers

Si la Suisse a été épargnée militairement par la Première Guerre mondiale, elle n’en a pas moins été partie prenante ou touchée indirectement par le conflit mondial. Les conséquences de cette période modèleront durablement la Suisse après la Première Guerre mondiale jusqu’à nos jours. Cette série d’articles a pour objectif de donner des éléments d’intelligibilité de l’histoire de cette période pour la Suisse au lecteur d’aujourd’hui et de répondre à la question «Pourquoi enseigner la Première Guerre Mondiale en Suisse ?»

Alors que jusqu’en 1888 en Suisse, la balance migratoire était traditionnellement négative, la situation s’inverse à partir des années 1890. Dès 1900, la «question des étrangers» se pose dans la société suisse et devient dominante à partir de 1910 (Arlettaz 2004 : 14) principalement en raison de la montée en puissance du mouvement ouvrier à laquelle s’ajoute la montée des nationalismes. Dans un premier temps, la réponse à cette question consistera été de faciliter l’octroi de la nationalité des étrangers dans une vision libérale de la société considérant que « la Suisse est en mesure d’«assimiler» les étrangers, de les faire siens » (Arlettaz 2004 : 14). Marquant un tournant dans l’attitude à l’égard des étrangers, la Première Guerre mondiale voit la population étrangère diminuer d’un tiers et la suppression de la libre circulation des personnes entre Etats. Avec et après la Première Guerre mondiale, l’attitude change au sujet de l’intégration et de l’«assimilation» des étrangers et, de libérale, la politique suisse à l’égard des étrangers deviendra protectionniste et centralisatrice. Les effets de cette politique structurent aujourd’hui encore le champ politique suisse et ses débats à l’égard de la population étrangère.

La question des étrangers durant la Première Guerre mondiale Alors qu’en 1910, la population étrangère établie en Suisse s’élevait à 795’000 personnes, la Suisse ne comptera plus que 402’000 étrangers en 1920. Entre 1913 et 1920, le mouvement d’émigration nette est de l’ordre de 156’000 personnes. Par ailleurs, durant la guerre, le nombre de personnes venant chercher refuge en Suisse et celui des prisonniers de guerre internés est estimé à quelque 30’000 personnes.

Dès janvier 1916, la Suisse accueille les premiers prisonniers de guerre blessés1. De 1916 à 1918, ils seront au total 67’000 à séjourner en Suisse. Ils seront, en moyenne mensuelle, 27’500 de 1917 à 1918. Leur présence inquiète les milieux ouvriers en raison de la concurrence sur le marché du travail des prisonniers aptes au travail. Sous la pression des socialistes, des prescriptions seront édictées par le Conseil fédéral dès juillet 1916 pour réglementer le travail des internés. Parallèlement, les socialistes interviennent en faveur des internés pour dénoncer les mauvaises conditions de logement et de nourriture. De leur côté, les milieux conservateurs «insistent sur le manque de discipline des internés et les excès de tolérance des autorités suisses» (Arlettaz 2004 : 72).

ww1-14-hist-00323-21Genève. Passage par la Suisse d’un train se dirigeant vers Lyon en France et transportant de grands blessés et du personnel sanitaire. Ces blessés sont d’anciens prisonniers de guerre français qui ont été détenus en Allemagne. © Phototèque CICR / DR / R. Gilli / hist-00323-21. Lien : http://www.icrc.org/fre/resources/documents/photo-gallery/2014/150-years-world-war-1.htm

Dans le même temps, la Première Guerre mondial a représenté un défi important pour le CICR. Celui-ci a visité des prisonniers de guerre, s’est efforcé – pour la première fois – de venir en aide aux populations civiles et a mené campagne contre les armes chimiques ; à la fin de la guerre, il a visité des prisonniers politiques pendant la révolution hongroise. De plus, le CICR crée, à l’initiative de son président et futur conseiller fédéral, Gustave Ador, l’Agence internationale des prisonniers de guerre. L’Agence avait pour objectif de centraliser les informations concernant les prisonniers de guerre pour pouvoir informer leurs proches et rétablir le contact. Durant et à la suite de la guerre, les volontaires qui travaillaient à l’Agence ont établi des fiches et des listes concernant près de deux millions et demi de prisonniers de guerre (Histoire du CICR).

03-aipg-hist-03557-24Agence internationale des prisonniers de guerre. Service de recherches des disparus. Classement préliminaire. Les principes et méthodes sont définis au fur et à mesure, suivant les problèmes à résoudre. Pour que la masse énorme de renseignements traités soit exploitables, chacun d’eux est analysé et trié. © Photothèque CICR (DR) / Boissonnas / hist-03557-24. Lien : http://www.icrc.org/fre/resources/documents/photo-gallery/2014/150-years-aipg-ww1.htm.

Par ailleurs, la Suisse accueille également un certain nombre d’immigrés et d’exilés, fuyant le conflit pour des raisons anti-militaristes ou représentants de minorités nationales et susceptibles de créer des tensions internationales. Dans un premier temps, les sympathies à leur égard dépend des affinités à l’égard des belligérants. Cependant, à partir de 1917, «les déserteurs et les réfractaires apparaissent comme une menace pour la sécurité du pays, dont ils accentuent les clivages socio-politiques» (Arlettaz 2004 : 74). Devant la montée du mouvement ouvrier et des mouvements sociaux trouvant leurs origines dans la dégradation des conditions de vie durant la guerre, les étrangers vont constituer, pour les élites, un bouc-émissaire commode et un moyen de discréditer le mouvement ouvrier suisse en le déclarant à la botte d’un complot téléguidé de l’extérieur du pays.

Lenin1914

Lénine, ici en 1914 (https://fr.wikipedia.org/wiki/Lénine#mediaviewer/Fichier:Lenin1914.jpg), est un des immigrés les plus célèbres ayant vécu en Suisse durant la guerre. Pour un résumé de sa présence et de son action en Suisse : https://fr.wikipedia.org/wiki/Lénine#Premi.C3.A8re_Guerre_mondiale.

Entre 1917 et 1919, en lien avec la crise économique et sociale qui frappe la Suisse, la pratique du refuge se durcit qui «traduit les difficultés de concilier une politique humanitaire avec les exigences d’une société en crise» (Arlettaz 2004 : 72). A titre d’exemple, le 1er mai 1918, le Conseil fédéral arrête que les déserteurs et réfractaires, désormais assimilés aux révolutionnaires russes et qui voudront franchir la frontière, devront être empêchés ou refoulés. Sous la pression de la gauche et d’un revirement d’une partie de la droite, l’arrêté est abrogé le 29 octobre 1918, mais les mesures possibles d’expulsion sont renforcées. Cet arrêté «renverse les fondements de la politique d’asile» (Arlettaz 2004 : 77).

En définitive, la substitution d’une population étrangère intégrée par des immigrés de guerre «va profondément modifier l’attitude et la politique de la Suisse à l’égard des étrangers» (Arlettaz 2004 : 72). Désormais, la peur de l’étranger dominera la politique suisse à leur égard et s’incarnera au travers du concept, difficilement traduisible en français, d’« Ueberfremdung ». Il s’agit de la crainte d’un envahissement résultant d’une surpopulation étrangère (envahissement de la Suisse par les étrangers).

Les conséquences de la Première Guerre mondiale sur la politique suisse à l’égard des étrangers

En 1920, la première initiative populaire xénophobe est lancée dans un contexte de crise et de réorientation économique du pays. A ce moment-là, les secteurs économiques le plus touchés sont ceux liés à l’industrie d’exportation. L’agriculture est en récession et le système monétaire européen est désorganisé alors que le marché intérieur est concurrencé par des produits importés bon marché. Des tensions sociales apparaissent suite à la baisse des salaires, réponse des milieux économiques à la crise et à la concurrence. En outre, en décembre 1921, 10,5% de la population active est au chômage. S’ajoute encore une crise du logement (Garrido 1987).

Au niveau politique, cette initiative coïncide avec la montée en puissance d’un nouveau parti : le parti des Paysans, Artisans et Bourgeois (PAB). Ce dernier est l’ancêtre de l’actuel parti populiste et extrémiste de l’Union démocratique du Centre (UDC). Le PAB a été fondé à la suite de la Grève générale de 1918. Le point central du programme du PAB réside alors dans son refus de l’urbanisation et de l’industrialisation dont le pendant est une forte nostalgie du passé.

laur800x0 Source de l’image : http://www.ufarevue.ch/fra/zum-50.-todestag-von-ernst-laur_1237150.shtml

Les écrits d’Ernst Laur, chef de file du PAB, illustrent ceci et sert de filiation pour saisir l’attitude actuelle de l’UDC vis-à-vis des étrangers et de l’Union européenne :

<p« Dans la caserne locative, au contraire, sur les boulevards et dans les lieux de réjouissance de la grande ville, le développement cosmopolite de la ville étouffe souvent l’idée de patrie et celle-ci se trouve même tout-à-fait reléguée à l’arrière-plan par des intérêts économiques internationaux. C’est dans les grands centres que naissent les relations internationales, les associations et les partis internationaux; […]. » (Laur 1919 : 20)

Parallèlement, entre 1917 et 1931, la Confédération élabore une politique de séjour et d’établissement des étrangers «qui trouve sa justification officielle dans la lutte contre la « surpopulation étrangère »» (Arlettaz 2004 : 95). Cette politique officielle est donc fortement influencée par les conceptions de l’Ueberfremdung. En 1931, la première Loi fédérale sur le séjour et l’établissement des étrangers fixe une politique permettant tout à la fois de restreindre l’immigration tout en répondant aux besoins des milieux économiques par une flexibilisation du marché du travail. Elle consacre l’alliance entre les élites libérale, conservatrice et nationaliste. Quatre types de permis sont instaurés dont le statut temporaire de saisonniers interdisant le regroupement familial. Seule l’entrée en vigueur en 2002 de l’accord sur la libre circulation des personnes entre la Suisse et l’Union Européenne (UE) abolira ce statut inique que certains vainqueurs de la votation du 9 février 2014 voudraient réinstaurer.

Prochain article : La Suisse et la Première Guerre mondiale : 4. dans les manuels

Bibliographie

Arlettaz, G., Arlettaz S. (2004). La Suisse et les étrangers. Immigration et formation nationale (1848-1933). Lausanne : Antipodes & Société d’Histoire de la Suisse romande.

Dessemontet, P. (2014). Requiem pour une Willensnation. In L’Hebdo (15.02.2014). En ligne. Dernière consultation le 19 février 2014. Lien : http://www.hebdo.ch/les-blogs/dessemontet-pierre-la-suisse-à-10-millions-dhabitants/requiem-pour-une-willensnation

Garrido, A (1987). Le début de la politique fédérale à l’égard des étrangers. Lausanne : Histoire et société contemporaines.

Grandjean, M. (2014). Suisse : La votation sur l’immigration en un graphique. 09.02.2014. En ligne. Dernière consultation le 19 février 2014. Lien : http://www.martingrandjean.ch/suisse-la-votation-sur-limmigration-en-un-graphique/

Histoire du CICR : La Première Guerre mondiale : http://www.icrc.org/fre/who-we-are/history/first-world-war/index.jsp

Kaufmann, L. (2014). La Suisse, entre ouverture au monde et syndrome de l’enfermement. In Le Café pédagogique, No 150, février. Lien : http://www.cafepedagogique.net/lemensuel/lenseignant/schumaines/histoire/Pages/2014/150_lachronique.aspx

Laur, E. (1920). Politique agraire. Genève/Lausanne.

  1. Documents : Le Ministre de Suisse à Paris, Ch. Lardy, au Chef du Département politique, A. Hoffmann. Le ministre fait campagne pour faire aboutir le projet de rapatriement des prisonniers de guerre grièvement blessés. DDS, vol. 6, doc. 82. et Le gouvernement suisse est prêt à mettre à la disposition du gouvernement français la Croix-Rouge suisse et des trains sanitaires pour rapatrier des militaires invalides. DDS, vol. 6, doc. 86. []

One thought on “La Suisse et la Première Guerre mondiale : 3. la question des étrangers

Laisser un commentaire