Nouvelles de l'histoire

Extrait de Amin Maalouf. Les Croisades vues par les Arabes. Edition de poche, pages 241-242 Robin des bois et l’islam : la version de Ridley Scott | Rue89

Saladin envoie à Richard un messager pour discuter des conditions de libération des prisonniers. Mais l’Anglais est pressé. Bien décidé à profiter de son succès pour lancer une vaste offensive, il n’a pas le temps de s’occuper des captifs, pas plus que le sultan quatre ans plus tôt, lorsque les villes franques tombaient entre ses mains les unes après les autres. La seule différence est que, ne voulant pas s’encombrer de prisonniers, Saladin les avait relâchés. Alors que Richard, lui, préfère les exterminer. Deux mille sept cents soldats de la garnison d’Acre sont rassemblés devant les murs de la cité, avec près de trois cents femmes et enfants de leurs familles. Attachés par des cordes pour ne plus former qu’une seule masse de chair, ils sont livrés aux combattants francs qui s’acharnent sur eux avec leurs lances, leurs sabres et même des pierres, jusqu’à ce que tous les gémissements se soient tus.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.