Deux découvertes révolutionnent l’histoire de nos origines | Mediapart

Deux découvertes presque simultanées montrent que l’émergence du genre Homo remonte à près de 3 millions d’années, plus de 400 000 ans avant la date admise jusqu’ici. Si le puzzle de nos origines se complète, le scénario exact de l’apparition des premiers humains reste énigmatique.

NewImage

Ce fragment de mâchoire inférieure, trouvé en Ethiopie, est le plus ancien fossile du genre humain © Kaye Reed

Une double découverte révolutionne l’histoire de nos origines : une mâchoire retrouvée en Éthiopie fait remonter l’émergence du genre humain à 2,8 millions d’années au moins, soit 400 000 à 500 000 ans plus tôt que ce que l’on croyait ; cette ancienneté est confirmée par la reconstruction numérique d’un fossile d’Homo habilis, qui montre qu’il y avait plusieurs espèces humaines il y a deux millions d’années, dont l’ancêtre commun est antérieur à 2,3 millions d’années, la date retenue jusqu’ici pour les premiers représentants du genre Homo.

Ce fragment de mâchoire inférieure, trouvé en Ethiopie, est le plus ancien fossile du genre humain © Kaye Reed La mâchoire remonte à une date proche de celle de l’extinction de l’australopithèque de l’Afar, l’espèce à laquelle appartenait la célèbre Lucy. Elle apparaît comme une sorte de chaînon manquant entre les australopithèques et le genre humain.

L’article conclut 

« Le passage de l’australopithèque à l’homme, grosso modo, marque une transition d’un mode de vie plus proche de celui des singes arboricoles à une existence plus dépendante de la viande, des outils et d’un grand cerveau », résume Brian Villmoare. Il souligne aussi que l’étude écologique de la zone de Ledi-Geraru fait apparaître, à l’époque où a été retrouvée la mâchoire, un changement climatique au nord de l’Éthiopie, qui a fait apparaître des animaux adaptés à des espaces ouverts, donc probablement a réduit l’espace couvert par la forêt. « L’apparition du genre Homo pourrait être lié à ce changement de climat », observe-t-il.

Le passage à une alimentation carnée a-t-il aidé nos ancêtres à s’affranchir de la vie arboricole ? C’est possible, mais l’histoire est sans doute plus complexe.

Lire l’article : Deux découvertes révolutionnent l’histoire de nos origines – Page 1 | Mediapart:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.