Québec : Un nouveau cours d’histoire qui divise | Le Soleil

(Québec) En gestation depuis deux ans, le nouveau cours Histoire du Québec et du Canada fait progressivement son entrée au secondaire. Les écoles qui veulent l’enseigner dès cette année peuvent le faire; mais il faudra attendre la rentrée 2017 avant que ce cours, axé sur les «particularités du parcours de la société québécoise», ne devienne obligatoire. Les anglophones attendaient néanmoins une approche plus neutre et moins manichéennes avec d’un côté les «bons» francophones et de l’autre les «mauvais» anglophones.

Le Soleil a mis la main sur le programme de troisième secondaire de ce nouveau cours, rédigé par le ministère de l’Éducation en date du 30 mai. Visant à remplacer le cours Histoire et éducation à la citoyenneté, qui est enseigné depuis 2006, le nouveau cours opte pour une approche chronologique, en troisième puis en quatrième secondaire, au lieu d’une approche par thèmes, qui a été décriée par plusieurs enseignants ces dernières années. Ces derniers avaient l’impression d’être redondants, en racontant l’histoire plusieurs fois, selon différentes perspectives.

Cette réforme a suscité bien des réactions au printemps dernier. Certains trouvaient le cours trop centré sur l’«histoire nationale» du Québec, et pas assez sur l’apport des différentes communautés – autochtone, anglophone et autres – à la construction de la nation québécoise.

Des anglophones déçus du peu de changements

«On aurait aimé mieux que l’histoire soit enseignée de façon plus neutre. Que ça ne reflète pas les bons francophones et les méchants anglophones, mais la contribution des différentes communautés à la construction du Québec», commente Rita Legault, directrice des communications du Quebec Community Groups Network (QCGN).

Son organisme, qui avait fait des pressions au printemps pour que des modifications soient apportées au programme, est «déçu» de constater que peu de changements ont été faits. Selon Mme Legault, tous les élèves québécois auraient bénéficié d’un enseignement plus inclusif, «qui ne raconte pas seulement l’histoire du Québec, mais les histoires du Québec», souligne-t-elle.

Le QCGN a encore espoir que de petits changements puissent s’opérer dans le programme d’avant 1840, mais mise maintenant sur le projet-pilote qui démarre en quatrième secondaire et qui touche à l’histoire plus récente. «On espère qu’après la Seconde Guerre mondiale, on va parler de l’apport des Juifs, des Italiens et des Grecs, par exemple», explique-t-elle.

Ces préoccupations sur la façon dont l’histoire est racontée n’ont toutefois par ralenti les neuf commissions scolaires anglophones du Québec, qui ont toutes décidé d’aller de l’avant et d’enseigner le nouveau programme d’histoire en septembre. Selon ces commissions scolaires, le nouveau programme est meilleur sur le plan pédagogique et plus facile à enseigner que l’ancien.

«L’ancien cours n’était pas parfait, on le reconnaît. Mais même si on a un meilleur contenant, on trouve qu’il manque des bouts dans le contenu», justifie Mme Legault.

Extraits du programme

«Les jalons de l’expérience singulière du Québec se posent dès les premiers contacts avec le territoire nord-américain. La nation n’est jamais achevée; elle est ouverte et changeante.»

«Au fil de leur apprentissage de l’histoire du Québec et du Canada, les élèves se questionnent sur leur identité et sur leur inscription en tant que sujet de l’histoire.»

«Le cours d’histoire est un espace de discussion et de recherche où l’esprit d’ouverture et la curiosité intellectuelle sont valorisés.»

Source : Un nouveau cours d’histoire qui divise | Le Soleil

Image : Pour enseigner l’histoire, certains professeurs sont allés jusqu’à recréer en classe la célèbre bataille sur les plaines d’Abraham entre Montcalm et Wolfe, comme ici lors d’une activité scolaire en 2006.

Lyonel Kaufmann

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :