L’enseignement de l’histoire dans une période de changements et de défis

Dans ce numéro d’avril 2020 de History Education Research Journal, les différentes contributions se positionnent relativement à la question de l’utilité de l’enseignement de l’histoire.

Arthur Chapman and Terry Haydn, éditeurs de ce numéro, estiment dans leur introduction qu’il est de la responsabilité de tous ceux qui sont impliqués dans l’enseignement de l’histoire de faire face aux menaces relativement à l’utilité de l’enseignement de l’histoire. Ils reprennent les propos d’Eric Hobsbawm (2005)1 :

to re-establish the coalition of those who believe in history as a rational inquiry into the course of human transformations, against those who distort history for political purposes

Une partie des articles publiés s’intéresse plus particulièrement à l’enseignement de l’histoire dans son environnement numérique et médiatique.

Namu Keeling, Indonesia. Photo de Yannis H sur Unsplash

Petit aperçu des différentes contributions

Maren Tribukait (Digital learning in European history education: Political visions, the logics of schools and teaching practices) considère les différences importantes entre les pays et les cadres politiques internationaux relatifs à l’éducation à l’histoire et à la citoyenneté et au numérique l’alphabétisation, avec la réalité de l’école et la pratique des enseignants.

Les progrès de la technologie numérique ont fait naître l’espoir d’améliorations radicales dans l’éducation, comme une nouvelle culture de l’apprentissage. Les professeurs d’histoire ont souligné que l’utilisation des médias numériques pourrait aider les élèves à développer un esprit constructiviste compréhension de l’histoire tout en rendant l’histoire plus vivante, pertinente et passionnante. Les vingt dernières années ont cependant montré que même bien que les médias numériques soient de plus en plus utilisés dans les écoles, il n’y a pas eu de changements importants dans les systèmes éducatifs européens. Ce document explique les l’écart entre les attentes et la réalité en examinant comment l’éducation contemporaine, les politiques et les programmes d’études dans l’UE et au niveau national encadrent l’apprentissage numérique dans les écoles et l’enseignement de l’histoire.

Le papier met en évidence également l’autonomie relative des écoles qui se reflète dans les programmes d’histoire. Ceux-ci ne comportent pas d’exigences substantielles, mais seulement quelques suggestions facultatives concernant l’utilisation des médias numériques. L’expérience des praticiens et les recherches empiriques indiquent que les utilisations suggérées peuvent s’inscrire dans le cadre d’approches pédagogiques efficaces centrées sur l’élève, mais exigent des investissements considérables en termes de temps, de ressources, d’efforts et de créativité. La discussion de ces exemples montre également que la vision économiste de l’UE sur l’apprentissage numérique n’est pas un cadre approprié pour les principales préoccupations de l’enseignement de l’histoire. Une vision révisée de l’apprentissage numérique pourrait et devrait donc inclure d’autres objectifs éducatifs importants, tels que les valeurs démocratiques, la cohésion sociale et la citoyenneté active.

Pour leur part, Catriona Pennell et Mark Sheehan (But what do they really think? Methodological challenges of investigating young people’s perspectives of war remembrance) examinent les questions problématiques et importantes dans le domaine du souvenir de la guerre.

L’article de Heidi Knudsen (History teaching as a designed meaning-making process: Teacher facilitation of student-subject relationships ) examine le domaine de la manière dont les étudiants construisent le sens dans la classe d’histoire, en relation avec les textes et les tâches qu’ils réalisent dans leurs cours d’histoire, et leurs interactions dialogiques avec leurs professeurs d’histoire.

Joakim Wendell (Qualifying counterfactuals: Students’ use of counterfactuals for evaluating historical explanations ) donne un aperçu de l’utilisation des faits contrefactuels dans l’enseignement de l’histoire. L’étude porte sur l’utilisation du raisonnement contrefactuel par les étudiants de l’enseignement secondaire supérieur lorsqu’ils s’engagent dans une tâche d’explication historique. Les résultats indiquent que le raisonnement des étudiants devient plus qualifié lorsque les étudiants se concentrent plutôt sur les facteurs structurels et incluent à la fois les structures et les acteurs dans leur raisonnement contrefactuel, ou soutiennent leur raisonnement en faisant des comparaisons.

Sebastian Barsch (Does experience with digital storytelling help students to critically evaluate educational videos about history? ) analyse l’utilisation et l’impact des ressources en images animées dans la classe d’histoire. S. Barsch part du constat que de plus en plus souvent, les élèves/étudiants consomment des vidéos sur YouTube pour réaliser les tâches scolaires. Dans le même temps, le monde numérique influence de plus en plus les perceptions de l’histoire. Cet article présente les résultats d’une recherche sur l’enseignement de l’histoire dans une classe d’élèves âgés de 12 à 14 ans en Allemagne. L’objectif de l’étude était de déterminer si la création de ses propres vidéos par les élèves (méthode de la narration numérique) conduit à une évaluation plus critique des vidéos par ceux-ci. Les résultats montrent que les élèves jugent principalement les vidéos en fonction de leurs caractéristiques esthétiques, en adoptant rarement une perspective critique à l’égard des médias.

Eleni Apostolidou et Gloria Solé (National-European identity and notions of citizenship: A comparative study between Portuguese and Greek university student teachers ) comparent les idées des étudiants grecs et portugais sur l’identité nationale et la citoyenneté, à une époque où les questions d’identité ont joué un rôle très important dans les débats sur l’enseignement de l’histoire dans de nombreux pays.

L’étude de Yosanne Vella (Teaching bias in history lessons: An example using Maltese history ) porte sur la façon dont les enseignants abordent la difficile tâche d’éduquer leurs les étudiants sur la “partialité” des sources historiques donne un aperçu d’une facette problématique de l’enseignement de l’histoire pour les enseignants de tous les pays.

Enfin, dans son article, Debra Donnelly (Using films in the development of historical consciousness: Research, theory and teacher practice ) rassemble la recherche, la théorie et la pratique des enseignants pour explorer comment les professeurs d’histoire ont utilisé le cinéma. En utilisant des données provenant d’études sur les pratiques des enseignants d’histoire, Debra Donnelly soutient que les films peuvent avoir un impact sur la conscience historique, et propose un modèle des mécanismes pédagogiques à l’œuvre dans ces cas.

II est à noter que l’ensemble de ces article est en OpenAccess et sous Creative Commons Attribution Licence (CC BY) 4.0 (https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/). Il n’y a donc aucune raison de bouder son plaisir.

La table des matières et les liens vers les articles :

Référence : History Education Research Journal, Volume 17, Number 1, April 2020, pp. 1-4(4)

  1. Hobsbawm, E. (2005) ‘In defence of history’. The Guardian, 15 Janvier. En ligne :
    https://tinyurl.com/rnuwutb (consulté le 5 mai 2020).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :