Hiroshima : Lumières d’été de Jean-Gabriel Périot

En complément des différents billets publiés ici du Journal d’Hiroshima du Dr. Michihiko Hachiya, le film franco-japonais Lumières d’été de Jean-Gabriel Périot offre une actualisation de la vision de l’événement et d’Hiroshima aujourd’hui.

Le synopsis :

Akihiro, réalisateur japonais, vient de Paris, où il vit, interviewer à Hiroshima des survivants de la bombe atomique. Profondément bouleversé par ces témoignages, il fait une pause et rencontre dans un parc une étrange jeune femme, Michiko. Petit à petit, il se laisse porter par la gaîté de Michiko et décide de la suivre pour un voyage improvisé à travers la ville, jusqu’à la mer.

La bande-annonce :

Après un court métrage autour du Dôme de Genbaku – ce bâtiment resté seul debout après l’explosion de la bombe atomique américaine, à une centaine de mètres de ses murs, sur Hiroshima le matin du 6 août 1945, monument devenu symbole et Mémorial du bombardement – 200 000 Fantômes, réalisé en 2007 et projeté en première partie Lumières d’été, Périot revient cette fois dans la ville japonaise par le chemin de la fiction.

200 000 Fantômes est un diaporama de centaines de photos du dôme de Genbaku, avant et après l’explosion. On y voit la ville rasée, puis sa reconstruction progressive. Une mosaïque de la mémoire, soutenue par une complainte au piano, envoûtante prière, du groupe britannique Current 93 (Source : http://www.telerama.fr/cinema/films/lumieres-d-ete,520009.php).

Une interview de Jean-Gabriel Périot :

Lumières d’été débute par l’enregistrement d’un témoignage, celui d’une hibakusha (survivante de la bombe), qui raconte à la caméra d’un réalisateur (joué par Hiroto Ogi, déjà vu et entendu en français dans les Rues de Pantin, de Nicolas Leclère) ses souvenirs des premières heures après l’explosion, l’engagement de sa sœur infirmière dans un hôpital bondé, et la mort terrible de celle-ci quelques semaines plus tard suite aux radiations qui continuaient de faire leur effet dans la chair des survivants. Bien que ce moment de tournage apparaisse comme clairement mis en scène, le récit de Mme Takeda semble, lui, relever du document (Source : http://next.liberation.fr/cinema/2017/08/15/lumieres-d-ete-hiroshima-a-perte-de-vue_1590101).

Une critique du film : http://www.onlike.net/cinema/critique-film/lumieres-ete/

Lumières d’été de Jean-Gabriel Périot (Fr., Jap., 2017, 1 h 23), précédé de 200 000 fantômes (Fr., 2007, 10 min). Date de sortie : 16/08/2017. Avec : Hiroto Ogi, Akane Tatsukawa, Yuzu Hori, Keiji Izumi, Mamako Yoneyama. Tous publics

Lyonel Kaufmann

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :