Opinion : En 2015 comme en 1945, il faut étudier les bourreaux

auschwitz_i_entrance_snowL’entrée du camp de concentration d’Auschwitz, en 2007. Logaritmo via Wikimedia Commons.

Titiou Lecoq nous offre sur Slate.fr un intéressant article alliant historiographie du Génocide des Juifs et histoire de son enseignement. A la base une question centrale, à l’heure des commémorations de la Seconde Guerre mondiale et des horreurs actuellement commises dans le monde : comment l’humain est-il capable de basculer dans l’horreur? Cet article offre est à lire en complément à mon billet récent sur Auschwitz Revue de Presse : Auschwitz | Aggiormento.

Pour, Iannis Roder, auteur, professeur d’histoire-géo et formateur pour le Mémorial de la Shoah,

«Il faut entrer dans cette histoire par les bourreaux, pas par les victimes. Ce sont eux qui sont actifs. Il faut donner à comprendre aux élèves qui étaient les nazis, comment ils voyaient le monde.»

Cependant, ce n’est de loin pas l’approche empruntée ni par les programmes, ni par les enseignants.

L’autre problème du programme selon Iannis Roder, c’est qu’il inclut la Shoah au sein du bloc sur la guerre, suivant le courant fonctionnaliste et la coupant de l’idéologie. Ce sont certes les circonstances de la guerre qui font basculer dans le génocide, mais ce génocide n’est possible qu’à l’aune de l’idéologie nazie. Comprendre cette idéologie est donc une nécessité absolue, de même qu’étudier le contexte du passage à l’acte.

Pire encore, si vous avez fait votre scolarité avant 1995 ou si vous avez regardé le documentaire-fiction Apocalypse ou Apocalypse Hitler de Costelle et Clarke1, il y a des chances pour que l’alpha et l’omega de ce qu’on vous a enseigné sur la Shoah ressemble à ça: Hitler était un fou charismatique qui, depuis Mein Kampf, nourrissait le projet d’exterminer les juifs. Il ait, en gros, réussi à hypnotiser tout un peuple (grâce au terreau de l’humiliation du Traité de Versailles et de la crise économique) et aurait progressivement mis en place la solution finale. C’est la thèse, dite intentionnaliste qui n’a plus les faveurs des historiens depuis longtemps, mais qui a été remise en vogue à la télévision par la série Apocalypse de Costelle et Clarke.

L’article : En 2015 comme en 1945, il faut étudier les bourreaux | Slate.fr

  1. Kaufmann, L. (2009). Apocalypse : au delà des prouesse techniques est-ce de l’histoire ? Le Café pédagogique, No 105, septembre et Kaufmann, L. (2011). L’enquête historique à l’âge d’ApocalypseLe Café pédagogique, No 127, novembre []

Revue de Presse : Le témoignage exceptionnel du seul déporté volontaire à Auschwitz | Libération

Witold Pilecki témoigne à Varsovie le 3 mars 1948 (Photo PAP. AFP)

Varsovie. 19 septembre 1940. Un officier de réserve polonais, Witold Pilecki, se fait volontairement rafler par les Allemands et interner à Auschwitz pour y tisser un réseau de résistance: «Le Rapport Pilecki», à paraître en avril, livre le témoignage exceptionnel de ce héros hors du commun. C’est la première fois que ce rapport sur l’usine de la mort d’Auschwitz, devenue symbole de l’Holocauste, est publié en français, aux Editions Champ Vallon. Patrick Godfard, agrégé d’histoire, et l’ancienne directrice du bureau de l’AFP à Varsovie, Ursula Hyzy, l’ont traduit du polonais. Deux historiennes, Isabelle Davion et Annette Wieviorka ont été associées à l’ouvrage.

Lire la suite :  http://ift.tt/1lwBe7n

BMW : 5 millions d'euros pour un mémorial consacré aux travailleurs forcés

La famille allemande Quandt, un actionnaire important de constructeur automobile BMW, a promis plus de 5 millions d’euros (6,9 millions de dollars) pour un mémorial consacré aux travailleurs forcés sous l’Allemagne nazie.
La famille Quandt, qui est l’une des plus riches en Allemagne, a recouru sous le régime nazi au travail forcé dans ses usines, y compris de Juifs raflés dans les camps de concentration.
Dans une interview récente, Stefan Quandt, membre de la famille et du conseil d’administration de BMW, avait déclaré que son grand-père était allé au-delà de ce qui pourrait être considéré comme les actes d’un «homme d’affaires honnête.»

En 2007, sous les pressions, la famille Quandt avait dû ouvrir ses archives afin de faire la lumière sur cette sombre page de leur passé et l’implication des deux figures historiques du clan, Günter Quandt et son fils Herbert, dans les crimes nazis. La famille avait non seulement bénéficié du travail forcé dans ses usines, mais avait également racheté à bas prix et sans scrupule des entreprises concurrentes appartenant à des Juifs.

A lire sur notre site : BMW : la famille Quandt rattrapée par son passé nazi (Libération)

Source de l’info: BMW owners make pledge over Nazi past – International | IOL Business | IOL.co.za.

Le musée d'Auschwitz-Birkenau s'installe sur Facebook | LeMonde.fr

Si, conformément à notre mission, nous voulons éduquer les jeunes, leur enseigner la responsabilité pour le monde dans lequel ils vivent, nous devons utiliser les moyens de communication que les jeunes utilisent eux-mêmes.

Propos de Pawel Sawicki, le porte-parole du musée d’Auschwitz-Birkenau, à l’AFP.

Source: Le musée d’Auschwitz-Birkenau s’installe sur Facebook – LeMonde.fr

NB: ces propos sont à méditer si l’on considère que la mission du musée correspond largement à celle de l’école et plus particulièrement encore à la mission de l’enseignement de l’histoire à l’école telle qu’indiquée dans nos programmes scolaires…

BMW : la famille Quandt rattrapée par son passé nazi (Libération)

Ce jeudi, le journal Libération nous apprend que la famille Quandt, l’une des plus puissantes familles d’industriels allemands, a finalement cédé à la pression. Les propriétaires de BMW vont ouvrir leurs archives afin de faire la lumière sur une sombre page de leur passé, l’implication des deux figures historiques du clan, Günter Quandt et son fils Herbert, dans les crimes nazis.

Le fondateur de l’entreprise Günther Quandt avec ses fils Harald (à gauche) et Herbert. Source: http://www.sueddeutsche.de/wirtschaft/die-quandts-dunkle-schatten-ueber-der-dynastie-1.340952

Qu’est-ce qui les a amenés aujourd’hui à une telle démarche? Les recherches minutieuses et le documentaire de la chaîne de télévision publique allemande NDR, montré en avant-première au festival du cinéma de Hambourg fin septembre, et qui sera diffusé le 22 novembre sur la chaîne ARD, est à l’origine de ce retournement spectaculaire.

Les journalistes Eric Friedler et Barbara Siebert y démontrent la façon dont la famille, déjà richissime avant la guerre, a profité du nazisme puis du conflit pour s’enrichir davantage. Plus étonnant, la famille a réussi à passer sans encombre au travers des mailles de la dénazification alors que, sans aucun doute, ils auraient été condamnés tout comme les familles Krupp ou Flick : usines travaillant comme rouage essentiel de la machine de guerre allemande, personnel fourni par les camps de concentration à la mortalité élevée (“Au camp de Stocken, on meurt en six mois”, disaient les SS aux nouveaux venus, selon un rescapé danois interrogé), rachat à bas prix et sans scrupule d’entreprises de Juifs concurrentes.

De gauche à droite: Magda Goebbels (ex-Quandt), Josef Goebbels, Adolf Hitler (derrière) et son fils Harald Quandt, issu de son premier mariage avec Günther Quandt.

Pour sa part l’historien allemand Joachim Scholtyseck, professeur à l’Université de Bonn et spécialiste du Troisième Reich, fait des recherches sur la famille Quandt depuis 3 ans. Deux intéressants articles de la Sueddeutsche Zeitung sont consacrés aux travaux du professeur Stoff für den unabhängigen Historiker (19.11.2007)1 et Die Familie Quandt bricht ihr Schweigen (05.10.2007).

Dans les débats actuels autour du rôle de la presse et de son devenir (Roger De Diesbach (2007) Presse futile presse inutile. Genève: Slatkine), ce travail d’enquête salutaire prend tout son sens. Autrement la peopolisation des médias jouera à terme contre la démocratie.

Article complet : http://www.liberation.fr/actualite/monde/293020.FR.php (Libération 22 novembre 2007)
Compte-rendus de Roger De Diesbach, Presse futile presse inutile:
Mediablog
ouVertures.info
Suisse : Quel avenir pour le journalisme?

  1. dont les deux photos de mon billet sont issues []