La Suisse et la Première Guerre mondiale : 4. dans les manuels

Si la Suisse a été épargnée militairement par la Première Guerre mondiale, elle n’en a pas moins été partie prenante ou touchée indirectement par le conflit mondial. Les conséquences de cette période modèleront durablement la Suisse après la Première Guerre mondiale jusqu’à nos jours. Cette série d’articles a pour objectif de donner des éléments d’intelligibilité de l’histoire de cette période pour la Suisse au lecteur d’aujourd’hui et de répondre à la question : «Pourquoi enseigner la Première Guerre Mondiale en Suisse ?».

Dans les trois premiers articles, nous nous sommes centrés sur les travaux de l’historiographies pour dresser le tableau de la Suisse pendant la Première Guerre mondiale. Dans ce dernier volet, nous allons nous intéresser à la manière dont les manuels scolaires vaudois en ont rendu compte de 1938 à 2011.

Les ouvrages retenus sont les suivants :

  • Michaud, G. (1939). Histoire de la Suisse. Lausanne ; Genève [etc.]: Payot,
  • Grandjean, H., & Jeanrenaud, H. (1941). Histoire de la Suisse II. Lausanne, Genève, Neuchâtel, Vevey, Montreux, Berne, Bâle: Librairie Payot.
  • Chevallaz, G.-A. (1957). Histoire générale de 1789 à  nos jours. Lausanne: Payot.
  • Bourgeois, C. (1995). L’époque contemporaine, 1770-1990 : version B. Lausanne: LEP Loisirs et pédagogie : Edipresse-Livres. L’édition utilisée est celle de 1999 qui comporte désormais deux volumes. Bourgeois, C. (1999). L’époque contemporaine, 1914-1990. Lausanne: LEP Loisirs et pédagogie : Edipresse-Livres.
  • Cote, S. sous la direction de (2011). Histoire 9e. Paris: Nathan.

Tous ces manuels sont ou ont été utilisés dans les classes vaudoises en dernière année de la scolarité obligatoire1.

Après la lecture des pages que ces manuels consacrent à la Suisse pendant la Première Guerre mondiale, il ressort que ces manuels envisage l’impact du conflit mondial en Suisse sous les quatre axes suivants :

  • les aspects militaires
  • les relations avec les belligérants et la neutralité
  • le Röstigraben ou le fossé moral entre la Suisse romande et la Suisse alémanique
  • la situation économique et sociale en Suisse
  • l’action humanitaire de la Suisse (et du CICR)

Le seul élément que nous ne retrouvons pas, relativement à l’histoire savante, concerne la question de la politique à l’égard des étrangers qui est tronquée et abordée uniquement sous l’angle (favorable pour la Suisse) de la question humanitaire alors que la Première Guerre mondiale représente un tournant dans le traitement de cette question en Suisse. A noter que cette question de la place des étrangers est actuellement une question sociale vive dans les débats politiques suisses.
Autrement, les points cités ci-dessus peuvent être plus ou moins développés et l’agencement des faits dans les différents manuels permet de faire émerger entre eux des discours historiques ou des points de vue divergents.
C’est plus particulièrement le cas concernant tant la description ou les causes tant du Röstigraben que de la grève générale de 1918. Sur ces questions, il y a très nettement une différence de traitement entre les trois premiers ouvrages et les deux derniers et plus particulièrement à propos de la grève générale de 1918. Une césure peut ainsi être constatées avec les manuels des années 1990. Précisons d’entrée que cela n’a guère à voir avec l’évolution de la connaissance historique, mais bien plutôt de l’adoption d’un point de vue différent par le manuel.

Michaud, G. (1939). Histoire de la Suisse.

Il est intéressant de constater que, dès le manuel secondaire Michaud de 1939, l’essentiel des faits sont présentés tel le Röstigraben («dès le début de la guerre, une sorte de fossé se creusa entre Suisses français et Suisses allemands» p. 151), les difficultés économiques et sociales («les longues mobilisations  les privations de toute espèce, le chômage de certaines industries provoquèrent un malaise général» p. 152-153) ou la grève générale de 1918, même si les autorités endossent le beau rôle et les grévistes l’habit du méchant, manipulé par des agitateurs étrangers :

«Des agitateurs étrangers, venus se réfugier en Suisse, répandirent des idées révolutionnaires dans certaines classes de la population. Le 11 novembre 1918, jour de l’armistice, une grève générale éclata. Le 1er corps d’armée fut mobilisé et l’ordre put être rétabli. Mais une terrible épidémie de grippe, qui se déclara à la même époque, fit un grand nombre de victimes chez les civils et les soldats»

(Michaud 1939 : 153)

Grandjean, H., & Jeanrenaud, H. (1941). Histoire de la Suisse II

Deux ans après le manuel Michaud, le manuel primaire Grandjean & Jeanrenaud (1941) est publié en pleine Deuxième Guerre mondiale et alors qu’est célébré le 650e anniversaire de la Confédération. Dans sa conclusion (p. 218-219, le lourd contexte de sa parution est très largement perceptible :

«Au cours des siècles, la Suisse a vécu des heures sombres et des heures lumineuses. Elle a connu des victoires et des défaites ; presque toujours c’est la discorde qui a causé ses malheurs. Dans l’avenir, elle aura aussi des difficultés à vaincre. Elle n’y parviendra que par un effort constant de volonté de ses citoyens. Sa force résidera dans l’union de tous les Suisses. Comme l’a dit un poète :  Nous voulons être un peuple uni de frères,  Qu’aucun danger ne pourra séparer. Instruit par les événements récents, le peuple suisse demeure plus que jamais attaché à son indépendance, à sa neutralité, à ses libertés et à ses droits. Il est résolu à défendre sa patrie à tout prix. A l’intérieur du pays, il est décidé à maintenir la démocratie et le fédéralisme. L’existence même de la Suisse en dépend.»

(Grandjean & Jeanrenaud 1941 : 218-219)

Dès lors, il n’est plus question d’évoquer les divisions qui traversaient la Suisse entre 1914 et 1918 entre Romands et Alémaniques. Exit donc le Röstigraben2. La grève générale subsiste sans évocation («En 1918, le Conseil fédéral mobilisa des troupes pour mettre fin à une grève générale» p. 209). Les difficultés économiques sont présentées sous l’angle unique du rationnement qui amène une hausse des prix («Les prix augmentèrent considérablement, malgré la lutte organisée contre la spéculation et l’accaparement» p. 210), mais «les industries suisses travaillèrent à plein rendement. Des nombreuses usines fabriquaient jour et nuit des munitions pour la Suisse et pour l’étranger» (p. 209).

Chevallaz, G.-A. (1957). Histoire générale de 1789 à  nos jours.

En 1957, une nouvelle collection de manuels d’histoire est publiée pour remplacer la collection dont fait partie le manuel Michaud. Georges-André Chevallaz, auteur du manuel d’histoire contemporaine, est à la veille de sa carrière politique qui le mènera à la syndicature de la ville de Lausanne à laquelle il accède en 1957 également, puis au Conseil fédéral. A la publication du manuel, il est encore directeur de la Bibliothèque universitaire après avoir été enseignant à l’Ecole de commerce de Lausanne. Le contexte entourant la publication de la collection n’est plus à la lutte contre le nazisme, mais celui de la Guerre froide.
Concernant la Première guerre mondiale, l’évocation du Röstigraben est, comparativement au Grandjean & Jeanrenaud, réintroduite. Le manuel évoque même l’Affaire des colonels et l’affaire Grimm-Hoffmann:

«Deux officiers de l’état-major général transmettaient – à titre d’échange – les renseignements sur les Alliés à l’attaché militaire allemand. A la grande colère de l’opinion romande, ces deux officiers ne furent frappés que d’une sanction dérisoire» (p. 351).

«Deux hommes politiques, un conseiller fédéral et un conseiller national, s’entremirent, en 1917, pour obtenir l’adhésion de la Russie à une paix séparée avec l’Allemagne. Le conseiller fédéral paya de sa démission immédiate ce manquement à la neutralité» (Chevallaz : 351).

Concernant l’affaire des colonels, il est intéressant de constater que dans le premier énoncé, Georges-André Chevallaz adopte le point de vue officiel (Etat-major général, Conseil fédéral et Tribunal militaire) avec «à titre d’échange» alors que le deuxième énoncé comporte une forme de critique à la décision laissée à la charge néanmoins de l’opinion romande («sanction dérisoire»).

Politicien de droite et de la Guerre froide, Georges-André Chevallaz est nettement moins pondéré ou elliptique lorsqu’il traite de la Grève générale de 1918. Ceci deux ans avant la réintégration des socialistes au Conseil fédéral3 :

«Les socialistes suisses avaient, durant la guerre, subi l’influence de révolutionnaires étrangers réfugiés en Suisse, russes notamment parmi lesquels Lénine. Certains de leurs chefs avaient participé aux conférences de Zimmerwald et de Kiental où s’était organisé le mouvement socialiste d’extrême gauche, noyau de la future internationale communiste. L’exemple de la Révolution soviétique de 1917 les incite à agir. Ils trouvèrent un terrain préparé : un mécontentement justifié régnait parmi les salariés. Tandis que les prix montaient considérablement, que certains spéculateurs et trafiquants s’enrichissaient sans mesures, les salaires restaient stationnaires, manifestement insuffisants»

(Chevallaz 1957 : 351)

Très visiblement pour le manuel Chevallaz, le socialisme en Suisse ne peut être qu’un produit importé par des révolutionnaires très peu recommandables alors que l’organisation des conférences doit d’abord et beaucoup à un socialiste suisse Robert Grimm, le principal responsable du Comité d’Olten organisant la Grève générale.

Notons enfin que dans l’introduction du chapitre IX intitulé «La Suisse dans le monde divisé (1914-1956)», les principales composantes du destin privilégié de la Suisse (Sonderfall) sont déclinées :

«Dans un monde divisé, la Suisse s’en tient fermement à sa politique de neutralité. Providentiellement épargnée par les deux guerres mondiales, elle est terre de rencontre entre les puissances, siège de nombreux organismes internationaux» (Chevallaz : 349).

Bourgeois, C. (1999). L’époque contemporaine, 1914-1990.

Il faut attendre la collection Bourgeois et Rouyet de 1995 pour constater une inflexion du discours des manuels relativement à la question de la Grève générale :

«La fin de la guerre est marquée par des troubles sociaux qui débouchent sur une grève générale en 1918» (Bourgeois 1999 : 845)

En effet, présentée de la sorte, c’est la situation intérieure qui est la cause de la grève générale. Exit les agitateurs étrangers et leur influence sur les meneurs suisses de la grève. Par ailleurs, le texte principal est complété par un encadré comportant une photo de la troupe face aux grévistes à Zurich et un court texte présentant la grève factuellement.

Relativement à la situation économique de la Suisse pendant le conflit, le manuel met précédemment en évidence la dégradation des conditions de vie entre 1914 et 1918 et met en avant la dichotomie suivante :

«La population vit de plus en plus mal alors que les industries qui travaillent pour les belligérants font des bénéfices sans précédents» (p. 845)

En outre, la neutralité helvétique est toute relative à l’évocation du passage suivant concernant les relations avec les Alliés :

«Les Alliés craignent que les marchandises arrivent en Allemagne par le biais des pays neutres. Ils les soumettent au blocus. […] C’est en mettant son économie à leur service que [la Suisse] peut assurer son ravitaillement» (p. 845)

Par ailleurs, pour la première fois, un manuel d’histoire vaudois met en évidence, au moyen d’un document inséré dans le manuel, les sentiments pro-allemands de l’Etat-major. Il s’agit d’une lettre du général Wille :

«Sprecher fait le sabreur. Il me demande de déployer la bannière du prophète, de déclarer la guerre sainte et d’entrer en pays de France» (Bourgeois 1999 : 845)

On est loin des propos du colonel Michaud qui en 1939 dans son manuel évoque le Röstigraben, mais précise que ce malaise «ne s’étendit heureusement jamais jusqu’à l’armée dont la cohésion resta intacte» (Michaud : 152)

Cote, S. sous la direction de (2011). Histoire 9e.

En 2011, le canton de Vaud introduit une collection de manuels d’histoire de l’éditeur français Nathan. En fait, il s’agit de l’adaptation d’une collection destinée aux élèves français à laquelle des pages concernant l’histoire suisse ont été produites. A l’origine, il s’agit d’une collection réalisée pour le canton de Neuchâtel, reprise ensuite dans le canton de Vaud.
Concernant ce volume, les pages d’histoire suisse ont été rédigées par trois enseignantes neuchâteloises (une institutrice, une licenciée en histoire et une licenciée en sciences sociales) sous la supervision scientifique de Marc Perrenoud. Ce dernier est un spécialiste d’histoire économique, plus particulièrement concernant les relations économiques et financières suisses avec l’étranger pendant et après la Deuxième Guerre mondiale. Il travaille comme historien au Département fédéral des Affaires étrangères, après avoir été collaborateur scientifique aux Archives fédérales, et travaille notamment à l’édition des Documents diplomatiques suisses (DoDis). Il a également été membre de la Commission indépendante d’experts «Suisse-Seconde Guerre mondiale», mieux connue sous la dénomination de «Commission Bergier», chargée de faire la lumière sur les relations entre la Suisse et l’Allemagne nazie entre 39-45 et de la question des fonds juifs en déshérence.

Quatre pages (p. 28-31) sont consacrées à la Suisse durant la Première Guerre mondiale et organisée sur le principe de la double page de magazines.

En page 28-29, la page de gauche est formée par le texte principal, un encadré comportant le vocabulaire historique, un encadré sur la mobilisation du 1er août 1914 et un document image des mobilisés. La page de droite comporte trois encadrés dont une source et deux photos ainsi qu’un questionnaire portant sur les documents et un résumé à rédigé à propos de ces deux pages. Le texte principal en page 28 est précédé d’une question : «Comment la Suisse réagit-elle face à la guerre ?» Deux sous-titres organisent ensuite le texte

  • Défense militaire et neutralité
  • L’indépendance économique menacée

Les pages 30-31 sont elles présentées sous la forme d’un dossier consacré au fossé moral et à la dégradation sociale en Suisse durant le conflit. Le dossier est introduit par une question : «Qu’est-ce qui divise les Suisses durant la Première Guerre mondiale ?» Le dossier est introduit par un court texte de présentation, assimilable à une forme de texte principal. Quatre documents composent ce dossier. A nouveau, le dossier se conclut par une série de questions portant sur les documents et un résumé à rédiger par les élèves.

Au niveau de son organisation, ce manuel rompt avec les autres manuels analysés par la place occupée par les encadrés. Concernant les pages 28-29, l’impression première est que le texte principal du manuel diminue. Cependant, les encadrés, à une exception, ne sont pas constitués de sources historiques. En quelque sorte, on assiste à un éclatement du texte principal, même si le texte principal renvoie entre parenthèses à un document (doc. x). On peut prendre l’exemple du document 3 intitulé «Ulrich Wille (1848-1925)» :

«Ulrich Wille (à droite sur la photographie), commandant des la 6e division aux manoeuvres militaires de Kirchberg (SG), est inspecté par l’empereur Guillaume II (au centre), lors de son accueil triomphal en Suisse alémanique en 1912. Ulrich Wille a effectué son instruction militaire en Prusse. Son épouse appartient à la famille von Bismark et l’empereur est le parrain de l’un de ses fils. Elu général en 1914, ouvertement favorable à l’Allemagne, Wille suggère au Conseil fédéral d’entrer en guerre au côté des Empires centraux (1915). Ceci et sa personnalité provoquent un fort mécontentement en Suisse romande»

(Cote : 29)

Cet procédé permet au texte principal du manuel de conserver l’illusion de sa neutralité puisque le texte correspondant au document est le suivant :

«Le 3 août, l’Assemblée fédérale donne les pleins pouvoirs au Conseil fédéral et élit le général Ulrich Wille (doc. 3)»

Concernant l’armée et surtout son orientation, celle-ci est définitivement discréditée et est clairement présentée comme violant les principes de la neutralité. Contrairement au Chevallaz, ce n’est pas une affaire présentée comme secondaire (l’Affaire des colonels) qui illustre le préjugé favorable de l’armée à l’égard de l’Allemagne, mais le plus haut responsable de l’armée suisse qui est, sans réserve, présenté comme inféodé à celle-ci.
Concernant cette page, il faut encore noter que désormais l’action humanitaire de la Suisse durant le conflit n’est pas présentée pour elle-même, mais comme un outil au service de la politique étrangère suisse et de la politique de neutralité :

«Entre 1914 et 1918, la Suisse propose ses bons offices aux belligérants (doc. 3). Le CICR tente de soulager les victimes de conflit (doc. 4)»

Enfin, l’affaire Grimm-Hoffmann4 est également portée à la connaissance des élèves avec le document «Une neutralité au service de la paix». Par contre, contrairement au Chevallaz, le document n’indique pas que le conseiller fédéral est forcé à la démission :

«En 1917, on apprend la manoeuvre secrète et personnelle du conseiller fédéral Arthur Hoffmann pour promouvoir une paix séparée entre l’Allemagne et la Russie. Les Alliés accusent la Suisse de sortir de sa neutralité car une telle paix favoriserait l’Allemagne. Les Suisses romands manifestent contre les tendances germanophiles du Conseil fédéral»

(Cote : 29)

Le dossier des pages 30-31 est centré sur les questions économiques et sociales. La grève générale de 1918 en forme le coeur. Les élèves disposent d’un texte de Jules Humbert-Droz sur la grève de 1918 à La Chaux-de-Fonds (doc 2) et, avec le document 4, d’une chronologie des événements de 1918 en lien avec la Grève générale, des revendications du Comité d’Olten et d’un bilan qui est le suivant :

«A l’issue de la grève, la justice militaire met en accusation 3500 personnes et en condamne 147. Les chefs du Comité d’Olten sont condamnés, dont Robert Grimm qui purgent six mois de prison. Plus tard, il dira : «En 1918, la classe ouvrière a perdu une bataille, mais remporté une victoire. La bataille a été courte, la victoire durable.»

(Cote : 31)

A cinquante ans de distance, le bilan, via les propos de Grimm, est une réponse aux propos du Chevallaz :

«La grève, suivie par 250’000 ouvriers, ne dure pas. Cependant, quelques-unes des revendications ouvrières reçurent satisfaction : les salaires furent revalorisés, la semaine de 48 heures introduites dans les fabriques et la représentation proportionnelle appliquée à l’élection du Conseil national dès 1919».

(Chevallaz : 351)

Sur la durée également, le point de vue de la gauche gagne, dans les manuels, sur le point de vue de la droite bourgeoise !

Conclusion
Dans notre premier article, nous nous référions à François Walter (Histoire de la Suisse. Tome 4) qui indiquait qu’après les deux guerres mondiales, la population helvétique développera, de manière indélébile, le sentiment d’un destin privilégié du pays et d’un peuple élu (Sonderfall) par rapport aux autres pays.
J’ajoutais que la volonté de montrer la Suisse comme une île protégée des tumultes du milieu du conflit était trompeuse et concluais que ce sentiment modèle, aujourd’hui encore, notre rapport au monde extérieur.
Après l’analyse des manuels scolaires utilisés dans le canton de Vaud entre 1939 et aujourd’hui, il apparait assez clairement que les manuels jusqu’aux années 1990 ont participé à cette élaboration du Sonderfall notamment concernant leur traitement de la Première Guerre mondiale. Ils développent, jusqu’à la caricature parfois, le point de vue de la droite libérale et radicale sur le conflit concernant la Suisse.
Avec sa parution en 1995, le manuel Bourgeois sort de ce prisme pour offrir la vision la plus objective de cette période concernant la Suisse. Il n’offre cependant pas d’outil pour comprendre la construction du Sonderfall et son rôle dans nos rapports actuels avec le monde extérieur.
Pour sa part, le manuel Nathan offre la vision exactement opposée à celle offerte par les trois premiers manuels et plus particulièrement à propos de la Grève générale de novembre 1918.
Ainsi, aucun de ces manuels d’histoire5 ne propose des points de vue contradictoires aux élèves. Chacun compose un discours de vérité et chacun échoue à proposer aux élèves un outil de compréhension aux phénomènes et événements apparus en Suisse durant la Première Guerre mondiale et modelant encore notre présent. Cela concerne principalement l’édification du «Sonderfall Suisse», le rôle du conflit dans notre réussite économique, les rapports entre la gauche et la droite et la politique suisse à l’égard des étrangers.
Une telle ambition est cependant possible en mettant tous ces manuels entre les mains des élèves. En effet, l’ensemble des points de vue en relation avec le Röstigraben, les actions humanitaires, la situation économique, les rapports gauche-droite ou la grève générale sont alors présents. Seule la question du changement de paradigme de notre politique à l’égard des étrangers n’est pas traitée.
Adoptés par les département de l’éducation, ils ont tous été légitimes ou légitimés en leur temps à faire le cours d’histoire de la Suisse durant la Première Guerre mondiale. En étant de leur temps, ils offrent également un porte d’entrée sur leur époque de publication. Ils sont autant livre d’histoire que porteurs d’une histoire de la Suisse dans ses rapports internes et avec l’extérieur.

 

  1. Pour une présentation de ces manuels et des collections auxquels ils appartiennent, à l’exception du Nathan : http://manuelshistoire.ch []
  2. Une phrase l’évoque de manière trop elliptique pour les élèves «[Le Conseil fédéral] institua un contrôle des journaux. Les esprits furent parfois surexcités et des troubles politiques éclatèrent» p. 209. []
  3. Cependant le manuel restera en vigueur sans que ce passage ne soit modifié jusqu’en 1986 et même au-delà pour certains enseignants. []
  4. Mais seul Hoffmann est présenté dans le manuel, []
  5. Et c’est, sauf exception, la règle du genre en Suisse comme ailleurs []
Lyonel Kaufmann

4 Comments

  1. Merci pour cet article très intéressant.

    Je me permets juste une petite remarque : il s’agit de François Walter (sans le H) 😉
    Et je signale un très court texte (une demi-page) qui revient sur la Grande Guerre dans les manuels suisse-allemands : « La guerre comme épreuve- la Première Guerre mondiale dans les manuels d’histoire d’aujourd’hui », in Rossfeld, Buomberger, Kury (éd.), 14/18 La Suisse et la Grande Guerre, hier und jetzt Verlag, 2014, p.384-385.

    1. Un grand merci pour le commentaire tant pour la remarque que pour la référence est précieux. Je m’en vais de suite corriger l’orthographe de M. Walter. Ce sera un peu plus long pour lire cette fameuse demi-page… 😉

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :