Déconfinement et enseignement à distance: de nouveaux défis, tu relèveras

« Je n’ai plus peur du dimanche soir » (Grand Corps Malade, Dimanche soir, album Plan B)

Alors que nous allons progressivement sortir du confinement pour nous retrouver dans différentes formes de déconfinement ou de semi-confinement , il est important, à mon avis, de me/nous projeter dans le futur proche de nos enseignements du semestre de l’automne 2020 et les suivants et de nous entretenir des nouveaux défis qui nous attendent.

Crédit photo : Photo de Kristopher Roller sur Unsplash

Dans le cadre du passage à un enseignement à distance de crise que nous avons connu à partir de la mi-mars, j’ai eu l’occasion de présenter mes quatre défis (HistoireCafé : mes quatre défis d’un enseignement à distance). Par ailleurs, je mettrai prochainement en ligne mon atelier réalisé sur ce même thème dans le cadre des récentes LUDOVIALES.

Pour la rentrée de l’automne et les prochains semestres, j’ai identifié cinq nouveaux défis dont je vais vous entretenir dans ce (long) billet:

  1. Des formes nouvelles d’hybridation, tu développeras
  2. L’asynchronicité, tu privilégieras
  3. Ton enseignement à distance, tu humaniseras
  4. Propriétaire de tes contenus et de tes données, tu seras
  5. Pour une Science lente (Slow Science), tu t’engageras

En effet, il est probable que cet enseignement à distance est amené à se prolonger au moins partiellement. Ainsi l’Université de Montréal a déjà annoncé le 9 mai vouloir faire en sorte que le semestre d’automne soit essentiellement réalisé au moyen d’enseignement à distance :

Dans un message publié en soirée, le recteur Guy Breton affirme que « seuls certains cours ou certaines portions de cours pourront se donner sur le campus » et que ceux-ci seront l’exception. « Tout enseignement qui peut l’être devrait se faire à distance » (Source : Un trimestre «essentiellement à distance» à l’Université de Montréal | La Presse).

Il en sera de même pour l’Université McGill et l’Université de Laval. Concernant cette dernière, Robert Beauregard, vice-recteur exécutif, indique que la direction de l’Université estime que le maintien des règles de distanciation sociale pourrait éventuellement permettre le retour de 15% à 25% des étudiants sur le campus.

Dès lors,

«Nous planifions un enseignement en ligne et à distance dans la plupart des cours. Nous prévoyons que la présence physique des étudiantes et étudiants sur le campus sera réduite au strict minimum cet automne afin de respecter les exigences fixées par la Direction de la santé publique» (Source : L’Université Laval prépare une session d’automne majoritairement en ligne | Journal de Montréal).

Difficile en effet de prévoir, par exemple à la HEP Vaud, le maintien tel quel des grands cours en auditoire (200 à 400 étudiant.e.) et même les séminaires (15 à 25 étudiant.e.s) en maintenant une distance sociale de 2 mètres entre chacun.e. Il en est d’ailleurs de même de la présence simultanée des enseignant.e.s et du personnel dans les bureaux en respectant la règle de 10m2 par personne.

Si un tel scénario se confirme,

«la priorité sera donnée aux activités d’enseignement pour lesquelles l’apprentissage à distance est difficile, voire impossible», comme les activités de formation pratique en santé, les ateliers d’enseignement, les activités terrain et les laboratoires (Source : L’Université Laval prépare une session d’automne majoritairement en ligne | Journal de Montréal).

L’Université Laval prévoit par ailleurs doubler la capacité d’enseignement en mode hybride, afin de permettre que l’enseignement en classe soit aussi disponible au même moment en ligne. « On veut maintenir l’enseignement à distance pour ceux qui ne pourront être en classe, comme les étudiants internationaux », explique M. Beauregard.

Par ailleurs, au niveau sanitaire, les prévisions de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) laisse accroître que la modification de nos comportements est appelé à durer en intégrant son hypothèse que la COVID-19 « pourrait ne jamais disparaître » et devenir une maladie avec laquelle l’humanité devra apprendre à vivre (Source : Le coronavirus pourrait « ne jamais disparaître », selon l’Organisation mondiale de la santé).

Concernant les étudiant.e.s, si certain.e.s vivent mal à très mal cet enseignement à distance ou se retrouvent dans la précarité suite à la perte de leurs revenus leur permettant de vivre et de poursuivre leurs études, d’autres auront apprécié ce nouveau cadre d’apprentissage. D’autres encore inquiet.e.s de la situation sanitaire voudront limiter leur déplacement plus particulièrement dans les transports publics et voudront également maintenir par eux-mêmes des formes nouvelles de distanciation sociale.

Passons maintenant aux cinq défis que j’ai identifiés et la manière dont je pense les relever.

1. Des formes nouvelles d’hybridation, tu développeras

Autant pour des raisons d’organisation résultant des dispositions sanitaires qu’en raison de nouvelles attentes et demandes de nos étudiant.e.s ainsi que de la diversité de celles-ci (tout à distance, partiellement à distance, majoritairement en présentiel par exemple), la notion d’hybridation va également évoluer par rapport à son acceptation actuelle. Nous allons assister à une intensification du recours à des dispositifs d’enseignement et de formation distanciels sous des formes variées.

Je prends donc le parti de considérer que la situation vécue depuis mi-mars et ses prolongements vont modifier autant l’enseignement à distance, que l’hybridation de nos enseignements ou l’enseignement présentiel. De la part des enseignant.e.s, ces éléments vont demander une adaptabilité importante et nécessiter (encore plus) de travailler en équipe. Un peu comme le virus, nos défis ne vont cesser d’évoluer. Du côté des étudiant.e.s, le risque des inégalités devant la formation et de leur précarisation pouvant conduire à l’abandon des études devra trouver des réponses devant les enjeux de nos systèmes éducatifs.

Pour ma part, comme probablement d’autres enseignant.e.s, je vais conserver en ligne l’entier du dispositif mis en enseignement à distance ce semestre. Je prévois déjà donc au moins deux formes de gestion, d’organisation et suivis de mes séminaires pour les étudiant.e.s soit à distance, soit en présentiel et même un mixte des deux (hybridation).

2. L’asynchronicité, tu privilégieras

Dans un article paru juste avant le confinement (Thoughts & Resources for Those About to Start Teaching Online Due to COVID-19, Jacqueline Wernimont, Co-Directrice de l’HASTAC (Humanities, Arts, Science, and Technology Alliance and Collaboratory), Chaire distinguée de sciences humaines numériques et d’engagement social, Professeure associée d’études sur les femmes, le genre et la sexualité à l’Université de Dartmouth, partageait ses réflexions et ressources pour ceux qui vont commencer à enseigner en ligne en raison de la COVID-19. En le découvrant aujourd’hui, je m’y retrouve entièrement par rapport à l’écosystème que j’ai mis en place dans mes enseignements.

En premier lieu, dans ses propos sur le fait de favoriser les modalités asynchrones dans cet enseignement à distance. Jacqueline Wernimont s’intéresse plus particulièrement au travail et aux tâches à réaliser et faire réaliser aux étudiant.e.s :

« Asynchronicity is your friend here – think about what must be done as a collective (if anything) and what can be done using blog posts, discussion boards, and other tools that are likely already a part of your existing course management system. For reasons of student safety and FERPA, I’d encourage using tools that are already a part of your university system for this kind of asynchronous communication. If you already use public media, then by all means continue, but I don’t encourage people to require students to publicly perform on the internet. »

Traduction : L’asynchronicité est votre amie ici – pensez à ce qui doit être fait collectivement (le cas échéant) et à ce qui peut être fait en utilisant les articles de blog, les forums de discussion et d’autres outils qui font probablement déjà partie de votre système de gestion de cours existant. Pour des raisons de sécurité des étudiants et de la FERPA, j’encourage l’utilisation d’outils qui font déjà partie de votre système universitaire pour ce type de communication asynchrone. Si vous utilisez déjà les médias publics, alors continuez par tous les moyens, mais je n’encourage pas les gens à exiger des étudiants qu’ils se produisent publiquement sur Internet.

Ces éléments prolongent et approfondissent les éléments que j’ai déjà présentés précédemment avec mes 4 défis d’un enseignement à distance. Ils seront à adapter à mes enseignements du semestre d’automne qui eux n’ont pas connu la situation de confinement dans laquelle je me trouve encore actuellement et jusqu’au 8 juin en tout cas.

3. Ton enseignement à distance, tu humaniseras

« Si la structure ne permet pas le dialogue, la structure doit être modifiée. » Paulo Freire

Dans le cadre de l’humanisation de nos enseignement à distance, il me faut revenir sur l’article A Pedagogy of Transformation for Times of Crisis de Sean Michael Morris et traduit sur ce blog Une pédagogie de la transformation pour les temps de crise. Sean Michael Morris se réfère plus particulièrement aux travaux de Paulo Freire

« Mais une pédagogie numérique transformatrice est une pédagogie qui s’intéresse d’abord à la relation entre l’enseignant et l’élève, et aux multiples façons dont l’apprentissage circule entre eux. Paulo Freire a nommé les parties d’une classe « enseignant-étudiant » et « étudiant-enseignant » pour mieux incarner la nature d’une expérience d’apprentissage coopératif ; et c’est cette expérience d’apprentissage, qui centre la collaboration, la communication et la compréhension entre les enseignants et les étudiants, qui peut nous ouvrir les yeux sur une pédagogie numérique unique. Cette pédagogie est une pédagogie qui favorise la personne et non la technologie, l’humanisation au lieu de la numérisation. Cette pédagogie, fondée sur des idéaux d’équité, d’agence et de conscience critique, est une pédagogie numérique critique. »

Dans FLUX Pedagogy: Transforming Teaching and Leading during Coronavirus, Sharon M. Ravitch, Ph.D; Professeure à l’Université de Pennsylvanie, se base également sur la pédagogie critique de Freire et parle d’une pédagogie de flux. Elle s’appuie sur les travaux de Arao & Clemens (2013) insistant sur le passage d’espaces sûrs à des espaces courageux. Pour Aro & Clemens contrairement aux espaces dits sûrs, les espaces courageux nécessitent et créent un dialogue plus critique et authentique et la co-construction de normes équitables au sein des groupes. Sharon M. Ravitch précise que le bien-être des étudiants est de la responsabilité des enseignant.e.s. Pour elle, les points essentiels à respecter sont les suivants :

  1. considérer le bien-être émotionnel de nos élèves (et le nôtre) comme essentiel à l’apprentissage;
  2. aider les élèves à traverser des systèmes inéquitables et complexes;
  3. travailler à établir une confiance relationnelle avec et entre les élèves;
  4. considérer la flexibilité pédagogique comme une position éthique, dans laquelle les connaissances et les idées de chacun sont activement mises en jeu à une époque de chaos et de vulnérabilité collective.

Dans le contexte actuel, j’essaye de prends en compte ces différents éléments au travers d’interactions en privilégiant la visioconférence en petit groupe d’étudiant.e.s. En début de ces séances, je m’adresse individuellement à chacun.e en les interrogeant sur leur situation et m’assurant de leur bien-être (« comment allez-vous ? » « comment se passe la reprise de votre stage? » etc.). Le dialogue se poursuit en premier lieu en fonction de leurs question et de leur demandes. Dans un deuxième temps, je dispense mes feedbacks et mes inputs relativement à leur travail en me basant sur les principes de l’empathie et de la bienveillance. En amont, j’ai pris connaissance de leur travail et le commente le plus précisément possible en partageant mon écran. Mes commentaires et feedbacks sont envoyés après la séance.

Pour cet automne, il s’agira aussi de veiller au démarrage à instaurer une dynamique globale de groupe (et pas seulement de sous-groupes) et d’aménager également des moments d’échanges et de prises de décision synchrones avec l’entier du groupe.

Référence Arao, B. & Clemens, K. (2013). From safe spaces to brave spaces : A new way to frame dialogue around diversity and social Justice. In L. M. Landreman (Ed.), The art of effective facilitation: Reflections from social justice educators (pp. 135–150). Stylus Publishing.

4. Propriétaire de tes contenus et de tes données, tu seras

Du côté enseignant, Jacqueline Wernimont (Thoughts & Resources for Those About to Start Teaching Online Due to COVID-19 nous met en garde relativement au système propriétaire de vos organisations en lien avec les questions de propriété intellectuelle. Ce dernier élément est un point extrêmement sensible. Certains analystes prévoient en effet, et depuis longtemps, que de plus en plus les universités recoureront à des contenus proposés par des organismes tels que Coursera alors que leurs enseigant.e.s deviendraient des sortes d’ouvriers universitaires spécialisés dans l’accompagnement et le suivi des étudiant.e.s sous des formes de tutorat.

« A word on proprietary systems – I dislike them and I’m not into feeding the disaster capitalism machine. THAT SAID – this is an urgent response. You can do certain things (discussed in the linked document) if you have the capacity. That said, if you have little time (as is the case here) it may be easier to roll activities onto your existing CMS. What I do not suggest is that you upload all of your intellectual content onto the CMS — so recording all lectures, discussions, etc. Depending on your contract, that may become someone else’s intellectual property (remember that I was at ASU where teaching online meant letting go of IP). You can live stream synchronous events (twitch, for example) rather than record or you can serve the recordings in other locations (like in a private YouTube channel). »

Traduction : Un mot sur les systèmes propriétaires – je ne les aime pas et je n’ai pas l’intention d’alimenter la machine du capitalisme catastrophe. C’est une réponse urgente. Vous pouvez faire certaines choses (discutées dans le document lié) si vous en avez la capacité. Cela dit, si vous avez peu de temps (comme c’est le cas ici), il peut être plus facile d’intégrer des activités dans votre CMS existant. Ce que je ne vous suggère pas, c’est de télécharger tout votre contenu intellectuel sur le CMS – donc d’enregistrer toutes les conférences, discussions, etc. Selon votre contrat, cela peut devenir la propriété intellectuelle de quelqu’un d’autre (rappelez-vous que j’étais à l’ASU où enseigner en ligne signifiait lâcher prise de la propriété intellectuelle). Vous pouvez diffuser en direct des événements synchrones (par exemple, des twitchs) plutôt que d’enregistrer ou vous pouvez diffuser les enregistrements dans d’autres endroits (comme dans une chaîne privée de YouTube).

Nous devons donc élargir la question de notre écosystème d’enseignement à distance aux questions relatives à la gestion et à la maîtrise de nos travaux intellectuels (cours, recherches et développement). Ainsi, plus que jamais, et pas seulement relativement aux GAFAM, la nécessité de rester le propriétaire de nos données et de notre travail intellectuel va devenir un enjeux de première importance. Si ce n’est pas encore fait, c’est le moment de s’auto-héberger et d’ouvrir son site/blog.

Plus largement et selon moi, l’idéal réside dans l’utilisation de solutions opensources. Ainsi, je vous conseillerai tout particulièrement pour vos fichiers et pour disposer également d’un outil de travail collaboratif (traitement de texte, tableur, logiciel de présentation) de souscrire à la solution Cloud sécurisée kDrive proposée par Infomaniak. kDrive automatise même la récupération de vos fichiers déposés sur Google Drive, OneNote ou DropBox.

Par ailleurs, pour vos prises de notes et de travail dans un format durable, je compléterai avec Standard Notes qui est une application open-source et entièrement cryptée et que je vous présenterai prochainement.

Enfin pour disposer d’une solution de visioconférence couplée avec une diffusion en directe, je vous recommande Jitsi qui est également une solution opensource.

Cependant, si vous estimez que ces solutions sont trop techniques pour vous, vous pouvez également, comme l’indiquait ci-dessus Jacqueline Wernimont, recourir à une chaîne privés sur YouTube ou souscrire à une solution G Suite de Google (Basic ou Business) qui contractuellement respecte pour l’Europe le RGPD (bon à savoir, merci à François Bocquet pour m’y avoir rendu attentif). A noter également qu’avec G Suite de Google, vous disposez maintenant d’une solution de visioconférence avec Google Meet jusqu’à 100 participant.e.s.

De mon côté et notamment avec ce site/blog, je dispose déjà très largement d’espaces propriétaires liés à mon activité professionnelle. Par contre, j’envisage l’organisation de sessions d’enseignement diffusées en YouTube live ou, sur le principe mis sur pied à l’occasion des LUDOVIALES, de courtes séances synchrones de visioconférence avec interaction des étudiants via la chatroom et que je pourrais en outre enregistrer. En partant du principe de nouvelles formes d’hybridation des formations (des étudiants en présentiel/synchrone et d’autres à distance de manière asychrone), la question se pose très sérieusement y compris pour les séances qui auront lieu en présentiel.

5. Pour une Science lente (Slow Science), tu t’engageras

Dans le cadre de mes 4 défis pour mon enseignement à distance en temps de pandémie, je soulignais l’importance à mon niveau personnel de savoir raison garder et de penser à me ressourcer.

Le prolongement de cette attitude sur le moyen et long terme consiste à poursuivre sur les principes de la Slow science que j’avais évoqué avant la pandémie en décembre 2019 (Restreindre les chercheurs à un article par an ? Pour une Science lente (Slow science)).

En suivant Isabelle Stengers et concernant mon activité de chercheur,

  • je continuerai de cesser de me prendre pour le « cerveau pensant, rationnel, de l’humanité »,
  • je refuserai que mon expertise serve à faire taire l’inquiétude de l’opinion, à propager la croyance en un progrès scientifique inéluctable capable de résoudre les grands problèmes de sociétés.

Et surtout je continuerai au travers de ce blog à nouer des liens avec un public potentiellement intelligent et curieux, en m’efforçant de produire ou en diffusant des savoirs dignes de cette ambition. Je continuerai ainsi à documenter mes expériences d’enseignement de cette nouvelle ère en la reliant à l’ancienne.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :