Histoire savanteNouvelles de l'histoirePublications

Quand Aarau était la capitale de la République helvétique

Il y a 220 ans, Aarau eut l’honneur d’être le centre politique de la Suisse, ce qui suscita une grande euphorie dans la ville. Elle ne garda ce statut de capitale que pendant cinq mois environ. Le blog du Musée national suisse revient sur cette période.

En 1798, Aarau se trouve prise dans un extraordinaire tourbillon d’événements. En janvier, les émissaires confédérés se réunissent dans la cité des bords de l’Aar pour leur dernière Diète fédérale. Ils entendent renouveler une nouvelle fois les anciennes alliances en prévision de l’imminence de l’invasion française. Mais à peine ont-ils quitté la ville fin janvier que cette localité sujette de Berne, jusqu’ici si tranquille, se soulève: les bourgeois se libèrent de la tutelle bernoise et, dès le 1er février, dansent autour d’un arbre de la liberté planté à la hâte. La levée de troupes bernoises suffit à endiguer la poussée libertaire des Argoviens – mais seulement jusqu’à la victoire française du 5 mars au Grauholz, qui marque la disparition de l’ancienne Confédération.

Les délégués des cantons favorables à la révolution conviennent de se réunir de nouveau à Aarau début avril pour fonder une République helvétique à l’image du modèle français. La petite ville, qui compte à peine 2500 habitants à l’époque, se retrouve ainsi propulsée au cœur des activités révolutionnaires. Dès le 4 avril, Aarau est nommée capitale provisoire de la nouvelle République. Quelles sont les raisons de cet honneur inattendu? L’atmosphère insurectionnelle! La grande majorité de la bourgeoisie attendait en effet depuis longtemps cet instant libérateur: jouissant d’une bonne formation et d’une situation relativement aisée, les Argoviens sentent que le moment de se débarrasser enfin de la tutelle bienveillante de « Leurs Excellences bernoises » et de jouer un rôle conforme à leur statut dans la politique fédérale est enfin venu. Car jusqu’alors, la carrière politique et économique des Argoviens s’arrêtait aux portes de la ville. Arborant désormais la cocarde de couleur à leur chapeau, ils se jettent à corps perdu dans l’aventure démocratique.

Lire l’article complet : Quand Aarau était la capitale de la République helvétique

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.