D’Hitler à Trump : l’arrivée et la gestion du pouvoir

Dans son édition du 15 novembre 2016, le journal québécois La Presse se faisait l’écho de la confusion qui semblait régner dans l’équipe de transition de Donald Trump (Confusion dans l’équipe de transition de Donald Trump | Catherine TRIOMPHE, Ivan COURONNE | États-Unis:

Donald Trump luttait mercredi pour dissiper l’impression d’improvisation entourant son équipe de transition, peinant, huit jours après son élection à la tête des États-Unis, à maîtriser sa communication sur ses priorités et son futur gouvernement.

«Sélection de mon cabinet et d’autres postes très organisée. Je suis le seul à connaître les finalistes!», a écrit sur Twitter Donald Trump mardi soir, après une nouvelle journée de rendez-vous à la Trump Tower de New York.

[…]

«Notre approche est très méthodique», a déclaré le porte-parole Jason Miller mercredi à New York. «Tous ceux qui disent l’inverse sont amers soit car ils ne font pas partie des candidats retenus pour des postes, soit car l’élection n’a pas mené aux résultats qu’ils voulaient».

Une telle situation n’est pas sans faire écho au travail mené il y a une semaine avec mes étudiants relativement à La structure du pouvoir dans le IIIe Reich.

Tout d’abord, sur la mise en scène d’un pouvoir totalement maîtrisé par le chef :

« Le rôle du Parti consiste à transmettre une certaine idée, jaillie à l’origine du cerveau d’un seul, à une foule d’individus et de surveiller la façon dont elle est appliquée.

Elle [notre doctrine] doit donner le commandement aux meilleurs […] et exalter la personnalité du chef. […]

Pour rendre à notre peuple sa grandeur et sa puissance, il faut tout d’abord exalter la personnalité du chef et la rétablir dans tous ses droits. »

Adolphe HITLER, Mein Kampf, 1924

Ensuite la gestion du pouvoir effectif, où la méthode consiste à la lutte interne acharnée entre différente factions :

« Hitler au pouvoir, très vite différents groupes s’étaient formés, restant à l’écart les uns des autres, mais en même temps s’espionnant, se méprisant, entretenant une rivalité acharnée, qui reposait à la fois sur le mépris des autres et la jalousie.

Il est certain d’autre part que Hitler ne chercha pas à favoriser l’établissement de bonnes relations entre les personnalités dirigeantes du régime.

Pendant ses séjours munichois, Hitler s’occupait fort peu des affaires de l’Etat ou du parti, encore moins qu’à Berlin ou à l’Obersalzberg. Le plus souvent, il ne lui restait qu’une ou deux heures par jour pour des réunions de travail. Le reste du temps était occupé à vagabonder et à flâner sur les chantiers, dans les ateliers, cafés, ou restaurants, ou à tenir de longs monologues à un entourage immuable qui à force, en connaissait par coeur les sempiternels sujets et s’efforçait de cacher son ennui. […]». 1)On peut assez facilement remplacer Munich par New York, Berlin par Washington et Obersalzberg par Camp David…

Albert Speer, Au cœur du Troisième Reich, 1971

Au final,

« tout en occupant une position clé dans le gouvernement, Hitler s’en tenait éloigné et participait à peine à ses délibérations. Cette distance vis-à-vis des affaires courantes résultait certes d’une nécessité tactique – ne pas se laisser entraîner dans les luttes de clans et sauvegarder son aura de chef infaillible – mais aussi de son désintérêt pour la gestion au quotidien, de son impatience pour les détails indignes d’accaparer son attention, de son darwinisme «instinctif» qui le poussait à laisser les adversaires en découdre jusqu’à ce que l’un d’eux l’emporte et de sa tendance à se fier à un petit nombre de favoris triés sur le volet – ses «vieux camarades» d’une «fidélité» sans faille – plutôt qu’aux ministres de son gouvernement et à leurs secrétaires d’État.»

Ian KERSHAW, Hitler, Gallimard, 1995

Ou encore cet élément qui n’est pas sans rappeler la campagne menée par Donald Trump, notamment avec son compte Twitter:

«Plutôt qu’un dirigeant machiavélique divisant pour mieux régner, Hitler est un homme incapable de maîtriser la dynamique d’un système qui ne peut fonctionner qu’à coups d’improvisations et survivre qu’au prix d’une politique toujours plus radicale.»

Philippe BURRIN, « Programme ou engrenage: un grand débat historiographique », La politique nazie d’extermination, Albin Michel,  1989

Nous pouvons postuler que ce mode de gestion du pouvoir est propre à toute dictature et totalitarisme.

Dans la situation actuelle, nous serons rapidement en mesure d’observer ou de vérifier si la gestion du pouvoir et les prises de décisions de Donald Trump correspondent à celles décrites concernant l’Allemagne nazie ou si, au contraire, on assiste à une reprise en mains par les hiérarques du Parti républicain et les lobbys d’affaires ou encore à d’autres formes de gestion du pouvoir.

A suivre donc…

Notes:   [ + ]

1. On peut assez facilement remplacer Munich par New York, Berlin par Washington et Obersalzberg par Camp David…
Lyonel Kaufmann

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :