Ludovia#CH – candidatez dès maintenant pour présenter un atelier !

Après une première édition ayant accueilli plus de 500 participant.e.s, l’Université de printemps Ludovia#CH revient du 16 au 18 avril 2019 toujours @YVERDON-LES-BAINS dans le canton de Vaud. Le thème retenu pour cette deuxième édition est Des ressources numériques pour ressourcer la pratique.

Désormais, vous pouvez répondre à l’appel pour proposer un ou plusieurs ateliers. Deux formules sont proposées :

  • des ateliers tournants de 40 minutes (20 minutes de présentation et 20 minutes de discussion autour d’une quinzaine de participants.) : les Explorcamps.
  • des ateliers de construction d’une ressource, d’un contenu ou d’un outil (90 minutes) : les Fabcamp.

Les critères de sélection sont « ouverts » et ne souhaitent pas enfermer les retours d’expériences proposés dans « l’innovation » mais s’attacheront plutôt à envisager une dynamique de classe, un renouvellement pédagogique ou un entrainement/impact au niveau de l’enseignement ou de l’établissement.

Concernant la procédure de soumission et le décryptage du thème de l’édition 2019, vous trouverez les informations nécessaires à l’adresse suivante : http://ludovia.ch/explorcamps-fabcamps-appel-a-propositions/

Les propositions d’ateliers sont à soumettre jusqu’au 31 janvier 2019 à intervenants@ludovia.ch

Pour plus d’informations sur la manifestion et la participation (http://ludovia.ch/).

Merci de faire suivre cet appel à toutes personnes potentiellement intéressées.

Podcast histoire du Temps présent : Magma

Avec Magma, Clémence Hacquart vous propose des rencontres avec des personnes qui ont vécu de près ou de loin des événements historiques du XXème siècle.

A titre d’exemple, quelques émissions récentes.

 La marche pour l’égalité contre le racisme – Salika Amara (23 décembre 2018)

L’émission : https://magmapodcast.com/la-marche-pour-legalite-et-contre-le-racisme-salika-amara/

 Le village noyé de Tignes – Marie (21 octobre 2018)

C’est une histoire de perte d’identité, de souvenirs noyés et d’expulsion forcée.

En 1952, à Tignes, en Savoie, près de 400 personnes ont été chassées de leur village pour que l’État puisse construire un barrage hydroélectrique.

L’émission : https://magmapodcast.com/le-village-noye-de-tignes-marie/

La chute du Mur de Berlin – Annet Köhler (22 avril 2018)

Née à l’est de Berlin en 1971, Annett Köhler n’a connu que le mur jusqu’à ses 18 ans.

Dans ce quatrième épisode de MAGMA, Annett Köhler raconte la fin du mur de Berlin à travers ses souvenirs personnels, de son enfance dans le bloc soviétique à la chute de ses repères, en passant par les déceptions et les obstacles qu’elle a rencontrés dans l’Allemagne réunifiée.

L’émission : https://magmapodcast.com/la-chute-du-mur-de-berlin-annett-kohler/

Suivre Magma sur Twitter : https://mobile.twitter.com/magma_podcast

Sur Instagram : https://www.instagram.com/magmapodcast/

Le site : https://magmapodcast.com

« Assassin’s Creed », toute une histoire à la Gaîté lyrique – LesInrocks

La célèbre saga d’Ubisoft est prétexte à une exposition immersive et éducative à sur la création des jeux vidéo.

Centrée sur les deux derniers volets de la saga, le plus récent Odyssey (qui se déroule dans la Grèce antique) et Origins (dans l’Antiquité égyptienne), l’exposition fait écho au mode éducatif “Discovery Tour”, une extension active sur Origins (offerte aux visiteurs via un code de téléchargement) et qui s’appliquera, dans le courant de l’année, à Odyssey.

Dans ce mode, pas de missions délicates ni de combats hargneux, mais un univers totalement ouvert dans lequel il est possible de suivre (ou non) des visites guidées à valeur culturelle ajoutée. Les premières salles de l’expo présentent ainsi une partie de la base de données historiques sur laquelle repose Assassin’s Creed Origins ainsi que de nombreux dessins, esquisses et documents préparatoires issus d’une poignée d’épisodes de la série.

Behind the Game – L’expo au cœur d’Assassin’s Creed Jusqu’au 6 février, Gaîté Lyrique, Paris IIIe. Des rencontres et master class sont organisées parallèlement à l’exposition.

Le programme des ateliers pour les enseignants des cycles 2et 3 : https://www.reseau-canope.fr/ile-de-france/preac/images-et-creation/formations/ateliers-conferences/

-À lire : LesInrocks – « Assassin’s Creed », toute une histoire à la Gaîté lyrique

Crédit photo d’en-tête : Affiche « Behind the Game »• Crédits : Gaîté Lyrique

YouTubeurs et institutions : de nouveaux formats pour la médiation scientifique

File 20181223 103634 11nnabb.jpg?ixlib=rb 1.1 Mikaël Chambru, Université Grenoble Alpes

Cet article a été co-écrit avec Julie Polge, chargée d’exposition scientifique à la Communauté Université Grenoble Alpes.

En France, les vidéastes sur YouTube – les youtubeurs – spécialisés dans la vulgarisation sont actifs depuis une dizaine d’années déjà. A mesure qu’il a pris de l’ampleur, ce phénomène n’est pas passé inaperçu auprès des acteurs de la Culture scientifique, technique et industrielle (CSTI). Les musées, les établissements d’enseignement supérieur et de recherche, les Centres de CSTI (CCSTI) et les associations ont peu à peu investi ce nouvel espace de médiation, en produisant eux-mêmes des contenus et/ou en collaborant avec des youtubeurs. L’analyse des jeux, enjeux et stratégies d’acteurs engendrés par ces relations nouvelles a donné lieu à un premier travail de recherche exploratoire réalisé au printemps dernier.

Preuve de cet engouement, le ministère de la Culture a publié il y a un mois un document recensant quelques 350 chaînes de vulgarisation scientifique adaptées à un usage éducatif. D’autres acteurs y voient une occasion de « reconquérir » une culture scientifique qu’ils jugent en perdition. Ceux-ci plaident notamment pour l’organisation d’une haute autorité reposant sur un Science Media Centre alimenté par les valeurs de l’éducation populaire.

L’émergence des « pro-ams »

C’est en 2016 que l’intérêt porté aux youtubeurs de vulgarisation scientifique augmente de façon significative. Le tournant est amorcé par le Musée du Louvre et trois collaborations avec NotaBene, Axolot et Le Fossoyeurs de Films. Par la suite, le Louvre invitera d’autres YouTubeurs, l’objectif de ces vidéos explicatives, ludiques et pédagogiques étant de populariser la chaîne YouTube du musée. Depuis cette date, le nombre d’abonnés de la chaîne ne cesse d’augmenter. Il culmine aujourd’hui à plus de 30 000 abonnés contre 5 580 abonnés début 2016. Le succès de cette relation a été relayé sur les réseaux sociaux et dans la presse.

Les youtubeurs, d’abord présentés comme des vidéastes profanes, sont rapidement devenus des pro-ams : des amateurs travaillant selon des standards professionnels pour produire du contenu audiovisuel sur la plate-forme numérique. Simultanément, on observe à plus petite échelle la naissance de relations diverses entre institutions de CSTI et youtubeurs. Souvent discrètes, ces relations se traduisent par la relecture d’un script par un scientifique, le prêt de matériel, de services, de locaux, ou encore le financement de tout ou partie du projet. Quelques exemples : l’hébergement de la chaîne Balade Mentale par le CCSTI La Rotonde, la vidéo du youtubeur Axolot au CCSTI La Casemate et au Muséum de Grenoble, la chaîne du Projet Lutétium notamment portée PSL Research University et le Conservatoire de Paris, ou encore les nombreuses invitations de youtubeurs dans des conférences et autres tables rondes. Des formats hybrides émergent, institutionnels mais « typés YouTubeur » comme les chaînes de vulgarisation « Zeste de Science » du CNRS, « Des Médias Presque Parfaits #DMPP » par la sémiologue Virginie Spies ou « Happy Hour » produite par le CCSTI Espace des Sciences.

Ces collaborations protéiformes sont devenues un thème de réflexion fréquent chez les acteurs de la médiation scientifique. Des moments d’échange, publics ou non, comme lors du congrès de l’Association des musées et centres pour le développement de la culture scientifique, technique et industrielle (AMCSTI) ou du festival Frames à Avignon, démultiplient les espaces et les formes de rencontre entre les youtubeurs et les institutions. La pertinence et l’avenir de ces pratiques nouvelles et des enjeux qu’elles soulèvent y sont abordés.

Les « géants sans visage »

Pour être regardé sur YouTube, il faut être original, parler de sujets populaires et respecter certaines normes. La plate-forme a ses propres langages et codes utilisés par les youtubeurs dans leurs vidéos. Ces normes communicationnelles se retrouvent dans les formats utilisés, le montage, les nombreuses références à la « culture Internet » (memes, chansons, jeu vidéo…) et la capacité à raconter (storytelling). Elles se matérialisent également à travers une relation particulière entre les vidéastes et leur public. Le youtubeur doit se montrer sincère et authentique pour gagner la confiance des spectateurs, n’hésitant pas à transmettre sa « vision du monde » et ses propres discours. Ces caractéristiques éloignent les vidéos populaires sur la plate-forme numérique des formats télévisuels. Or, ces derniers tendent à rester la référence pour les institutions de CSTI.

Ce décalage entre le discours institutionnel et le ton des vidéos sur YouTube transparaît dans la façon dont les institutions utilisent le média. Le plus souvent, les chaînes institutionnelles servent de « lieu de stockage » où sont regroupées des vidéos diffusées sur d’autres réseaux sociaux. Ces usages donnent à voir une image de géants sans visage aux institutions de CSTI : pour la plupart, les vidéos institutionnelles manquent de personnalité, l’interlocuteur change à chaque vidéo, le débit de parole semble faible, il y a peu de dialogue avec le public, etc. Des similarités avec les formats télévisuels que l’on peut retrouver par exemple dans les reportages du CNRS, les interviews de l’INSERM ou encore le “journal télévisé” du CCSTI Espace des Sciences.

Si l’on en croit les chiffres d’audiences, ces usages apparaissent moins séduisants pour le public… alors même que YouTube est promulgué, par certains acteurs de la CSTI et non sans effets de croyance, comme nouvel espace d’expression d’une culture scientifique contemporaine et populaire. Or la raison d’être de la plate-forme, reposant sur le modèle publicitaire, est avant tout de maximiser les audiences. Cela produit un second décalage avec les logiques de publicisation instituées de la CSTI. Les algorithmes ne mettent en effet pas en avant les contenus visant à cultiver l’esprit critique et la démarche scientifique mais ceux qui apparaissent déjà comme les plus populaires et les plus pertinents par rapport à chaque historique de consultation. Autrement dit, la qualité de la démarche de vulgarisation entreprise et de sa validité scientifique n’est pas un critère déterminant de popularité sur la plate-forme.

YouTube confère toutefois une attractivité nouvelle à la vulgarisation scientifique. Les contenus intéressent, attirent et plaisent aux spectateurs, même les plus jeunes. En France, des youtubeurs vulgarisateurs parviennent ainsi à rassembler des centaines de milliers d’abonnés (Dirtybiology, C’est une autre histoire, etc) voire dépassent le million pour certains (E-penser, Dr Nozman, etc). Conscientes du potentiel de dialogue avec le public, les institutions de CSTI souhaitent de plus en plus travailler avec ces vidéastes pour renouveler les formes de publicisation de la culture scientifique.

La CSTI en question

Dans les années à venir, il fait peu de doute que ces collaborations vont se développer tant les discours professionnels montrent qu’institutions et youtubeurs y ont chacun leur intérêt. YouTube apparaît en effet comme un espace réciproque de légitimation et de reconnaissance. Pour les premières, il s’agit de s’appuyer sur la légitimité populaire des seconds pour diversifier leurs publics et renouveler les formes de communication scientifique dans l’espace public. Pour les seconds, il s’agit de s’appuyer sur la légitimité scientifique des premières pour engranger la reconnaissance dont ils estiment manquer pour disposer de plus de ressources. Ces « gains » réciproques s’amenuiseront-ils à mesure que les collaborations deviendront l’une des nouvelles normes de médiation culturelle et scientifique ? La figure désinstitutionnalisée des youtubeurs, appréciée par les institutions, risque de disparaître progressivement à mesure que les vidéastes seront associés à ces mêmes institutions.

Sans postuler que les formes de publicisation de la culture scientifique se réinventent sur YouTube, la médiation et la vulgarisation des sciences opérées sur cette plate-forme numérique révèlent tout de même l’émergence de nouveaux formats de mise en public des savoirs. Dans un contexte de complexification de la CSTI, ces formats interrogent les usages sociaux des sciences et leurs cultures. Ils participent également à la profusion d’actions, d’objectifs et d’acteurs en recherche d’une (re)définition contemporaine de la culture scientifique et de ses objectifs. En tant que dispositif techno-visuel, YouTube ne saurait être la réponse « magique » à ces questionnements.The Conversation

Mikaël Chambru, Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication, Université Grenoble Alpes

This article is republished from The Conversation under a Creative Commons license. Read the original article.

Crédit photo en-tête : CC0 Creative Commons. Usage éditorial uniquement. Pas d’attribution requise

20 Pistes pédagogiques pour un usage réfléchi du numérique dans les cours d’histoire

Thierry Karsenti vient de publier un document proposant 20 pistes pédagogiques pour un usage réfléchi du numérique. J’ai déjà eu l’occasion d’explorer plusieurs de ces pistes dans le cadre de la formation de mes étudiants du secondaire 1. D’autres l’ont également été dans le cadre de ce semestre et l’approche didactique de la démarche d’enquête en histoire. Néanmoins, ce document servira de document d’orientation pour le semestre de printemps 2019. Il correspond largement à ma conception de l’ensegnement de la discipline.

Par Thierry KARSENTI, M.A., M.Ed., Ph.D. Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les technologies en éducation, Université de Montréal.

« Dans un monde où la place du numérique s’affirme chaque jour davantage, et où les jeunes sont captivés par les technologies, les enseignants d’histoire ne semblent avoir d’autre option que de donner une place de choix au numérique dans le cadre de leur enseignement. Nous proposons ici 20 pistes pédagogiques pour l’enseignement de l’histoire avec le numérique. Il ne s’agit pas de faire usage du numérique à tout prix. Il s’agit plutôt de trouver un juste équilibre entre le maintien de certains aspects traditionnels qui ont fait la richesse de l’enseignement depuis des siècles et la mise à profit des nouvelles possibilités qu’offre le numérique pour l’enseignement de l’histoire. Pour ce faire, il ne faut pas se limiter à la seule vision utilitaire du numérique, mais bien cerner les transformations éducatives qu’il pourrait alimenter. En fait, le numérique, s’il est bien utilisé, peut aussi œuvrer pour mieux tous nous comprendre et nous respecter, entre humains. »

Les 20 propositions :

  1. Proposer des tâches signifiantes.
  2. Proposer des problèmes à résoudre et des défis à la portée de tous les apprenants.
  3. Ludifier certains apprentissages. Faire apprendre par le jeu éducatif… numérique. Faire également apprendre par des jeux non faits pour l’éducation, mais dont le potentiel éducatif est grand.
  4. Explorer l’usage de la réalité virtuelle.
  5. Amener les élèves à créer avec le numérique. Encourager créativité et innovation.
  6. Fournir une rétroaction personnalisée et rapide (feedback).
  7. Favoriser la collaboration entre tous les apprenants.
  8. Développer les compétences numériques des élèves.
  9. Développer la compétence informationnelle de tous les apprenants.
  10. Amener les enseignants à utiliser les vidéos à des fins éducatives. Amener les enseignants à créer des vidéos éducatives. Amener les enseignants à amener les élèves à créer des vidéos.
  11. Faire participer les apprenants au développement de l’intelligence collective planétaire, comme par exemple avec leur participation comme « éditeurs » à Wikipedia.
  12. Donner une dimension planétaire aux travaux de vos élèves par l’usage du numérique, comme par exemple avec l’usage de Twitter.
  13. Apprendre à ses élèves à exploiter le potentiel des outils numériques pour mieux communiquer. Faire écrire ses élèves avec le numérique. Il est inconcevable ne pas montrer à apprendre à utiliser le numérique pour écrire dans notre société du savoir.
  14. Développer l’esprit critique des élèves, et ce, dans divers contextes.
  15. Faire confiance, à tous les apprenants, et ce, afin de les amener à présenter une (petite) partie du contenu de formation, avec le numérique. La meilleure façon d’apprendre est parfois d’enseigner quelque chose.
  16. Tirer profit des technologies que les apprenants utilisent si souvent déjà, comme leur téléphone intelligent.
  17. Apprendre à apprendre avec le numérique
  18. Explorer l’usage de l’intelligence artificielle en éducation.
  19. Amener les apprenants à agir en citoyens numériques responsables.
  20. Garder des traces, à la fois du processus d’apprentissage…mais aussi des réalisations des apprenants.

Le document au format .pdf : http://www.karsenti.ca/20numeriquehistoire.pdf

Source : 20 Pistes pédagogiques pour un usage réfléchi du numérique dans les cours d’histoire

Éducation numérique : moins une question d’algorithme qu’une question d’éthique, d’education aux médias et de société

L’histoire est de celles qui font monter les larmes. C’est celle d’une femme qui à perdu son enfant à la naissance. Un enfant mort-né. Une femme qui écrit aux patrons des GAFA, aux patrons des « Tech Companies », pour leur demander d’arrêter de lui proposer des liens publicitaires sur une maternité dont elle doit faire le deuil.

Sss

Cette femme s’appelle Gillian Brockell. Et voici la lettre qu’elle a publié sur Twitter :

« Chères entreprises technologiques,

Je sais que vous avez su que j’étais enceinte. C’est ma faute, je n’ai pas pu résister aux Hashtags #30weekspregnant et #Babybump sur Instagram. Et j’ai été tellement stupide que j’ai même cliqué une fois ou deux sur des publicités que me proposait Facebook pour des vêtements de maternité.

Vous avez certainement vu ma lettre de remerciement à toutes mes amies qui sont venues pour la fête prénatale et à mes soeurs qui ont pris un vol depuis l’Arizona et qui m’ont tagué dans leurs photos. Vous m’avez certainement vu taper sur Google « robe de vacances maternité » et même « barrière de sécurité pour lit bébé ». Et je parie qu’Amazon vous a même donné ma date de terme, le 24 Janvier, lorsque j’y ai créé ma liste de voeux de cadeaux de naissance.

Mais ne m’avez vous pas vu également taper « est-ce que c’est une contraction de Braxton Hicks ? » et « bébé qui ne bouge pas » ? N’avez vous pas remarqué les trois jours de silence, très inhabituels pour une utilisatrice très connectée comme moi ? Et puis n’avez-vous pas vu non plus l’annonce avec les mots-clés « coeur brisé » et « problème » et « mort-né » et les 200 émoticônes larmes de mes amis ? Cela ne fait-il pas partie des choses que vous pouvez surveiller ?

Vous savez, il y a 26 000 décès à la naissance aux USA chaque année, et des millions de plus parmi vos utilisateurs à l’échelle de la planète ; et laissez-moi vous expliquez ce que sont les réseaux sociaux quand vous rentrez finalement chez vous en sortant de l’hôpital avec les bras les plus vides du monde, après que vous avez passé des jours à sangloter dans votre lit et que vous allumez votre téléphone pour quelques minutes de distraction avant de vous effondrer de nouveau en larmes. C’est exactement, de manière écrasante, la même chose que si votre bébé était encore en vie. (La lettre de Gillian mentionne ici les trois principales marques de vêtements pour les femmes enceintes et les jeunes mamans)

Et lorsque des millions de gens avec le coeur brisé cliquent sur « je ne veux pas voir cette publicité », et que là encore votre réponse est « pourquoi ? » avec le cruel mais vrai « ce n’est pas pertinent pour moi », vous savez, vous, les entreprises technologiques, ce que votre algorithme décide ? Il décide que vous avez accouchée, il suppose que tout s’est bien passé, et il vous inonde de publicités pour les meilleurs soutien-gorge d’allaitement (j’ai des feuilles de chou sur mes seins parce que c’est que la médecine offre de mieux pour stopper la montée de lait), il vous inonde de trucs et astuces pour endormir bébé (je donnerai n’importe quoi pour pouvoir l’entendre crier la nuit), et d’annonces pour les meilleures poussettes pour ses premières années de croissance (le mien pèsera pour toujours 1 kilo et 800 grammes)

Et puis, après tout ça, Expérian (société spécialiste du ciblage marketing) s’enfonce encore avec le ciblage le plus inapproprié qui soit : un courriel non-sollicité (spam) qui m’encourage à « finir la déclaration de naissance de mon enfant » (que je n’ai hélas jamais commencée) pour pouvoir le suivre tout au long de la vie qu’il ne mènera jamais.

S’il vous plaît, entreprises technologiques, je vous en supplie : si vous êtes assez intelligentes pour comprendre que je suis enceinte, que j’ai accouchée, alors vous êtes également suffisamment intelligentes pour comprendre que mon bébé est mort et pour me diffuser des publicités appropriées, ou peut-être, peut-être, pour ne pas me diffuser de publicités.

Sincèrement

Gillian. »

A l’heure où le canton de Vaud se lance dans l’introduction l’éducation numérique dès la première année de la scolarité et prévoit de centrer cette éducation sur la notion d’algorithme au cycle 2, cet exemple démontre que cette éducation numérique est fondamentalement moins une question de technique et de science informatique, mais bien plus une question d’éthique, d’éducation aux médias et de société. Elle est bien trop importante pour être laissée aux seuls informaticiens.

-Source : ALGORITHMES PARTOUT, INTELLIGENCE NULLE PART. A PROPOS DE GILLIAN BROCKELL

Crédit photo : CC0 Creative Commons. Libre pour usage commercial. Pas d’attribution requise

Cathy O’Neil : « Les algorithmes exacerbent les inégalités »

Dans son livre « Algorithmes, la bombe à retardement », Cathy O’Neil, ex-analyste à Wall Street, étudie les dérives de ces algorithmes qui influencent tous les domaines de la société.

Education, justice, emploi, politique… Les algorithmes s’invitent dans tous les pans de la société, avec des conséquences parfois dramatiques. C’est, en tout cas, le constat de Cathy O’Neil, ancienne analyste à Wall Street, frappée par le rôle joué par ces « armes de destruction mathématique », comme elle les surnomme, dans la crise financière de 2008. Depuis, cette mathématicienne américaine dénonce les effets pervers de ces programmes informatiques, notamment dans son livre Algorithmes, la bombe à retardement, sorti en 2016 aux Etats-Unis et dont la traduction française vient d’être publiée aux Arènes, mercredi 7 novembre (352 pages, 20,90 €). Entretien.

—A lire sur : Cathy O’Neil : « Les algorithmes exacerbent les inégalités »

Crédit photo : La mathématicienne américaine Cathy O’Neil en 2017. Sara Arnald / CC0 1.0

« Das Feuer », nuit violente au coeur de la Première Guerre mondiale

La pluie, la boue, le sang, la Première Guerre mondiale. C’est le décor, le corps même de « Das Feuer », bande dessinée sombre de Patrick Pécherot et Joe Pinelli.

« Das Feuer » est l’adaptation du roman de Barbusse, « Le feu ». Un livre qui date de 1916 et qui avait obtenu, en son temps, le prix Goncourt. Dans son livre, Barbusse raconte la vie de ses camarades sur le front. Il est Français et ses compagnons d’armes sont d’origines sociales diverses et variées. Le scénariste de la BD, Patrick Pécherot, a transposé cette ambiance chez les Allemands. Parce qu’au final, l’horreur n’a pas de camps. Et il a concentré le récit de cette escouade, sur cette nuit de pluie, de boue et de mort.

Le récit des tranchées à la première personne est ici raconté par la voix et les yeux d’un soldat allemand. Le camp a changé, mais la boucherie est la même.

Das Feuer – Joe Pinelli & Patrick Pécherot – éd. Casterman

-A lire :  »Das Feuer », nuit violente au coeur de la Première Guerre mondiale | RTS culture

Complément : Das Feuer de Pinelli, Pécherot et… Henri Barbusse

Révolution française : « Un peuple et son roi », un film exemplaire

Alors que hier je vous entretenais du projet de Netflix de produire une série fantastique sur la Révolution de 1789, je vous propose aujourd’hui de lire la critique de Dominique Godineau, professeure d’histoire moderne à l’Université Rennes 2, directrice des Annales historiques de la Révolution française, à propos du film de Pierre Schoeller Un peuple et son roi (2018).

Pour Dominique Godineau :

« Le film sonne historiquement juste. Le réalisateur insiste beaucoup (peut-être trop) sur son travail avec les historiens, son souci d’être au plus près de la documentation amassée. Alors, certes, tout·e historien·ne de la Révolution française, immergé·e depuis des années dans cette période, tiquera à un passage ou à un autre sur tel détail, telle parole, tel geste, ou s’interrogera sur le choix de représenter tel aspect ou tel moment et pas tel autre. Mais là n’est pas le plus important. Par-delà la véracité du détail, ce qui importe est l’impression d’ensemble, la capacité du film à rendre l’élan, l’atmosphère, les tensions, à rendre justice à celles et ceux qui ont fait la Révolution, avec leurs espérances, leurs craintes, leurs combats, tissés à la trame de leur vie quotidienne. »

Elle souligne également que «rares sont les films sur la Révolution française. Rares sont les films qui, en un temps où « le peuple » semble avoir disparu de notre vocabulaire et de notre horizon politiques, transformé en « classes moyennes » ou conjugué au « populisme », font du peuple un acteur politique collectif.»

De même, pour une fois, le réalisateur a su échapper « stéréotypes habituels lorsqu’il est question des femmes en révolution».

Enfin, comparant le peuple dans «Un peuple et son roi» et celui de la «La Marseillaise » (Renoir, 1938), l’évolution entre ces deux représentations «souligne les avancées historiographiques et les transformations de la société, et on ne peut que remercier Pierre Schoeller de les faire résonner dans son beau film».

Fort de cette caution scientifique, l’enseignant.e d’histoire dispose ainsi en 2018 d’une oeuvre cinématographique majeure à utiliser en classe par ses élèves.

—A lire : Un peuple et son roi. Pierre Schoeller / 2018 | Le genre et l’écran

Netflix prépare une série fantastique sur la Révolution française alors que plus que jamais le streaming transforme le monde de la TV et du cinéma

Le 29 novembre, les Inrocks annonçaient une production Netflix proposant une relecture de la Révolution de 1789 matinée d’enquête policière et de fantastique. Le même jour, le Courrier international publiait un article du Hollywood Reporter à propos des engagements pris par la Paramount Pictures et un autre studio de cinéma de produire des films destinés uniquement aux plateformes de streaming. Un petit séisme qui annonce de bouleversements majeurs.

Une production Netflix où il sera question de « sang bleu », d’enquête policière et de guillotine pour ce qui s’annonce comme une relecture totale de la Révolution de 1789.

Faisant souvent l’objet de reconstitution historique, la Révolution française sera prochainement abordée sous le prisme de la fiction. La plateforme Netflix a annoncé le 28 novembre dans un communiqué qu’une série centrée sur l’un des événements majeurs de l’histoire de France verra le jour sous fond de récit fantastique. Elle sera composée de 8 épisodes de 50 minutes, avec à la production la société John Doe Production. Le début du tournage est prévu pour l’année prochaine.

-A lire sur LesInrocks – Netflix prépare une série fantastique sur la Révolution française

A noter que le même jour, le Courrier international publiait un article du Hollywood Reporter à propos des engagements pris par la Paramount Pictures et un autre studio de cinéma de produire des films destinés uniquement aux plateformes de streaming. Un petit séisme qui annonce de bouleversements majeurs.

Le 16 novembre, Jim Gianopoulos, le PDG de Paramount Pictures, annonçait que son studio avait passé un accord avec Netflix. Le 15 novembre, le petit studio indépendant A24, qui depuis sa fondation en 2012 a financé des films aussi remarqués que Lady Bird et Moonlight, s’était de son côté engagé à produire des longs-métrages pour Apple.

Plus que jamais le cinéma se déploie ailleurs que dans les salles de cinéma. Pour The Hollywood Reporter

«Pris ensemble, ces deux accords représentent un bouleversement du secteur. Les studios de cinéma ne produisent plus de films pour leur compte, mais pour les sociétés de la Silicon Valley qui, avec leurs ressources inépuisables, sont en train de conquérir Hollywood. D’ici à imaginer que, dans un proche avenir, un studio aussi emblématique que la Paramount pourrait devenir un simple sous-traitant, il n’y a qu’un pas.»

-A lire sur Netflix et Apple inversent les rapports de force à Hollywood | Courrier international

Crédit photo : Valentin Salja sur Unsplash

Étude : que font vraiment les adolescents sur les réseaux sociaux ?

Le centre de recherche Pew vient de publier une nouvelle étude sur les adolescents américains et leur utilisation des réseaux sociaux. Au total, plus de 1000 parents et 700 adolescents entre 13 et 17 ans ont été interrogés. Tour d’horizon ci-dessous avec quelques tendances qui ressortent de l’étude.

Une grande majorité d’ados trouve que les réseaux sociaux permettent de renforcer leurs amitiés

Pour les adolescents sondés, l’utilisation des réseaux sociaux à des aspects à la fois positifs et négatifs. Parmi les points positifs :

  • Ils se sentent plus connectés à leurs amis, ce qui se passe dans leur vie (81%).
  • Les réseaux sociaux leur permettent de montrer leur côté créatif (71%)
  • Les réseaux les aident à intéragir avec des personnes aux parcours différents (69%)
  • Mais aussi à être plus au courant des sentiments de leurs amis (69%)
  • Ils ont l’impression d’avoir des soutiens lors de périodes difficiles (68%).
  • Les réseaux leur servent aussi à trouver des points de vue différents (67%)
  • A manifester leur soutien à des causes (66%)
  • A trouver des informations fiables (37%).

Les points négatifs :

  • Ils se sentent submergés par des choses négatives (45%).
  • Ils se sentent obligés de poster uniquement du contenu qui les présente sous un bon jour (43%).
  • Ils se sentent obligés de poster du contenu qui leur apportera beaucoup d’interactions (37%).
  • Les réseaux empirent la perception qu’ils ont de leur propre vie (26%)

-Lire la suite : Etude que font vraiment les adolescents sur les réseaux sociaux ? | Le blog du modérateur

Crédit photo : Photo par Tom Barrett sur Unsplash

Des jeunes au bord de l’illettrisme numérique – Libération

Les nouvelles générations seraient capables d’utiliser de façon intuitive les outils du Web. Ce mythe menace les plus défavorisés.

« Philippe Marchal, qui a récemment conduit une étude sur ces Français déconnectés, met en avant ce qu’il appelle des «abandonnistes». Ce sont des personnes qui, par manque de maîtrise, renoncent à faire une démarche administrative sur Internet, à envoyer un mail important ou à faire un achat. L’abandon est encore plus ou moins permis aujourd’hui, il ne le sera plus avec la dématérialisation rampante.

Ils sont d’ailleurs 21 % de soi-disant digital natives à être des abandonnistes, selon cette même étude. Preuve, s’il en fallait encore, que des spécificités telles qu’un effet de génération ne sauraient supplanter d’autres déterminants sociologiques aussi puissants que l’appartenance sociale. «Chaque génération possède un million de visages et autant de voix», disait l’article du Time. C’est toujours aussi vrai, et l’oublier revient à fermer les yeux sur un fléau qui promet, aux jeunes les plus fragiles, l’extension du domaine de leur exclusion sociale.»

— À lire sur www.liberation.fr/debats/2018/11/21/des-jeunes-au-bord-de-l-illettrisme-numerique_1693449

Crédit photo : Photo par Headway sur Unsplash

La classe inversée : Une nouvelle vague? Une nouvelle mode? – PédagoTIC

Dans un récit billet (22 novembre), Patrick Giroux, professeur au département des sciences de l’éducation de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) et directeur du LiNumLab (Laboratoire de formation et de recherche sur la littératie numérique) s’interroge, à la lecture du résumé des communications au colloque AUPTIC-EDUCATION,  sur l’importance des interventions relatives à  la classe inversée dans l’espace scientifique européen et la pertinence de cette thématique du point de vue de la recherche en éducation. Son avis sur la question est relativement tranché :

« Il me semble que la classe inversée en tant que mécanisme pédagogique, même si elle est intéressante, ne mérite pas une trop grande mobilisation des ressources. D’autres sujets/questions comme l’évaluation des compétences, la littératie numérique et médiatique et son aussi importante.»

Sur la nature de ce phénomène européen (francophone?), il a ensuite interrogé un collègue européen qui explique cette mode à l’impact de Marcel Lebrun et de ses collaborateurs, chercheur particulièrement actif en regard de ce sujet.

Revenant en Europe en 2019, P. Giroux compte approfondir la question.

A suivre…

Source : Une nouvelle vague? Une nouvelle mode? – PédagoTIC

Crédit photo en-tête : Wells Cathedral, Wells, United Kingdom.  Photo de Annie Spratt sur Unsplash

CAN@BAE Histoire-Géographie – 8 idées pour utiliser les jeux-vidéo en classe (infographie)

Dans le cadre du numéro 1 de la revue Can@bae consacrée aux enjeux de l’enseignement de l’Antiquité, Pascal Mériaux, IAN d’Histoire-Géographie, propose 8 idées pour utiliser le jeu vidéo en classe d’Histoire-Géographie.

  1. Utiliser les teasers des jeux vidéo
  2. Analyser des vidéos extraites des jeux vidéo
  3. Confronter les jaquettes de jeux vidéo
  4. Retracer l’histoire de jeux vidéo
  5. Etudier les réflexions des historienset des profs d’histoire -géographie
  6. Jouer avec des versions éducatives
  7. S’inspirer des ressources existantes
  8. Une console de jeu au labo d’histoire ?

—A lire sur CAN@BAE Histoire-Géographie – 8 idées pour utiliser les jeux-vidéo en classe (infographie)

Merci Marcel Lebrun ! Un héritage en 5 mots-clés 

Un article repris de https://www.louvainlearninglab.blog…

Ce 6 novembre 2018, le LLL célèbre le départ à l’éméritat de Marcel Lebrun, éminent membre du service depuis sa création, en 1995. Physicien de formation, Marcel s’est très vite tourné vers la pédagogie de l’enseignement supérieur. Didactique de la physique, enseignement assisté par ordinateur,  dispositifs hybrides, classes inversées… il est devenu, au fil des années, un expert en technologies éducatives. Une carrière entière consacrée à améliorer la qualité de l’enseignement supérieur en symbiose avec les transformations profondes de la société induites par le numérique.

Quels messages nous laisse-t-il ? Avec quel héritage allons-nous, ses collègues, tenter de poursuivre ses actions ?

Voici les 5 mots-clés que nous retenons suite à notre collaboration avec lui :

Valeur ajoutée :

Le mot-clé que Marcel utilise comme filtre dans toute réflexion sur un dispositif pédagogique ! Quelle valeur ajoutée pour l’apprentissage des étudiants le changement envisagé va-t-il apporter ?

  • En quoi vont-ils mieux apprendre avec cette vidéo, avec ce blog… qu’avec le support de cours habituel ?
  • A quelles conditions ce travail de groupe va-t-il permettre aux étudiants d’apprendre plus en profondeur que s’ils menaient un travail individuel ?
  • En quoi les activités en ligne envisagées vont-elles rendre les étudiants plus actifs ?

Pour tout changement dans un dispositif, Marcel nous invite à analyser les bénéfices espérés pour l’apprentissage, et à les mettre en balance avec le coût supplémentaire (en termes d’énergie, de temps, d’adaptation à la nouveauté…) du point de vue des étudiants.

Dispositif :

Le mot impossible à définir… et pourtant tout le temps utilisé ! Il exprime l’idée qu’enseigner consiste à mettre à disposition de l’étudiant des occasions où il pourra apprendre, au travers d’un ensemble structuré et organisé d’activités à réaliser (en ligne et/ou en classe), de documents à consulter, de consignes et d’échéances à respecter, de critères de qualité à rencontrer, de pairs et d’experts à consulter… le tout, par exemple, soutenu et facilité par des technologies. Ainsi, Marcel voit l’enseignant comme un « grand organisateur », qui met en place une série coordonnée de moyens au service d’un objectif : l’apprentissage.

Scénario :

C’est le résultat concret et communicable de l’organisation du dispositif. Marcel encourage à scénariser son dispositif sous forme de ligne du temps schématique, qui met en évidence, pour les étudiants, la succession des activités-clé, l’articulation entre les activités en classe et en ligne, les productions attendues, les dates importantes à épingler etc. Pour l’enseignant, dessiner le scénario de son cours avant que celui-ci ne démarre, aide à concevoir l’ensemble de l’unité d’enseignement comme un dispositif cohérent, dans lequel acquis d’apprentissage visés, modalités d’évaluation et activités d’apprentissage sont alignés.

Exemple de scénario pédagogique d’un cours donné par Marcel. Extrait de La classe à l’envers pour apprendre à l’endroit, Cahier du LLL (2016).

Rôles (changement de) :

Un leitmotive dans toutes les interventions de Marcel ! Que l’on peut résumer par la célèbre expression From ‘sage on the stage’ to ‘guide on the side’. Si l’on croit qu’apprendre nécessite de s’engager personnellement dans des activités cognitives de haut niveau, enseigner nécessite alors un changement de posture. Enseigner ne se conçoit plus comme un rôle de transmission des savoirs mais bien comme un rôle de conception de dispositifs qui vont permettre aux étudiants de s’engager dans la construction de leurs connaissances. Et comme un rôle d’accompagnement dans cette construction : guider, faciliter, donner du feedback…

Activité (de l’étudiant) :

Certainement le mot-clé le plus central de tout cet héritage ! La finalité de toute transformation de dispositif devrait être de rendre les étudiants – chaque étudiant ! – davantage engagés dans des activités cognitives de haut niveau en lien avec les compétences à développer. Leur faire rechercher des informations (plutôt que leur transmettre), leur faire analyser et critiquer ensemble les informations trouvées (plutôt que leur donner une liste de sources valides), leur faire produire des synthèses personnelles (plutôt que leur fournir les vôtres), leur faire présenter ces synthèses aux autres et les inviter à se positionner par rapport aux synthèses des pairs (plutôt que leur fournir uniquement votre propre feedback).

A propos de l’auteur : Françoise Docq est coordinatrice du projet Louvain moocXperience au sein du Louvain Learning Lab. Conseillère technopédagogique depuis de nombreuses années, elle se passionne pour les transformations de l’enseignement supérieur liées à l’apprentissage en ligne.

Source : Merci Marcel Lebrun ! Un héritage en 5 mots-clés – Louvain Learning Lab

Licence : CC by-nc-sa