Enquête sur une photographie

A l’été 2009 l’historienne américaine Wendy Lower travaillait aux archives du musée-mémorial de l’Holocauste à Washington DC (États-Unis) lorsqu’elle fit connaissance avec deux jeunes journalistes venus de Prague. Ils lui confièrent une photographie du front de l’Est pour l’expertiser.

Si la documentation photographique de la Shoah est particulièrement importante, peu nombreuses sont les images qui saisissent les tueurs dans l’instant même de leur acte. Une dizaine, tout au plus, ont refait surface. Celle-là pose de nombreuses questions : quelle est l’identité des Allemands et des Ukrainiens, celle du témoin, celle des victimes ? Dans quelles conditions et avec quelle intention la photographie a-t-elle été prise ? Surtout quand on sait qu’à partir de l’été 1941 l’armée allemande cherchait à interdire à ses combattants de photographier les violences contre les civils par crainte de l’usage que les propagandes alliées pourraient faire de ces images. Et, finalement, quelle est la responsabilité d’une historienne, lorsqu’elle tient en main l’évidence d’un crime où aucun des visages n’est dissimulé ?

Source : Enquête sur une photographie

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :